Interviews Retour
lundi 7 février 2005 - U-Zine

Nightrage

Marios Iliopoulos

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Nightrage, le groupe de Marios Iliopoulos (ex- Exhumation) et Tomas Lindberg (At The gates) revient sur le devant de la scène avec un nouvel album répondant au doux nom de Descent Into Chaos. A l'occasion de sa sortie, et vue que le groupe n'est pas prêt de passer en France pour le moment, c'est par e-mail que U-zine s'est entretenu avec le grec Marios, leader du groupe.

U-zine : De nombreux changements de line-up ont eut lieu depuis votre premier album Sweet Vengence. Pourquoi vous-êtes vous séparés du français Brice Leclercq et surtout de Per M. Jensen, batteur renommé de The Haunted ?
Marios Iliopoulos (guitariste) : Car ils n’ont jamais fait parti du line-up actuel. Per n’était que batteur de session sur notre premier album et il devait aller de l’avant avec son groupe The Haunted. Quant à Brice, ça ne l’interressait pas de devenir un membre à part entière du groupe, il a donc du quitter le groupe.

Tu peux nous parler du line-up actuel alors ?
Nous avons engagé un nouveau batteur, Fotis Benardo, qui officiait au sein du groupe grec Septic Flesh ainsi qu’un nouveau bassiste : Henric Carlsson. Ces deux gars m’ont complètement impressionné de par leur professionnalisme, car ils ont su apporter un plus au groupe afin qu’il devienne plus fort, surtout Fotis Bernado qui m’a vraiment impressionné par son talent derrière les fûts.
Quant au noyau dur du groupe, il reste le même, c’est-à-dire moi, Gus G. et Tomas Lindberg, qui a encore une fois su proposer de nombreuses idées nouvelles, surtout du point de vue vocal.
Voilà donc le line-up du groupe dont je suis totalement satisfait car grâce à lui, on peut ressentir l’alchimie qu’il y a dans le groupe sur notre nouvel album Descent Into Chaos.

Penses-tu que Nightrage ait été si populaire si Tomas n’avait pas été dans le groupe ? Car je dois avouer que la première fois que je vous ai écoutés, c’est du fait de sa présence dans le groupe…
Je pense que nous devons notre reconnaissance à la qualité de nos morceaux et à notre unité au sein du groupe. Nous avons travaillé dur pendant tant d’années afin d’arriver à ce résultat. Et je pense que nos fans nous écoutent parce que nous jouons de la bonne musique et que nous jouons du mieux que nous pouvons en studio comme sur scène.
Il est clair que le nom de Tomas Lindberg est légendaire au sein de la communauté metal, et qu’il a sûrement contribué au fait que certaines personnes aient jeté une oreille sur notre album. Mais je pense que si nous n’avions pas enregistré de bons morceaux, les gens n’auraient pas continué d’écouter et le groupe serait tombé dans l’oubli. Ce sont donc nos efforts et notre attitude sérieuse envers le groupe qui a fait que de plus en plus de fans de metal nous écoutent. Et ils aiment bien plus notre musique que nos noms !

Henric Carlsson est également le bassiste du groupe de thrash montant Cipher System. Allez-vous tourner avec lui ?
Henric est un membre à part entière du groupe et, depuis le début, il croit en nous. Il aime notre musique et notre façon de nous comporter, ce qui fait que nous nous entendons très bien. Il sera donc assurément à nos côtés en concerts et en tournées, car il considère Nightrage comme une priorité. Il va donc faire au mieux pour gérer son emploi du temps avec nous et Cipher System.

En parlant de tournées… Quels sont vos projets de tournées au niveau Européen et plus particulièrement en France ?
Nous sommes actuellement entrain de négocier une tournée Européenne qui s’étendra de Juin à Septembre afin de promouvoir au mieux notre nouvel album. Nous avons eut une offre pour jouer au Fury Fest mais rien n’est confirmé pour le moment. Ce serait cependant un grand plaisir de jouer en France et de pouvoir voir tous nos plus grands fans là-bas !

Attardons-nous sur votre nouvel album maintenant. "Sweet Vengeance" s’adressait à tes détracteurs. Qu’en est t’il pour Descent Into Chaos ? Les paroles sont-elles aussi emplies de haine ?
Il est clair que les paroles de Sweet Vengeance étaient inspirées de mes sentiments personnels et des difficultés que j’ai eu dans le passé à imposer ma vision de Nightrage.
Cette fois-ci, les paroles sont plus diversifiées et généralistes. En tant qu’êtres humains, nous sommes notre pire ennemi et nous nous dirigeons vers notre propre chaos. Nous devons donc rendre ce monde meilleur tout en traitant les autres avec plus de respects. Mais je parle aussi des sentiments qu’on éprouve lorsqu’on atteint son but avec dignité et honnêteté, ou lorsqu’on est maltraité, ou encore lorsqu’on accède à la victoire après des heures de labeurs. Les paroles sont donc axées sur les voyages psychiques que fait l’esprit et à la vision qu’à l’homme du monde teintée de peine. Mais il y a également des paroles remplies de haine, ainsi que d’un sentiment de conquête.
La détermination et la ténacité nous donne la force et l’espoir de survivre et d’outre passer les difficultés de la vie.

Et que signifie le titre de votre nouvel album "Descent into Chaos" ?
Le titre de cet album est vraiment fort du fait qu’il décrit la façon dont nous aspirons au néant par notre comportement. Et je pense que nous ne transmettons aux autres que des sentiments de froideur chaque jour. Cependant, il ne faut pas cesser de croire en un monde meilleur, car sans espoir, nous serions perdus !
Les êtres humains ne font que causer la perte de chacun d’entre nous. L’amitié disparaît petit à petit et nous devons faire un travail sur nous-même pour nous sortir de cette spirale de chaos qui nous guette. On doit résister et se battre pour obtenir un monde meilleur, et pour devenir de meilleurs êtres humaines. Car pour l’instant, nous ne faisons qu’injecter du poison dans notre sang.

A l’image de tes pensées, la pochette de l’album est vraiment sombre et pessimiste. Qui en a eut l’idée ?
Je suis d’accord avec toi sur le fait que la pochette de notre nouvel album dégage un sentiment de puissance et de chaos. La pochette a été réalisée par Seth ”Spyros Antoniou”, le bassiste / chanteur de The Devilworx et anciennement de Septic Flesh. C’est un talentueux artiste grec qui s’est déjà chargé de nombreux albums comme le nouveau Paradise Lost, Rotting Christ, Septic Flesh, Caliban, Heaven Shall Burn ou encore The Duskfall. C’est un ami à moi et après en avoir discuté avec lui, je lui ai proposé de faire notre pochette. Je fus impressionné par le résultat, surtout qu’il a travaillé avec un tel professionnalisme !
Le portrait sur la pochette dégage une certaine puissance grâce aux nombreux éléments métalliques incrustés à l’intérieur. Tout ceux qui ont vu la pochette, l’ont adorée, ce qui est un point très positif. Cela signifie que les gens vont être attirés dès le premier abord par notre CD !

Cette fois-ci, Gus a écrit quelques paroles. Pourquoi ?
Ce n’est pas vrai. Je suis le principal auteur des paroles sur notre nouvel album. Gus n’a jamais écrit de paroles pour le groupe, mais il a co-écrit avec moi 5 morceaux du nouvel album, et cet apport d’idées fraîches fut vraiment bénéfique.

Vos nouveaux morceaux sont biens plus techniques que sur Sweet Vengeance. Etait-ce une façon de prouver que vous êtes de bons musiciens ?
Non, c’est la façon dont on joue et dont on a toujours procédé. Je joue de la guitare depuis 20 ans, donc comme tu peux l’imaginer, j’ai beaucoup d’expériences dans le domaine musical. Mais nous sommes sûrement plus influencés par le metal classique, ce qui explique certaines de nos influences du point de vue technique sur ce nouvel album.

Pourquoi avez-vous supprimé les chants clairs ?
Tout simplement car nous n’en avions pas besoin cette fois-ci. Nous n’avons quasiment pas utilisé de chants clairs sur ce nouvel album, non pas parce que ça fait trend ou que beaucoup de groupes utilisent ces chants actuellement, mais parce que nous voulions moins de chants clairs afin qu’ils prennent une autre dimension les rares fois où nous les utilisons sur l’album. Cela correspondait plus à notre nouvelle approche musicale sur cet album.

Mikael Stanne fait une apparition sur l’un de vos titres. Etait-ce un choix délibéré ou un ordre du label comme pour le duo avec Tom S. Englund sur Sweet Vengeance ?
La démarche était bien plus spontanée cette fois que ce soit au niveau du groupe que du label. J’ai trouvé l’idée excellente d’avoir Mikael Stanne en tant qu’invité sur le refrain de Frozen. Je le connais bien, et lorsqu’on lui a proposé notre idée, il a accepté tout de suite tellement il était excité.

Parlons un peu de toi pour finir… Penses-tu que Nightrage est un prolongement de Exhumation à ta façon ?
C’était le but lorsque j’ai fondé Nightrage avec Gus G. durant l’été 2000 en Grèce. Le nom du groupe vient même d’un titre d’Exhumation. Mais maintenant, lorsque je regarde en arrière, je me dis que Nightrage est bien mieux qu’Exhumation. Nous avons joué avec passion de la musique avec mon ancien groupe, et je ne regrette rien de ce que j’ai fait avec musicalement parlant. Tant que j’étais le principal compositeur au sein d’Exhumation, tu peux voir une connexion avec Nightrage. Nous avions beaucoup de rêves en commun, et nous avons travaillé dur pour les réaliser. Mais d’un point de vue personnel, je me sens trahis et abandonné. En effet, certains des membres du groupe nous ralentissait par leur manque de professionnalisme et de responsabilités au sein du groupe. J’ai donc compris à ce moment là que le groupe ne ferait plus long feu.
Ce fut donc une expérience très enrichissante pour moi, musicalement et buissnessement parlant. J’ai beaucoup appris de nos erreurs et de nos faiblesses, et cela m’a permis de fonder Nightrage avec une vision plus moderne et sans la même attitude misérable qui régnait au sein du groupe !

Le fait d’être grec, et non nordique, a t-il influencé ta musique ?
Le fait d’être grec a sûrement influencé la façon dont j’ai écrit les morceaux de Nightrage. Je le pense seulement, car je ne focalise pas sur mes racines, mais ma culture grecque refait surface inconsciemment et influe mon héritage musicale.
Cela apporte à la musique de Nightrage un petit quelque chose en plus que le son suédois ne dispose pas. Cela rend donc notre groupe unique et plus intéressant, au final.

Désolé de te poser la question, mais es-tu au courant du projet de reformation d’At The Gates pour quelques concerts ?
J’ai entendu beaucoup de rumeurs à ce sujet mais rien n’est encore confirmé à ce niveau. Mais je suis sûr que s'ils le font, ce sera seulement pour une tournée ou quelque chose dans le genre. Tous les fans d’At The Gates vont êtres ravis si ça se fait car ils doivent attendre ça depuis des lustres.
En tout cas, je serai dans le pit headbanguant comme un fou à l’écoute de leurs anciens morceaux, sois en sûr !

Merci beaucoup, veux-tu rajouter quelque chose pour vos fans français ?
Merci beaucoup de m’avoir interviewer, j’espere vous revoir très prochainement à un concert de Nightrage en France. J’espere que nos fans français apprécieront l’album et passeront du bon temps en écoutant Descent Into Chaos.

Un grand merci à Marios pour avoir joué le jeu de l'interview par e-mail et à Valérie.