Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Gorgasm

Destined to Violate

LabelNew Standart Elite
styleBrutal Death Metal
formatAlbum
paysUSA
sortiejuillet 2014
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

L’annonce de la reformation de Gorgasm il y a maintenant quelques années m’avait comblé de bonheur, et la parution d’un nouvel opus faisant suite au chef d’œuvre qu’est Masticate to Dominate me redonnait espoir en une scène Brutal Death qui me lassait de plus en plus, la faute à une saturation de groupes tous plus inintéressants et identiques les uns que les autres. Cependant Orgy of Murder, s’il reste en haut du panier du style, n’était pas parvenu à me satisfaire totalement, la faute à trop de passages slam, des breaks moins inspirés qu’à l’accoutumée et des accélérations qui faisaient pâle figure pour quiconque connaissait la carrière de la bande à Damian Leski, véritable maître à penser du char d’assaut américain.

C’est donc après quelques tournées et une signature chez NSE, le nouveau label référence du genre, que le quatuor reprend les chemins du studio pour enregistrer son quatrième album, amoureusement baptisé Destined to Violate que vous retrouverez dans les bacs à partir du 31 juillet 2014. Premier constat, la formation n’a pas changé de thème de prédilection. Fidèle à son imagerie, le titre de l’album et des morceaux (avec une bonne dose d’humour pour cette fois : sans déconner les gars, Funeral Gangbang ou Carniwhore, are you seriiiious ?!) ainsi que l’illustration de la cover, prouve une nouvelle fois que Gorgasm aime les femmes et la douceur caricaturale.

Autre élément caractéristique du groupe (et désormais d’une énorme partie de la scène), nous retrouvons le traditionnel sample d’ouverture laissant rapidement place à un Destined to Violate qui rassure d’entrée de jeu. Amateurs de samples, vous allez d’ailleurs être ravis car cet album en regorge (entre autres Carniwhore, Starved For Perversion ou Sadistic Bliss et ses légères notes de piano du plus bel effet.) Mais revenons-en à la musique. C’est simple, tous les ingrédients pré Orgy of Murder qui ont fait de Gorgasm un groupe culte et respecté au sein du milieu sont présents. Que ce soit les accélérations monstrueuses du titre éponyme, le riffing écrasant de Mouthful of Menstruation ou du monstrueux break de Perverse For Pleasure aux alentours de 2.20’, Destined to Violate est une réussite sur tous les points du début à la fin.

Avec pour habitude de proposer des morceaux relativement courts (le plus long est l’éponyme d’une durée exceptionnelle de 4.20) et allant droit à l’essentiel, la bande de Damian Leski impressionne par sa technique, sa propreté et sa rapidité d’exécution, le tout couplé à des éléments les démarquant immédiatement du reste de la scène comme ces leads si caractéristiques ou encore les nombreuses mélodies disséminées ici ou là. Véritable orgasme de poésie horrifique, Gorgasm n’a jamais aussi bien porté son nom !

Ce qui m’a fait immédiatement accroché au groupe, outre l’excellence du riffing et les ambiances travaillées, est le jeu des trois voix que l’on retrouve sur chaque sortie. On retrouve donc cette fois Damian Leski, Anthony Voight et Kyle Christman se partageant l’ensemble des parties vocales pour un résultat toujours aussi jouissif. Tel un jeu de questions/réponses, les textes s’enchainent à une vitesse hallucinante, donnant un impact impressionnant à des compositions telles que Kuntkiller, Carniwhore ou encore Sadistic Bliss. La basse se fait comme à l’accoutumée très présente (Destined to Violate), illustrant par la même occasion une production et un mixage digne des patrons du genre, une étiquette qui semble aller à ravir à la nouvelle écurie référence du genre, New Standart Elite. Ayant délaissé le style depuis quelques temps, mon entourage de connaisseurs appuie cependant cette tendance et nul doute que ce nouveau jet de Gorgasm tend à confirmer la bonne pioche du label américain. De son côté, Kyle Christman n’est pas en reste et l’écoute d’un titre comme Visceral Discharge prouve une nouvelle fois qu’il est un batteur d’exception, place que ce multi-instrumentaliste occupe depuis peu de temps. S’il n’est pas aussi varié et précis que certains monstres du circuit, sa rapidité et sa puissance de frappe assure parfaitement sa présence au sein de l’armada américaine.

Ils avaient vendu l’objet comme un retour aux sources et il est agréable de constater que ce n’était pas une simple publicité mensongère. Ainsi fini les multiples slam et abus de tempos lourds et sans saveurs, l’heure est au retour des accélérations fulgurantes que les aficionados du style avaient découverts sur Stabwound Intercourse et Bleeding Profusely. Si Masticate to Dominate reste la pièce maitresse de la discographie des américains, Destined to Violate présente un Gorgasm cru 2014 en excellente forme, le moment rêvé pour enfin voir la machine de guerre sur les planches en Europe pour la promotion de ce qui s’annonce être un des prétendants au trône du Brutal Death de l’année.

1. Destined to Violate
2. Visceral Discharge
3. Infected with Lunacy
4. Kuntkiller
5. Starved for Perversion
6. Sadistic Bliss
7. Depraved Depredation
8. Carnivwhore
9. Lubricated in Vomit
10. Funeral Gangbang
11. Preserved for Pleasure

12. Mouthful of Menstruation

13. Corpsified

Les autres chroniques