Interviews Retour
samedi 10 septembre 2005 - U-Zine

Pelican

Laurent Lebec

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Fan de Pelican depuis le premier EP et comblé par la sortie d'Australasia en 2003, c'est avec une grande joie que je me suis lancé dans l'interview de ce groupe énorme qui vient de sortir un nouvel album, The Fire In Our Throats Will Beckon The Thaw!

U-zine.net : Premièrement, pourriez vous vous présenter aux lecteurs qui ne vous connaissent pas encore, quelles sont vos influences et comment décririez vous votre musique ?
Laurent Lebec (guitare) : Les noms des membres sont dans le CD (ce n’était pas exactement la question mais passons - ndr). Nous sommes influences par de très nombreux groupes, mais j’en citerai quelques uns tout à l’heure que nous adorons vraiment!

D'où vous est venu le nom Pelican, y a-t-il une raison particulière?
Pas vraiment. Ca collait parfaitement avec le groupe lorsque nous avons entendu le mot une fois, alors on a décidé de l’utiliser.

Le titre de votre nouvel album est plutôt étrange : The fire in our throats will beckon the thaw, d'où vous est venu ce titre ? Et de manière générale, comment trouvez vous les titres de vos compositions (puisque celles-ci sont instrumentales) ?
On écrit les titres après que la musique ait été crée, et on s’efforce de trouver des titres qui reflètent notre musique. Et pour le titre, j’explique plus loin ce qu’il signifie, dans une autre question. Il parle de victoire contre des luttes personnelles – mélanger la glace autour de toi.

Musicalement, Pelican a beaucoup changé depuis le premier EP. Votre musique va-t-elle encore évoluer et que peut-on attendre des prochaines sorties du groupe?
On a évolué, c’est vrai, et la musique a changé. Mais je ressens encore très profondément qu’il s’agit du même groupe – on s’est senti poussé vers plus de mélodies, mais il y a encore beaucoup de riffs. Principalement pour nous, le point le plus important dans le changement du groupe réside dans notre volonté d’essayer de nouvelles choses mais également de faire des enregistrements plus propres. On a vraiment voulu mettre l’accent sur la clarté dans cet enregistrement.

Quels sont vos projets dans un futur proche ? Allez vous partir en tournée, et quand aurons nous le plaisir de vous voir en France ?
On va pas mal tourner l’an prochain pour le nouvel album, avec quelques pauses ici et là. Et on devrait être en France et dans l’Europe en général très prochainement, début 2006 environ.

Concernant vos projets parallèles (Tusk, Lair of the minotaur), quelle est leur actualité ? Pelican est-il votre priorité ?
Pelican est définitivement la priorité, mais Tusk et LOTM sont importants également. LOTM va bientôt sortir un nouvel album chez Southern Lord et Tusk a déjà un nouvel album enregistré qui devrait sortir en 2006.

Bien que dépourvu de paroles, chaque album semble renfermer un certain concept (l'hiver pour votre dernier album par exemple). Que pouvez vous nous dire à ce sujet?
Bien, le concept du nouvel album est bien plus que simplement le temps. Chaque titre de morceau se rapporte à un évènement dans notre environnement ou à un phénomène météorologique, et le titre est un concept visant à changer nos propres vies, triompher de nos limites personnelles.

Comment se passe vos compositions, y a-t-il un compositeur principal dans le groupe où chacun participe-t-il à l'élaboration des morceaux ?
Oui, ce fut le cas dans le passé, je (Laurent Lebec) écrivait la base des morceaux, et ensuite ils se construisaient à partir de là, mais dernièrement, le procédé s’est fait de manière plus ouverte et démocratique. On compte vraiment plus sur les autres qu’avant.

La musique de Pelican a toujours été instrumentale. Est-ce un choix à la base ou bien n'avez-vous pas encore trouvé de chanteur?
Nous avons essayé d’avoir un chanteur, mais ça nous a semblé plus naturel – on a préféré focaliser sur la musique en premier, et c’est devenu une source d’inspiration pour nous. On a vraiment le sentiment qu’il y a plus de possibilités dans ce genre.

Vos compositions resteront-elles toujours instrumentales, ou l'apparition de vocaux est-elle envisageable ? Si elle l'est, le chanteur serait-il membre du groupe à part entière, ou bien ne serait-ce qu'une apparition occasionnelle sur un titre ?
Nous n’avons pas l’intention d’enregistrer de vocaux pour nos prochains projets, mais nous voulons essayer ça un jour, enfin, nous essaierons d’autres choses. On verra. Les vocaux pourraient être une autre couche d’instruments.

Comment se passe votre collaboration avec Hydrahead records ? Les prochaines sorties se feront-elles également sur ce label ?
A ce que je sais, oui. Nous sommes une famille et nous grandissons ensemble.

Comment réagissez vous face au succès relativement rapide que vous avez connu ?
C’est merveilleux et on en est très heureux. On est très content de pouvoir jouer autant de musique qu’on en a joué, c’est le seul genre de vie qu’on veut connaître.

Que pensez vous de cette vague post-hardcore, avec des groupes tels qu'Isis ou Cult of luna ? Aimez-vous ce style de musique ?
On est des grands fans d’Isis, et on a récemment entendu parlé de Cult of luna. Je préfère leurs nouveaux albums que les anciens. J’aime les vocaux clairs et l’introduction d’éléments mélodiques. Mais pour moi, le vrai post-hardcore c’était Quicksand, Helmet, Jawbox, Shiner, Chavez, etc. – c’étaient les vrais pionniers de la mélodie et des rythmes intéressants dans la musique hardcore. Ils représentent une grosse partie de nos influences.

Qu'écoutez vous ces temps ci ? Quels albums conseilleriez vous?
Le nouveau Sigur Ros est beau, on adore le nouvel album des Constantines, le nouvel Opeth, TOUJOURS Enslaved, the Shins, Portastatic (pop parfaite), Bloodbath, Katatonia, Electric Magnolia Co., Bedhead !, et toujours, My Bloody Valentine, MONO, les vieux albums sortis chez Earache, du vieux thrash, Voivod, et toutes les prods Hydra Head !

Bien, l'interview se termine ici. Quelque chose à ajouter?
On sera en France très bientôt ! On devrait y être début 2006 ! Vivement qu’on y soit !

Merci à Laurent Lebec pour cette entrevue et les réponses qu'il nous a apporté sur les mystères de ce groupe.