Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

MassHIV Sex Trauma & Ass Deep Tongued

24 Ways to Seduce a Woman

LabelLa Distrophie
stylePorn
formatAlbum
paysFrance
sortiemai 2014
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Alors de la merde, j'en ai écoutée beaucoup dans ma vie et j'en écouterai sans doute encore dans le futur. D'ailleurs j'en écoute là tout de suite maintenant et c'est un split-pute entre MassHIV Sex Trauma (MxSxTx) et Ass Deep Tongued (AxDxTx) intitulé « 24 ways to seduce a woman's split » . Du Rap-porn-gore vs du Porngrind, pour votre plus grand plaisir dégoulineux.

MSTSmell Like Teen Pussy

Première partie de cette ode au vomit social, MST présente neuf morceaux débiles, pervers, gerbants, pédophiles et tout ce que vous voulez, autour du concept de la femme... Ou du moins de son anus. C'est drôle, y'a de la punchline (« J'vais te marietrintigner »), et je pourrais en faire une super chro, j'en doute pas. Mais vu que j'ai la flemme et que leur bio résume très bien toute leur musique, je fais un simple copier-coller, et je passe à la suite comme un voleur (et ceux qui crient au scandale je les prolapse).

« Des poètes incompris super queutar qui font du rap-metal aux textes axés cul, tabous divers et expériences traumatiques. L’un est Kabyle et hyperactif, l’autre est roux mais hélas savoyard, l’un est un dangereux manipulateur alcoolique, l’autre est un dangereux borderline sous traitement. L’un a la voix chaude,confiante d’un grand corps malade,un phrasé doux et laiteux qu'il murmure à l'oreille de jeune filles frissonnantes, l’autre a la voix rauque gutturale et inquiétante et ce depuis sa naissance ou ses parents l'ont naturellement délaissé. L’un enchaîne des références ciné / télé / littérature de gare, l’autre est totalement illettré, impudique et esclave de ses plus basses pulsions. L'un est sous contrôle judiciaire suite à une expérience d'animation en colonie de vacances, après laquelle il a été assigné en justice à cause de dénonciations d'un jeune paraplégique, ce dernier évoquant des « Toucher le pipi avec son pas bien » et autres calomnies d'enfant trop gâté par ses UMP de parents. Il s'en est toujours défendu. L'autre a perdu son emploi chez Mc Donald après ce que les autorités on appelé un coup de folie : responsable de l' encadrement d'anniversaire d'un groupe d'enfants au Mc do de Barbès, il n' a pu s’empêcher de « poser son sexe » sur le front d'un « enfant terrorisé » en guise de « cadeau d'anniversaire ».
Des textes plus dérangeants les uns que les autres parlant de détournement de mineur, d’homophobie, de misogynie, de traumatismes infantiles, etc etc. Tous les sujets sensibles liés au sexe y sont abordés avec la finesse d'une division de chars Panzer traversant un paisible village Polonais un soir de festivités.
Ils brillent également dans un registre plus léger et introspectif avec des tubes tels que « mon ex », qui aborde la délicate complexité des rapports hommes femmes aux antipodes d'une analyse bergmanienne, ou encore le très dancefloor et engagé « cancer gay », dénonçant d' une critique acerbe et sans concessions les récents mouvements de haine qui ont secoués la France durant l'affaire du «mariage pour tous ». Après avoir discuté avec Benabar lors d'une réception mondaine, ils composent « Aborteend », qui milite activement pour le droit des femmes, soutient les plus ferventes associations féministes, et aborde avec sensibilité dans un phrasé contemporain la question de la paternité.
De la provocation bien sûr, mais aussi une réflexion sur la génération des « porno addict » grandissante, des nouvelles modes et médias de masse qui abrutissent la jeunesse, et des dangers liés aux réseaux sociaux. Avec l'humour et le second degré comme arme de dénonciation massive. Au final, MST c'est LA « nouvelle vague » du Metal. Ils envoient des punchlines plus acérées que Bebel dans ses daubes godariennes, qui feraient pâlir un Audiard comme un ouvrier bas-breton apprenant la fermeture de son usine Peugeot où il bosse à la chaîne comme un connard depuis trente ans, et tient en respect les rois du rap français tels que Booba et La Fouine. Premier essai sur scène pour le duo qui a depuis foulé quelques scènes, reçu un soutien sans précédent de Jules-Edouard Moustic, sorti un album et qui travaille une nouvelle release sur un label de renom ! »

Faut écouter pour comprendre...

ADT Rectongued at First Date

PornBoysband devant l'éternel, Ass Deep Tongued ne met absolument pas la barre plus haute que MST. C'est pas pire non plus hein, c'est juste dans le même courant merdique, pas étonnant qu'ils fassent un split ensemble ces taches.

Alors ADT c'est quoi ? Bah du Porngrind dans la veine d'un Gronibard (en moins bien), d'un Spasm (en moins bien), d'un 2 Minuta Dreka (en moins... euh... swagg). Mais avant tout, ADT musicalement c'est une caisse claire. Oui, c'est juste une caisse claire. Ce son de casserole poussé au paroxysme comme on pousse sa merde dans les derniers retranchements de son chiotte à la turc. C'est juste du puka-puka qui prend absolument toute la place musicale du skeud, qui avale tout tel un trou noir, ou le trou de balle d'une black star de gonzo. Tantôt on la pénètre avec rythme, tantôt on la démonte violemment, mais ça fait toujours ce même « poc ». Bon, comme dans tous les pornos, t'as quand même toujours des gros plans sur des bites au poing de remettre en question ton homosexualité sous-jacente – le porno, ça rend tolérant, je l'ai toujours dit. Les deux grosses bites qui twerkent sur le boule d'arabe du batteur sont présentées par le « chanteur » et le gratteux unique – pour l'anecdote, personne d'autre n'a voulu rejoindre le groupe, c'est pour ça.

On va commencer par le « chant ». Je mets le chant entre guillemets car là c'est plus vraiment la voix suave de Patrick Bruel mais plus la giclette dégoulinante de Matrick Truel qui fait écho. C'est ultra pitché, c'est grave de la merde, ça vomit partout mais surtout dans tous les sens. Du coup c'est bien, c'est ça que je veux dire. Entre un Frog et un Last Days of Humanity tout en passant par un bon Marc Dorcel. C'est un peu tout ça le chant de Mulk sur cette galette à l’innommable et indomptable ignominie. L'autre tapette du groupe n'atteint que la hauteur de son talent – c'est dire s'il aurait pu jouer dans Fort Boyaux – et nous pond des riffs à en faire pâlir ma grand-mère. Ça m'étonne pas qu'après avoir écouter des merdes comme ça, elle me disent qu'à son époque on savait vraiment faire du Rock'n'Roll. Mais mamie, à ton époque, est-ce qu'on avait du porno avec des meufs à la chatte rasée, où des jap' se font violer par des tentacules pendant qu'elles se vomissaient dans la bouche, où des brésiliennes à bitesse chient dans la bouche pendant que d'autres thaïlandaises, également à bite, leur pètent dessus ? Non, hein ?! Vous c'était la guerre du Vietnam puis Ronald Reagan, à chaque époque ses inspirations hein. Chez nous votre napalm s'est transformé en Bukkake.

Heureusement que le premier morceau de cette partie c'est une cover dance d'un boys band des années 90 (The Rimming Boyz). Notons également que ADT est l'inventeur d'un néologisme qu'est le rectongue, jeux de mot à baise anglaise, francisé à partir du mot tongue qui veut dire langue, et rectum qui veut dire rectum. Je vous laisse deviner la pratique. Sans parler de la magnifique pochette...

Voilà, je me suis lâché sur deux paragraphes et maintenant on peut parler de la zic plus en profondeur. Mais la chro est déjà trop longue et ça me fait chier, alors j'arrête là, tant pis, de toutes manières tout le monde s'en fout de la bonne musique, vaut mieux se toucher sur des montages de David Guetta qui trombone Nabila. Sinon le split il est groovy et rigolo hein... Putain, j'ai réussi à parler de ces deux groupes là sans utiliser le mot sida.

PS : voici les mots clés que l'on retrouve dans la plupart des titres des morceaux du split :
pénétration, cum, pute, vagin, cancer gay, schnek, éjaculation, baise, amygdales, suce, gorge, moule, gluante, bite, saloe, gouvernail, mère, Nabila et spermatozoïdes.

Cadeau : dernier morceau en date de MST, une fois l'intro passée, ça parle d'amour.



MST :
1. Immorale pénétration
2. Cum for teen one (Teen porn)
3. Interlude extra-conjugal
4. Ma sale grosse pute d'ex (au fait, t'as une surprise dans ton vagin)
5. Aborteened
6. Pré-jaculation infantile
7. Le cancer gay
8. C.O.T.O.R.E.P. de la schnek
9. Immorale éjaculation

ADT :

10. Le premier soir (The Rimming Boyz cover)
11. Baise moi
12. Débiles mentaux
13. Chatouiller les amygdales
14. Suce jusqu'au fond de la gorge
15. Ouvre ta moule
16. Toute gluante à l'intérieur
17. Je te baiserais pas tout de suite
18. Ma grosse bite dans ton sale con de vielle salope
19. Gouvernail sénégalais
20. Double gouvernail sénégalais
21. Ta chatte on dirait un éponge
22. Elle sucera des bites, comme sa mère
23. Calvi-Nabila
24. Tiens, voilà des spermatozoïdes