Interviews Retour
mercredi 22 août 2012 - U-Zine

Seth

Heimoth (guitare)

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Qu'on se le dise, Seth, l'un des groupes phares de la scène black metal française est de retour. Leur passage au Motocultor a marqué les esprits, et l'occasion était trop bonne pour passer à coté. C'est donc par téléphone, quelques jours après leur prestation que nous avons joint Heimoth, leader de la formation ...

Bonjour Heimoth, merci de nous accorder cette interview. Tout d’abord, quelques jours seulement après votre passage au Motocultor Festival, racontes-moi comment s’est passé le festival pour vous, avant et après le drame, puisque votre chanteur s’est blessé quelques heures à peine après votre live …

(rires) Disons que sur scène, ça s’est bien passé, on était très content. Après, on peut toujours faire mieux. Pour ma part, je pense ne pas avoir fait un super live mais les retours ont été très positifs et ça a été très homogène. Après, effectivement, nous avons notre chanteur qui s’est fracturé le tibia. C’est une moins bonne nouvelle comme tu peux l’imaginer puisqu’il en a pour trois mois d’arret, donc ça nous fait un peu chier … On doit avoir un concert en Hollande fin octobre, on verra d’ici là comment ça évolue pour lui mais je pense qu’on pourra l’assurer malgré tout.


Est-ce que tu peux revenir sur le break de 2005 à 2011, qui a vu Seth cesser toute activité. Les raisons de ce break étaient floues à l’époque, pourquoi avoir pris cette décision ?

En fait, il y a eu un essoufflement palpable à l’époque, le groupe tournait un peu en rond … D’autant plus qu’une des raisons principales était que j’ai du partir à l’étranger pour quelques années. Je m’étais donc dit que le groupe n’allait pas pouvoir continuer en l’état donc j’ai été dans l’obligation de faire un communiqué comme quoi le groupe allait faire une pause … Et même à l’époque, pour être honnête, je ne savais même pas si c’était une fin ou pas, donc dans le doute, c’était annoncé comme un break plutôt que de dire que l’histoire était finie.


Durant ce break, es-tu resté actif musicalement parlant sur des side-project à Seth ?

Oui, disons que je suis resté actif musicalement mais bien moins régulièrement. Je suis donc parti en Angleterre où j’avais un projet avec le chanteur de Code qui s’appelle Kvohst avec qui j’ai monté un groupe appellé Decrepit Spectre. Quand je suis retourné en France deux ans plus tard, j’ai continué avec Cyriex, le guitariste de Seth, et on a sorti un EP. J’ai aussi joué dans Révérence avec qui j’ai fait pas mal de concerts en 2007/2008. J’ai aussi fait un peu de musique électronique avec un groupe appelé Toxic Engine. Voilà en gros ce que j’ai pu faire pendant tout ce temps, et donc comme tu le sais Seth est de retour depuis une grosse année.



Vous avez réédité « Les Blessures de l’Ame », votre premier album. Pourquoi cette réédition et que trouve-t-on de plus sur cette version là que sur l’originale ?

La raison pour laquelle on l’a réédité, c’est avant tout parce la première édition était sold-out depuis un moment et que je voulais le rééditer. J’en ai parlé avec Season Of Mist, qui ont été tout de suite d’accord. Et donc puisque l’on reprend le groupe depuis un an, c’était l’occasion de mettre ce projet à exécution. J’ai donc rappelé le label, ils m’ont dit qu’ils étaient partants pour le ressortir avec quelques nouveautés. On a donc rajouté deux titres extrait de War Vol. III, le split que l’on avait fait à l’époque avec Cultus Sanguine et qui était sorti aussi sur Season Of Mist, ce qui a aussi facilité niveau label pour reprendre ces deux morceaux. Ces derniers étaient sortis uniquement sur le split, donc assez inédites d’autant plus qu’elles sont la transition entre Les Blessures de l’Ame et The Excellence. J’ai pensé que ça serai ainsi une bonne idée de les mettre sur la réédition pour arriver à un total de neuf tracks. On a aussi changé l’artwork en prenant des illustrations d’époque qu’on a un peu changée pour moderniser l’ensemble avec le remastering fait par Steph Buriez. Le tout est donc sorti en version CD limité à 1000 exemplaires et une version LP à 500 exemplaires. C’était ainsi l’opportunité pour relancer le groupe sur les rails.


Quels échos as-tu eu de la presse et des fans suite au retour de Seth sur scène ?

Beh écoute, pour l’instant ça m’a l’air assez positif, j’en suis personnellement très content parce que je ne m’attendais pas à un retour aussi bon. Quand tu relance un groupe, rien n’est gagné … On avait commencé à faire un concert en septembre dernier en Allemagne, ça s’était relativement bien passé et il faut du temps pour remettre la machine en marche et pour refaire des concerts comme on était capable de le faire dans le temps. Ensuite on a eu la tournée avec Glorior Belli et Belenos. On est sorti de ces 4 dates ensemble assez content et c’est ça qui nous a remis sur les rails, notamment la date à Paris au Divan du Monde.


Pourquoi avoir choisit de revenir à la scène en Allemagne et pas directement en France ?

En fait, ce n’est même pas un choix. On attendait des opportunités live pour revenir et celle là est tombée donc on l’a prise. Il n’y a pas eu de choix délibéré de donner priorité à l’Allemagne ou à la France.


En ce qui concerne la France, vous avez choisit de revenir en live à St Sulpice Sur Tarn, dans le fion du monde, dans une salle des fêtes municipale (j’y étais !). Pourquoi avoir choisit de revenir sur scène dans l’Hexagone à cet endroit et pas sur une scène plus prestigieuse ou faire une soirée spéciale de retour ?

(rires) Humm … Eh bien, je pense que faire une soirée spéciale, c’est casse gueule. Ce n’est pas évident de revenir sur scène 10 ans après et de dire « Coucou c’est nous », et de faire un super show. Je pense que ça n’était pas la bonne solution. Il faut rester modeste et faire des scènes qui sont susceptibles d’être bien. Le risque en se produisant à Paris pour une soirée spéciale, en ayant pas joué depuis 10 ans, c’était vraiment de se ramasser. D’un autre coté, cette opportunité à St Sulpice, je l’estime tout à fait bonne, c’était bien là bas. Un peu loin de Toulouse mais je m’en souviens comme une bonne date. J’y vois aucune différence en fait … peut-être un peu moins de pression pour nous. Disons qu’on fait les choses crescendo.


Visiblement la réédition des Blessure de l’Ame marche bien puisqu’il ne reste que peu d’exemplaires. T’attendais-tu à un tel succès ?

Pour les CD non. Pour les vinyles, je sais qu’il en reste encore. Mais pour les CD, ils ont été très facilement placés. Vendu, je ne sais pas vraiment mais en tout cas ils ont été très facilement placés. Mais globalement non, quand j’ai appris ça, j’étais très content et c’était la bonne surprise.

Vous n’avez actuellement pas le même chanteur qu’à vos débuts. Est-ce que cela pose problème sur scène pour reprendre des vieux titres, et notamment ceux des Blessures de l’Ame ?

Je dirais que non, ça ne gène pas. A l’époque où ça pouvait gêner, c’est lors de la transition entre les deux chanteurs, à l’époque de Divine X. On avait même du prendre à l’époque un autre chanteur. C’était difficile, mais maintenant on à l’impression qu’avec les années qui passe, le public arrive plus facilement à accepter les choix artistiques du groupe même si ils ne correspondent pas forcément à leurs attentes. Donc maintenant qu’il n’y a plus cette sorte de nostalgie de la part du public, c’est plus facile d’autant que personnellement je considère que notre chanteur actuel est bien meilleur.


Avez-vous encore des relations avec Vicomte Vampyr Arkames et Faucon Noir (ndlr : respectivement chanteur et bassiste originel) ?

Faucon Noir, oui puisque je l’ai recontacté pour parfaire les illustrations qu’il avait fait à l’époque pour la réédition. Donc ça c’est un bon point, puisque nous nous sommes également revus récemment. Je pense qu’il continuera avec nous d’ailleurs sur les prochaines illustrations. Lui, c’est un dessinateur à la base. Il fait de la basse aussi mais c’est avant tout un dessinateur. Il a fait pas mal de croquis pour des magasines de jeu de rôles par exemple. C’est lui qui a fait toutes les illustrations de dragon, d’ouroboros sur les Blessures de l’Ame. Par contre le chanteur de l’époque, non, aucune nouvelles.


Peut-on s’attendre après les bons retours du Motocultor à Seth au Hellfest en 2013 ?

Pour ça écoutes, ce n’est pas moi qui choisit. Ce sont les organisateurs qui composent leur affiche. De notre coté, je pense que l’on va faire une demande. Après, on verra, mais il y a quand même une volonté de notre part d’essayer d’y jouer. Tu sais, la raison principale qui m’a fait faire renaitre le groupe, c’est qu’on avait vraiment envie de jouer sur scène contrairement à avant puisque Seth n’a quasiment jamais joué sur scène lors des premiers albums. On a commencé à se produire très tardivement et si on est revenu c’est surtout pour la scène. Vers fin 2005, avant le break on avait fait une 15aine de dates et on commençait à avoir un bon niveau donc il y avait clairement une certaine frustration de ne pas avoir pu en faire d’avantage.


Vous avez récemment eu des changements au poste de bassiste …

Oui, notre bassiste a eu des soucis de santé dernièrement donc il n’a pas pu continuer avec nous donc on a pris un bassiste temporaire, celui d’Ad Padres. Pour la suite des choses, on prendra le bassiste de Révérence. Je pense qu’il sera un très bon atout pour nous !!
 

Quel sera l’avenir dans les mois à venir pour vous ?

Pour les news fraiches, je peux te dire déjà que nous allons sortir un nouvel album. On va commencer l’enregistrement des batteries au Drudenhaus Studio dans deux semaines. On va prendre le temps, et j’espère que l’on finira le mix courant novembre. Je ne peux pas t’en dire beaucoup plus pour le moment. Tous les titres sont posés, on est en train de finir les parties chants. Pour avoir une idée de ce à quoi ça peut ressembler, tu peux jeter une oreille sur le nouveau titre que l’on joue sur scène qui s’appelle In Aching Agony.


Merci à toi pour ton temps et ta disponibilité. Si tu as un mot à faire passer, je te laisse la parole pour conclure …

Un grand merci à toi et à tes lecteurs. J’espère que vous aurez l’occasion de nous voir sur scène sous peu.

Merci donc à Heimoth pour sa gentillesse et sa disponibilité au Motocultor comme au téléphone. Merci également à Noémie pour la logistique, et à Rose de Season Of Mist.