Interviews Retour
lundi 18 mai 2009 - U-Zine

Hellfest

Ben Barbaud

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A 32 jours du jour J, le Hellfest 2009, U-zine avait rendez-vous avec son directeur, Ben Barbaud, pour faire le point sur le festival et parler du futur. C'est un jeune homme ô combien sympathique et communicatif qui m'a acceuilli à bras ouverts. Bonne lecture !

U-zine : Bonjour Ben ! Alors, quel est ton état d’esprit ainsi que celui de tout le staff à 32 jours du Hellfest 2009 ?

Ben : Assez serein, assez serein oui. Nous étions moins tranquilles lorsque nous étions moins nombreux dans notre bureau. Quand j’y repense, au tout début, j’étais seul, puis nous étions deux. On était constamment débordé. Mais maintenant, on a une équipe bien en place, faite de gens compétents et on connaît très bien désormais la manière de bien gérer un tel évènement. Bon, il y a toujours un manque de temps qui nous stresse, mais cela va de mieux en mieux chaque année.

U-zine : Et au niveau des ventes de billets ?

Ben : Les places se vendent bien, mieux que l’année dernière à la même époque. On n’est pas encore complet, mais à ce rythme, on le sera au jour J le 19 juin. On n’est pas encore au stade où on vend autant de places que Metallica ou qu'AC/DC en si peu de minutes, mais les places partent bien, et même très bien à l’étranger.
Aussi, c’est plutôt une bonne nouvelle pour nous, car nous avons du augmenter sensiblement le prix du billet, pour faire face à un agrandissement du site, une hausse du nombre de groupes et des têtes d’affiche plus coûteuses que par le passé.
Nous espérons maintenant que l’organisation sera à la hauteur et qu’il fera beau, et la fête sera pleinement réussie. Déjà, l’équipe qui avait officié l’année dernière est la même à quelques unités près. Donc je ne vois pas pourquoi ça pourrait moins bien se passer cette année.

U-zine : Aussi, je vois que vous pensez à l’avenir du Hellfest, en proposant des ½ tarifs aux jeunes de 12-16 ans accompagnés. C’est en quelque sorte pour toucher la population de demain pour le festival ?

Ben : Oui et non. Initialement, ce n’était pas le but : on a été confrontés plusieurs fois à des cas où on voyait des parents emmener leurs enfants (jusqu’à des gamins de 3-4 ans) au festival. Or, ils payaient une place plein tarif à leur(s) enfant(s), ce qu’on n’a pas trouvé logique. Nous souhaitons que le Hellfest devienne un évènement « familial », c’est pourquoi nous avons proposé ce demi tarif. L’autre but est de casser les préjugés qu’ont les gens sur nos musiques extrêmes. Les gens extérieurs au Hellfest se disent : « Regardez, les parents emmènent leurs enfants au festival. C’est sympa ». Nous avons aussi proposé des invitations aux clissonnais pour le festival, pour aller dans ce sens : combattre les préjugés.
Puis tu vois, si les jeunes se découvrent des affinités avec notre musique, on a gagné notre pari (et les parents aussi, qui font adhérer les enfants à leur musique).
 

U-zine : Ok, je suis bien d’accord avec toi, mais par contre, il ne faut pas qu’ils oublient qu’avant l’éducation musicale, ils doivent faire leur éducation scolaire… (Allusion au fait que cette année, le brevet des collèges commence le 30 juin, que le baccalauréat tombe en plein Hellfest)

Ben : Oui ! Les jeunes, faites bien vos devoirs et amusez vous après. Vous pouvez amener vos cahiers au Helffest pour réviser si vous voulez, mais ne ratez pas trop de groupes sur scène ! (Rire)

U-zine : Passons au plan du Hellfest : peux-tu nous dire quels sont les changements par rapport à l’année dernière ?

Ben : Mais je vois que tu as amené tes documents, ça va me faciliter la tâche. Alors, nous n’avons pas apporté beaucoup d’évolutions par rapport à 2008. Les gros changements portent sur l’ajout d’une 4ème scène (Rock Hard Tent)…

U-zine : Et par rapport au gymnase, où se situe-t-elle ?

Ben : Elle sera juste à côté. Oui, nous n’avons pas rasé le gymnase, bien que Vader par exemple pourrait bien le faire après être passé sous la tente… (Rire)
 

U-zine : Et la suite des modifications ?

Ben : Nous avons travaillé plutôt dans le détail, pour toujours améliorer le confort des festivaliers et des groupes. Car sans eux, nous ne serions pas là. Il y a l’ajout des attractions (catch, fuel girls, motos, burlesque boulevard, etc.), mais qui ne prend pas trop de place, et surtout, nous allons installer un écran géant entre les 2 Mainstages !

U-zine : Ahhhhhh, tu réponds à ma question suivante. Voilà une innovation que beaucoup attendaient, et qui fera bien plaisir aux spectateurs.

Ben : L’écran retransmettra les spectacles sur les 2 grandes scènes. Il y a aussi l’espace VIP qui a été déplacé, pour améliorer le confort des groupes, et faciliter le travail des journalistes. Enfin, pour faire face à l’augmentation du nombre de festivaliers, nous allons mettre plus de toilettes, de douches et de stands de restauration.

U-zine : J’ai une autre question sur le confort justement, qui m’avait particulièrement chagrinée l’année dernière : est-ce que le chapiteau (Terrorizer Tent) a bougé ou pas ?

Ben : Non, pourquoi ?

U-zine : Parce que l’année dernière, nous avions un problème de visibilité : le sol avait une cuvette au milieu du chapiteau, si bien que beaucoup de spectateurs ne voyaient rien des groupes.

Ben : Ah oui, ok, je vois. Oui, nous avons refait le niveau du terrain à cet endroit là. C’est de votre faute ! Vous sautez trop fort dessus (Rire).
Je ne suis pas spécialiste dans ce domaine, mais on m’a dit que le terrain était drainé différemment des autres endroits du festival, et que, du fait de la grande population qui passait dessus et pogottait, le terrain a fait une petite butte.

U-zine : Toujours au sujet des tentes... On voit des gens qui se plaignent du choix des 4 scènes, avec des orientations musicales différentes. Qu’as-tu à leur dire pour les contenter ?

Ben : Est-ce que tu fais partie de ces gens ?

U-zine : Non, je vais aller sur les 4 scènes pendant tout le week end, ça me plaît bien cette répartition.

Ben : Ces gens ont des avis différents du notre sur le sujet, ça se respecte. Rien ne les empêche d’aller uniquement voir les groupes qui leur plaisent. Bon, après, tu me diras : « Et s’il n’y a que 10 groupes dans le week end qu’ils veulent voir, ça ne le fait pas pour 120 euros». Mais ça, je n’y peux rien, ce sont les goûts et les couleurs. On ne va pas faire un retour en arrière et être moins éclectique. L’éclectisme, c’est notre label qualité en quelques sortes.
Puis il y a aussi le fait que je ne peux pas mettre Motley Crue sous la tente et Pig Destroyer sur la Mainstage, tu vois ce que je veux dire… Aussi, il faut jongler avec les horaires et les demandes des groupes. C’est toute une gestion qui fait qu’au final, on en est arrivé à ce choix là. On contente le plus de gens possible, et il y aura toujours une part de personnes contestataires. Moi aussi j’aimerais bien mettre de l’indus après du black, du hardcore avant du heavy…
 

U-zine : Et l’association avec Salomon Hazot (Nous Productions)…

Ben : On s’était mal compris au départ : nous ne sommes pas associés. Il intervient en quelques sortes en tant que consultant auprès du Hellfest, connaissant bien le métier.

L’équipe de Nrv-Tv arrive et dit : « On filme ça comme d’hab. dans ta chambre.» (Rire général en pensant au sous entendu)

Ben : Ok.

Puis, il réenchaine sur la question :

Ben : Voilà. Après la déroute du Fury Fest 2005, où nos patrons nous ont lâchés avec le pactole, tout en gérant mal l’affaire, nous avions besoin d’avis de gens de métier pour nous aider. Salomon a fait le tampon avec les agents pour faire en sorte qu’on redémarre mieux l’aventure. Puis je suis jeune, j’ai 27 ans et encore beaucoup à apprendre sur le métier. C’est un métier de con hein. Les agents anglais par exemple sont très difficiles à appréhender, il faut savoir être sérieux et Salomon m’apporte un appui supplémentaire pour cela.
Ce n’est absolument pas pour faire venir Iron Maiden, comme j’ai pu le lire dans pas mal d’interviews de moi. Iron Maiden, il n’y a qu’une chose à faire, avec ou sans Salomon : signer un chèque. Les gars sont peut-être ceux qui veulent le plus jouer au monde actuellement, comme pour se payer une bonne retraite ensuite. Et ils ont bien raison !

U-zine : Et qu’as-tu à nous dire sur votre travail avec Guillaume (Ifern An Naoned) au niveau du Merch Hellfest ?

Ben : Cette activité n’était pas du tout voulue au départ. Quand Guillaume a fermé sa boutique à Nantes, il s’est retrouvé avec à peu près 5000 disques et des t-shirts sous le coude. Je l’ai embauché pour s’occuper notamment de l’extreme market sur le festival, il travaille pour le festival avant tout. Nous avons ouvert un nouveau Merch Hellfest sur le site internet du Hellfest, pour l’aider dans sa démarche de disquaire et en quelques sortes, lui faire profiter de l’aura qu’a le Hellfest actuellement. Il faut savoir que sur ses CDs, on ne gagne pas de sous, c’est lui qui les vend. On a une plateforme internet, ça ne nous a pratiquement rien coûté de plus pour faire ce merch, donc on s’est lancé dans cette aventure avec lui.

U-zine : Ok, merci pour ces précisions. Dis-donc, tu vas en avoir un emploi du temps chargé durant le week end du festival ! Auras-tu le temps d’aller voir quelques groupes ?

Ben : (Rire) Et bien tu vas être étonné, mais je ne suis pas le plus à plaindre durant le Hellfest. J’ai moins de contraintes que certains de mes salariés et bénévoles. Parmi les 700 personnes qui travaillent au Hellfest pour le week end, je peux te dire qu’il y en a des passionnés qui triment, c’est eux qu’il faut féliciter.
Pour en revenir à la question, oui, il y a des groupes que je vais aller voir volontiers, comme Coalesce, Eyehategod, Manowar...
Non, mon week end est plutôt relationnel : je dois m’occuper de l’accueil des groupes et des managers, serrer beaucoup de mains, superviser tout, mais avec les gens compétents qui m’entourent, ça se passe très bien. Mais c’est vrai que je ne vais pas voir les groupes dans les mêmes conditions qu’un spectateur lambda, car je dois avoir un regard en retrait sur tout : surveiller en quelques sortes. Comment le public réagit ? Est-ce que la technique ça va ? Les groupes sont contents ? etc.

U-zine : J’ai une question plutôt de curiosité à te poser : cette année, quel a été le groupe le plus coriace à faire venir ?

Ben : Coriace, c'est-à-dire… ?

U-zine : Le plus long à booker, le plus difficile, exigeant. Celui qui a failli annuler, puis c’était ok… Tu vois ce que je voulais dire ?

Ben : Ok. Aucun doute possible : Eyehategod !
Parce que c’est lié à la situation des mecs. Il y en a qui ont fait de la tôle, qui ont encore des bracelets, qui sont fliqués partout où ils vont. Ce fut franchement très difficile de les faire venir, mais maintenant que tout est signé, c’est le pied total !
T’imagines, on a du avoir affaire aux consulats, payer des avocats pour les faire sortir, avoir un droit de séjour en France. Tout ça a été long et harassant, je peux te le dire. On les avait confirmés, mais tant que tout n’était pas bouclé, on stressait. Les billets d’avions, les accords des consulats, de l’état français pour éviter qu’ils ne soient bloqués à l’aéroport parisien, …
Tu vois, je serai vraiment tranquille quand ils seront là ! Là, devant moi ! (Rire)
Les autorités américaines et françaises doivent savoir où ils sont, où ils torchent leur cul, combien ils sont payés, à quel hôtel ils séjournent, quelle voiture ils prennent, qui sera le chauffeur, etc.
Tu comprends maintenant que comparé à tout ce qu’on a connu par le passé, Eyehategod fut un must en négociation difficile.
Après, ce n’était pas le groupe le plus chiant à convaincre. Ils étaient ravis de pouvoir jouer au Hellfest. C’est juste le contexte qui a fait que ça a été chaud à gérer.
 

U-zine : Le plus chiant à convaincre… Je sais qui c’est… (Mimique typique d’un groupe tête d’affiche le dimanche soir)

Ben : Oui, Manowar. Joey (DeMaio, bassiste du groupe), je le connais bien, je l’adore, mais c’est un casse-couilles !
Je le savais en signant, c’est lui qui voulait venir. A chaque fois qu’il téléphone, souvent pour une bricole, c’est : « Oui… Oui… Oui… Ok, ça marche Joey»
Mais c’est marrant de voir les différences entre les groupes, leur façon de négocier. Puis bon, ce n’est pas le travail à l’usine hein…

U-zine : Quoi, qu’est-ce qu’il a mon travail ? (Rire)

Ben : Oui, on n’a pas de quoi se plaindre.

U-zine : Et justement, concernant Manowar, plusieurs interviews de Joey DeMaio disent qu’il veut travailler avec toi pour monter un Magic Circle Festival en 2010 en France…

Ben : C’est vrai. Ahhh, Joey… Il va même le dire sur scène, vous verrez ! (Héhé, surprise à demi avouée…)
Joey, il avance… C’est sa façon de faire, à toujours parler beaucoup, mettre ses idées en avant, forcer le passage… Et ça marche !!!
Moi je lui ai dit : « On va déjà faire le Hellfest, et on va voir comment ça va se passer… ». Mais bon, Joey aimerait bien qu’on signe tout de suite pour un nouveau festival, et avoir des sous d’avance. Je l’adore Joey, c’est un gars super ! Il est généreux, puis j’adore Manowar et son univers. Aucun autre groupe n’a réussi à faire ce qu’ils ont fait à leur manière.

U-zine : Un fan de Manowar vaut 1000 fans des autres groupes…

Ben : (Rire) Oui, il est marrant quand il dit ça, il y croit vraiment ! Il a peut-être raison (Sourire). Je l’ai vu traiter ses fans, c’est énorme ! Manowar coûte très cher au Hellfest cette année. Plus cher qu'aucun autre groupe par le passé. Je sais quel argent j’ai donné au groupe, et ils invitent tout le monde ! Les webmasters des sites nationaux de Manowar, les admins de forums, tout le monde ! Manowar Espagne, Manowar Portugal, Manowar Grèce, etc. Tous payés, logés, nourris… Hallucinant !
Joey, il ne se drogue pas, il ne boit pas, ne gaspille pas tout dans les putes. Il réinvestit tout le fric pour ses fans !
Bon… Il y a ce côté où soit on le prend au premier degré, soit non… C’est Joey… (Rire).

U-zine : Comment gérez-vous les groupes qui sont en tournée avec des groupes qui jouent au Hellfest, mais qui eux ne joueront pas au festival ? (Je pense à Death Angel notamment, en tournée avec Kataklysm et Keep Of Kalessin).

Ben :Death Angel, ils seront là, dans leur camion. C’était bien bon au Hellfest de l’année dernière, j’adore. Mais nous ne souhaitions pas faire revenir le groupe une 2ème fois d’affilée. On indique aux agents quels groupes on désire, puis nous gérons les frais occasionnés (hôtel, nourriture, déplacement, etc.).
Nous sommes un package de festivals durant l’été (Download, Graspop, With Full Force, Wacken, etc.) et les agents nous proposent des groupes. Voyant que plusieurs festivals sont intéressés, ces agents montent des tournées auxquelles viennent se greffer des groupes. Ces groupes, on ne voulait pas les faire jouer initialement. On est obligé de faire avec.

U-zine : Ok ! Parlons maintenant de l’avenir du Hellfest… L’année dernière, un projet avait été évoqué au conseil municipal de la mairie de Clisson : bâtir un complexe scolaire à l’endroit où le Hellfest a lieu tous les ans. Où est-ce que ça en est ?

Ben : Et bien c’est tout frais ! Ils ont signé ce mois-ci. A court terme donc, le Hellfest devra bouger. Nous aurons la possibilité de faire l’édition de cette année, puis 2 autres encore, mais après, c’est sûr, on devra changer de lieu. On est encore dans l’expectative… C’est un de mes gros points de travail actuellement : on a envie de s’engager sur du long terme sur un nouveau lieu de festival. On ne veut pas mettre les pieds n’importe où !
On commence à y réfléchir… Soit rester à Clisson, en viabilisant d’autres terrains sur la commune, mais ça paraît difficile… On a plus de vignes que de champs. Sinon, nous partirons dans une autre ville dans la région, mais ça ne nous rend pas spécialement joyeux, puisqu’on devra tout recommencer… La partie technique à reconstruire entièrement, c’est ce qu’il y a de plus compliqué, même après plusieurs années d’expérience. Faire une affiche, ok, mais rebâtir un festival pareil que le précédent ou mieux, dans un endroit différent, c’est difficile.
On n’aura pas le choix. On verra bien…
La mairie de Clisson a changé d’opinion au fil des années. Elle se rend compte de la chance qu’elle a d’avoir un tel festival chez elle. Tout se passe bien au niveau économique, au niveau respect des lieux, de l’image dégagée, etc.
J’attends leur réponse pour savoir s’ils sont prêts à nous trouver de nouveaux terrains aptes pour y faire jouer un festival.
Il faut savoir que la décision prise sur le projet du lycée va être officialisée à la fin du mois par la région, donc il est un peu normal que pour l’instant, nous soyons dans l’expectative. Je pourrai ensuite aller les voir (région, département, ville), pour leur dire : « Qu’est-ce que vous faites de nous ? » (50000 spectateurs).
 


U-zine : Autre projet futur (pensé l'année dernière) : vous avez tenté de faire un Hellfest Indoor en 2008…

Ben : Oui ! C’était un projet qui nous tenait à cœur, pour en quelques sortes retrouver l’esprit de nos premiers concerts organisés.

U-zine : Est-ce que ce projet est définitivement tombé à l’eau ?

Ben : Pffff…(soupir) J’aimerais bien moi qu’il se réalise. Il y a cette nostalgie des premiers shows, un festival « entre potes »…
Je suis maintenant directeur du Hellfest, mais toujours passionné de musique et entouré de mes copains. Le projet a grossi depuis le début, les relations entretenues, la gestion ne sont plus du tout les mêmes. Aujourd’hui, c’est le business, avant, c’était la totale ! De la billeterie, à courir partout pour éviter les conflits, à donner à manger des carottes râpées aux groupes, etc.
J’aime bien les 2 aspects, c’est pourquoi ce projet de Hellfest Indoor n’est pas encore tombé à l’eau. Mais ça obligerait à ne repartir qu’avec des bénévoles, car ce genre de petit projet n’est pas viable avec des salariés. Après, il y a un problème de fond qui existe : t’as des gars qui bossent pour le Hellfest durant 2 mois pour qu’il se fasse : les mecs commencent à tout monter la semaine prochaine, et ça se termine à la mi-juillet !
Tu comprends donc qu’ils sont épuisés après tant de travail, et on se voyait mal remettre ça à la fin du mois d’août. Et puis même pour nous, à vivre 3 jours intenses en juin, à être stressés constamment, regarder si tout le monde est content, gérer le pognon, ne pas dormir beaucoup, etc. C’est lourd ! Il faut se ressourcer.

On ne l’a pas fait en 2008, mais pourquoi pas plus tard ?
On veut se faire plaisir, l’idée n’est pas abandonnée. Après, on avait pensé à la fin août pour la période… Je ne sais pas si c’était l’idéal, mais ça nous paraissait bien, ça laissait 2 mois entre les 2 festivals, de quoi faire de la bonne promo pour le second… Je ne sais pas comment sera fait l’avenir, on verra bien ! Puis je vais commencer à m’ennuyer… Il faudra bien trouver quelque chose de nouveau pour me faire bander ! (Rire).

U-zine : Je vais terminer l’interview par des questions plus personnelles…

Ben : Tu veux qu’on parle cul ?

U-zine : (Rire) Je n’irai pas jusque là… Parmi tous les patchs, badges que tu as sur ta veste, lesquels tu ne voudrais jamais me donner ?

Ben : Houla… (Il les regarde attentivement… ). Aucun je crois. (Rire)

U-zine : Allez, juste un alors ?

Oh, et puis ce sont des conneries, des badges à 2 balles, mais les groupes qu’ils représentent sont très importants pour moi (Dead Kennedys, Ignite, etc.). J’étais jeune quand j’ai acheté ça, ce ne sont que des groupes de Hardcore quasiment, puis des trucs avec les potes.

(Il regarde de nouveau ses badges…)

Si, je te donnerais celui du Hellfest ! (rire)

U-zine : Dernière question, elle aussi improvisée…

Ben : Oui, je t’écoute

U-zine : il y a un badge (pin’s) sur ta veste dont tu n’as pas parlé… Celui du FC Nantes Atlantique (Football)…

Ben : Ah oui, exact, je suis supporter, comme Ultra Vomit.
 

U-zine : Alors… Il reste 2 matchs à jouer. Est-ce que Nantes va se maintenir en ligue 1 ?

Ben : (triste de visage) Houlala, mon pauvre. J’espère sincèrement, mais je crois que c’est cuit. J’étais au match hier soir (ndlr : Nantes – Rennes, 1-1)… Non, non, non. C’est con mais, ça ne va pas le faire. Comme quoi on peut être au top à un moment donné, puis c’est la dégringolade. Ceci peut arriver à tout le monde, même à nous (Hellfest).

En tout cas Ben, merci pour cette interview. U-zine ainsi que tous ses lecteurs te souhaitent une bonne préparation de festival, et on se voit là-bas !