Interviews Retour
dimanche 3 avril 2005 - U-Zine

Cradle Of Filth

Paul Allender

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Les anglais de Cradle Of Filth étaient en France début Avril pour trois concerts exceptionnels dont deux à Paris dans la salle de l'Elysée Montmartre afin de filmer leur prochain DVD. U-Zine en a profité pour interviewer à Paris (et plus exactement dans les escaliers de l'Elysée Montmartre) l'un des deux guitaristes du groupe, Paul.

Vous venez de filmer votre DVD hier soir, comment c’était ?
Paul (Guitare) : Ca s’est bien passé, vraiment bien passé ! C’était très chaud… Et le public a plutôt bien réagi ! Mais nous allons filmer également le concert de ce soir finalement afin d’avoir plus de matière et d’angles pour ce DVD.

Personnellement, j’ai trouvé le public particulièrement mou hier soir…
En fait, j’en sais trop rien. Il y avait un bon pit, mais pour te dire la vérité, j’étais plus concentré sur mon instrument et sur ce qu’il fallait que je joue, que sur le public (rires) ! Mais il est vrai que nos fans ne sautent pas partout ou ne pittent pas énormément, préférant rester tranquille et admirer le concert au lieu de s’épuiser à pogoter comme le fait le public des groupes de Death Metal.

On peut s’attendre à quoi d’autre sur le DVD ?
Il y aura donc, en plus du concert, de nombreuses scènes backstages, bien plus que sur Heavy Left Handed and Candid. Il y aura pas mal de vidéos en tout genre, sûrement de l’enregistrement de Nymphetamine et Damnation… Il sera vraiment bien rempli !

Et pourquoi avez-vous choisi Paris pour filmer ce DVD ?
Car c’était le seul lieu dont la structure et la taille de la salle nous permettait de filmer le concert avec tout le matériel nécessaire, et puis c’était nos deux dernières dates avant de rejoindre l’Angleterre ! En plus, la France est juste à côté de l’Angleterre, ce qui a permis à notre équipe de venir avec tout le matériel nécessaire sans trop de difficultés. Et puis, on aime beaucoup la France…

Quel est ton meilleur souvenir en France ?
(il réfléchit) J’en sais rien en fait… J’ai envie de te dire, tous nos concerts (rires). Mais il faut reconnaître que je garderai un souvenir particulier du concert d’hier soir qui fut vraiment, vraiment chaud ! Il y a quelques années, nous avons joué pas loin d’ici, à La Loco et c’était vraiment un souvenir mémorable car nous avons joué jusqu’à deux heures du matin !

Quelles sont les raisons qui ont motivé le départ de Dave Pybus du groupe ?
Pour des raisons personnelles, il n’avait rien contre le groupe. Mais il avait pas mal de problèmes personnels à résoudre et ne pouvait s’impliquer autant dans le groupe que ce qu’il souhaitait. Cependant, il reviendra sûrement dans le groupe !

Cradle Of Filth est réputé pour ne pas savoir garder un line-up stable. Quelle en est la raison ?
Cradle Of Filth mène une politique très dur et exige énormément de ses membres… Si tu ne bosses pas assez, tu te tires ! C’est aussi simple que ça. On travaille constamment sur le concept qu’est Cradle Of Filth, 24h/24 toute la semaine. Il n’y a pas une minute sans qu’on y pense que ce soit en tournée, en studio ou chez nous. Ca nous prend énormément de temps ! Et les personnes qui ont quitté le groupe, sont partis parce qu’elles étaient trop feignantes ! Or, dans ce cas, si tu ne bosses pas assez, c’est complètement injuste pour les autres membres du groupe qui se défonce non stop pour le groupe. Il est donc naturel qu’elles partent… Voilà l’histoire de Cradle. De nombreuses personnes sont entrées dans le groupe très motivées avant de faire place à la paresse petit à petit et après plusieurs rappels à l’ordre, doivent partir… Et on doit trouver quelqu’un d’autre !

C’est donc pour ça que tu as quitté le groupe pendant quelques années ?
Non, pas du tout. J’ai quitté le groupe car je n’étais pas d’accord avec le point de vue des autres sur la tournure que devait prendre le groupe, ce qui a provoqué de gros clashs avec certains membres de Cradle. Voilà pourquoi j’ai quitté le groupe.
Et lorsque l’on m’a proposé de revenir dans le groupe, ça m’a pris 3 / 4 mois à me décider à réintégrer le groupe car je voulais voir si les ego personnels étaient mis de côté ! Mais les mauvaises vibrations n’étaient plus là, donc tout allait pour le mieux. C’était un peu comme si j’intégrai un nouveau groupe.

Vous êtes aujourd’hui chez Roadrunner, pourquoi avez-vous quitté une major comme Sony ?
Sony ne savait pas bien faire la promotion du groupe. Ils jetaient de l’argent par la fenêtre, investissez beaucoup mais très mal. Par exemple, on avait un gros budget pour enregistrer nos albums, mais pas de promotion efficace derrière. Pour citer l’une de leurs conneries, ils ont perdus pas mal de couvertures d’albums… Et, donc à cause de Sony, le groupe entamait petit à petit une décente aux enfers, alors lorsque notre contrat était bientôt arrivé à échéance, nous n’avons pas voulu le reconduire et continuer avec eux car ça aurait été du suicide. Et bizarrement, ils n’ont pas mal réagit et nous ont laissé partir par dépit. Et c’est alors que Roadrunner nous a recruté, ce qui est vraiment une bonne chose pour nous et un tournant pour notre carrière, comme l’est à chaque fois une signature sur un nouveau label.

Parlons de Nymphetamine maintenant… Cet album se démarque beaucoup des anciens, il y a moins de titres sataniques par exemple !
Oui, parce que nous avons grandi entre temps (rires). On ne cherche plus à écrire des titres ou des paroles les plus sataniques qui soient… Personnellement, je nous considère plus comme un groupe qui traite de ce qui est horrible, plus que du satanisme… On ne se focalise pas sur un seul thème mais sur plusieurs. Et puis ces thèmes nous permettent de trouver l’inspiration de notre musical et de coller parfaitement avec la voix de Dani, ce qui est plus facile pour nous ensuite…

La pochette, quant a elle, est beaucoup plus soft que par le passé. Est-ce une façon de dire que Cradle Of Filth évolue ?
Oui, je suppose… Cette pochette a été faite par un gars qui s’appelle Matt Lombard. On savait à l’avance ce qu’on voulait, même si la pochette initiale représentait un énorme Diable. On voulait quelque chose de différent, qui rompe avec la tradition des anciens albums de Cradle Of Filth. C’est donc pour ça qu’on a adopté le style de Matt Lombard.

Ce nouvel album est bien plus dans la veine de Cruelty And The Beast que Damnation And A Day… Etes-vous revenu à quelque chose de plus ancien du fait de la critique sur Damnation ?
Non, c’est notre évolution musicale (rires). Lorsque nous composons des morceaux, on part sans aucune idée de ce à quoi on veut que ça aboutisse. On ne prépare rien et on se laisse bercer par la musique. Voilà pourquoi chaque album de Cradle Of Filth est différent, car nous sommes spontanés. Si on joue un truc qui nous plait, on l’enregistre, sinon on le jette, voilà comment on y travaille.
Mais, on s’en fout royalement de sonner comme tel ou tel album ! D’autres personnes m’ont dit que cet album était dans la veine de Dusk…, mais en fait, cet album est dans la veine de Nymphetamine (rires).

Pourtant, beaucoup d’artistes arrivent en studio sans aucune idée, et pourtant ils sonnent toujours pareil qu’avant ! Comment faites-vous donc pour avoir un son sans cesse différent ?
C’est notre but de composer à chaque fois des albums qui se démarquent des autres. Pour cela, on fait appel à la spontanéité comme je te l’ai dit. Je pense que la diversité de notre musique vient du fait que nous jouons différents styles musicaux. On veut sonner différemment de tout ce qui a été fait par le passé, et pour cela, on mélange sans cesse nos différentes influences personnelles. Or, chaque année, nous n’écoutons pas le même style de musique, ce qui peut également expliquer pourquoi notre musique n’est jamais la même d’années en années.
Là, j’ai déjà composé 3 nouveaux morceaux du prochain album et je peux te dire qu’ils sont vraiment différents de Nymphetamine car on voulait revenir à quelque chose de plus traditionnel dans la veine heavy avec des influences telles que Judas Priest. D’ailleurs, l’influence Judas Priest va vraiment se sentir sur le prochain album (rires) ! Cependant, on ne veut pas du tout faire du heavy, ça sonnera moderne malgré les fortes influences Judas Priest.

J’ai hâte d’entendre ça ! Tes dires confirment mes pensées… Votre musique est bien moins agressive qu’à vos débuts ! Est-ce parce que vous vous êtes rangé en vieillissant ?
Oui, totalement (rires) ! L’âge est un facteur indéniable… J’avais (il réfléchit) 23 ans quand The Principle Of Evil Made Flesh est sorti, aujourd’hui, j’en ai 44 ! Tu vois la différence (rires) ? Tu te calmes donc quand tu vieillis…

Les fans de Black Metal ne vous considèrent pas comme un groupe de Black Metal… Quel est ton point de vue là-dessus ?
Je suis d’accord avec eux, car personnellement, je ne pense pas qu’on en soit un ! Le débat fait rage au sein du groupe car certains membres pensent qu’on en ait un (rires), mais je pense que nous sommes plus un groupe d’extrême heavy metal, surtout sur Nymphetamine ! Dans le passé, à l’époque où nous faisions des albums plus agressifs, comme tu dis, je pense qu’on avait un côté plus black metal… Mais aujourd’hui, on est vraiment un groupe d’extrême heavy metal car nous n’avons rien à voir avec des groupes tels que Dimmu Borgir, Emperor ou Immortal qui sont des groupes de Black Metal de référence, en tout cas pour moi. Mais grâce à ce statut de groupe d’extrême heavy metal, cela nous permet de jouer le style de musique dont nous avons envie. Alors que si nous avions été confiné au rang de groupe de Black Metal, on n’aurait pas pu composer ce qu’on joue aujourd’hui.

Et avez-vous une certaine popularité dans les pays Scandinaves comme la Finlande ou la Norvège où le Black Metal est presque une religion ?
Oui bien sûr ! Partout où l’on va nous avons des fans et de très bonnes critiques !

Depuis Cruelty And The Beast, le nom de Cradle Of Filth est associé à celui de groupe commercial. Quelle est ta réaction vis-à-vis de ces dires ?
(l’air embêté) On ne sait jamais, mais alors jamais de chez jamais, considéré comme un groupe underground ou, inversement, commercial ! On est un groupe de musique, point barre ! Et si les gens n’aiment pas ce que nous jouons, ils n’ont qu’à pas l’écouter, c’est plus simple (rires). On est un groupe de 6 personnes qui vivent pour la musique, et c’est tout ! En composant notre musique, on ne cherche pas à obtenir un son underground ou commercial (rires), on l’écrit juste, et ce qui doit en ressortir, en ressort !
Et puis si des connards sont là pour nous attribuer des titres, ils n’ont qu’à faire le même boulot que nous et on verra ensuite (rires) !

Et pour finir, quand reviendrez-vous jouer en Europe ou plus particulièrement en France ?
Oulà, j’en sais rien (rires) ! Lorsque nous reviendrons de cette tournée, nous allons aller en studio afin, je l’espère d’enregistrer notre nouvel album. Puis nous devons faire une tournée Nord Américaine… Donc, je pense, avec un peu chance, pas avant l’année prochaine ! Car on doit faire une grande tournée aux Etats-Unis, au moins aussi grande que celle qu’on a fait en Europe, et il y a si peu de mois dans l’année (rires)… Il n’y a que 12 mois en un an, c’est donc physiquement impossible de tourner aux Etats-Unis, au Japon, en Australie et en Europe !
On va donc enregistrer notre album cet été, et l’année prochaine nous tournerons en Amérique et après nous reviendrons en Europe !

Donc votre nouvel album devrait voir le jour pour début 2006 ?
J’en sais foutrement rien… Je pense plutôt qu’il devrait sortir durant l’été 2006, mais j’en sais rien en fait…

Tu veux rajouter quelque chose ?
J’espère que toutes les personnes qui sont venus lors de notre tournée ont aimé le concert et notre nouvel album ! Sinon, le nouvel album qui est en préparation est bien meilleur que Nymphetamine, il est excellent. Et puis, j’espère qu’on pourra se revoir sur les routes !

Merci à Karine et Sabrina (pour sa patience) ainsi qu'à Paul pour sa bonne humeur ! Et enfin à Romain pour son fanatisme...