Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Peshmerga

Murderous Acts of Cruelty

LabelSevared Records
styleBrutal Death Metal
formatAlbum
paysUSA
sortienovembre 2010
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Si vous aussi le split de Gorgasm vous avait profondément touché, surtout après un exceptionnel Masticate to Dominate, vous vous êtes surement réjouit à la nouvelle de la formation d’un nouveau groupe, composé de 3 ex-Gorgasm (Tom Tangalos (guitare et chant), Russ Powell (basse) et Derek Hoffman (batterie)). Il faut également ajouter au combo le chanteur Bryan Krikie et le deuxième guitariste Tim Thompson. Ainsi donc, tout ce petit monde forme Peshmerga, jeune formation ayant vu le jour à Chicago et auteur d’un seul et unique album intitulé Murderous Acts of Cruelty, sorti précisément le 3 novembre 2010 sous la houlette de Sevared Records, label décidemment très en vue à cette époque.

Alors par où commencer … Par dire que cet album sonne, très naturellement si je puis dire, comme du Gorgasm ? Il y’a de ça oui mais attention Peshmerga n’est pas qu’une vulgaire repompe de son illustre ancêtre et je vais tenter de vous le prouver. Mais pour différencier ces deux formations, il me faut commencer par établir la liste des points communs, et il y en a une brouette !
Il faut tout d’abord signaler que les membres ne sont pas calmés. La brutalité est en effet toujours de mise, avec une bonne dose de blasts (quasiment tout le temps à vrai dire) et un mélange de riffs tantôt accrocheurs, lourds et groovy à l’image de Butchered in Captivity ou du titre éponyme, tantôt brutaux et techniques comme sur Hordes of Assassins. Il faut rajouter au tableau le chant croisé (une des particularités de Gorgasm) de Bryan Krikie et de Tom Tangalos apportant en plus un surcroît de dynamisme (comme s’ils en avaient besoin les bougres) et de fraîcheur, d’autant plus que leurs growls restent relativement compréhensibles. Notons d’ailleurs la présence dans la grande majorité des titres de cet opus de refrains, accrocheurs et facilement mémorisables, servants de repères plus que bienvenus au milieu de cette avalanche de brutalité.

On dénote, hormis la ressemblance logique avec Gorgasm, une certaine influence Dying Fetus, clairement présente sur des morceaux comme le terrible Suicide on Impulse, Hordes of Assassin ou encore sur Nuclear Cremation. En effet la bande de Chicago reprend les riffs gras, pesants et terriblement entraînants ayant grandement contribué au succès du groupe originaire du Maryland.
Les influences sont là et facilement reconnaissables certes, mais nos cinq musiciens ont autre chose à montrer. En effet ce Murderous Acts of Cruelty est la preuve que ces derniers savent jouer. Sans être démonstratifs, le quintet joue vite et carré. On sent que chacun d’entre eux dispose d’une certaine expérience et cela s’entend.

Autre élément assez important pour être signaler, Peshmerga reprend l’importance que tient la basse dans sa musique comme le faisait Gorgasm qui, même si elle est malheureusement sous mixée, nous gratifie de quelques appréciables apparitions comme sur Hordes of Assassins.
Ca blast à tout va et les riffs malmènent votre nuque sans répit, oui, mais on a également le droit à quelques solos, très agréable au milieu de cette brutalité sonore. Mention spéciale à celui de Brutalize Conquer Destroy qui vient se superposer à un riff de tueur pour un passage mélangeant parfaitement agressivité et mélodie.

Au niveau des thématiques, Peshmerga traite dans son premier effort de la guerre et des combattants en général tout en gardant un certain goût pour le gore. Le mot "Peshmerga" désignant un soldat qui se battra jusqu'à la mort, il illustre bien le fait que nos cinq lascars repartent sans arrêt à l'assaut de nos tympans, avec toujours les mêmes armes, mais toujours efficaces.
Pour ce qui est de la production, dire qu’elle est puissante et claire est le moins que l’on puisse dire. Cependant on pourrait regretter le fait que la batterie sonne un peu plastique, mais rien de grave, loin de là. Le seul véritable défaut est sans nul doute sa trop courte durée (30 minutes).

Ainsi donc Peshmerga frappe assez fort en cette année 2010 avec son premier effort, encore trop peu personnel mais démontrant clairement un certain potentiel. Cependant la reformation de Gorgasm fit de l’ombre à cette encore jeune formation, qui même s'il elle ne possède plus aucun membre en commun, n'a rien sortie depuis ... Néanmoins ce Murderous Acts of Cruelty reste une très bonne sortie de l'année 2010 en terme de brutal death. Si vous cherchez quelque chose de brutal et assez technique tout en gardant une bonne dose de groove et de mélodie, cet album est fait pour vous.

1. Hordes of Assassins

2. Butchered in Captivity

3. Suicide on Impulse

4. Murderous Acts of Cruelty

5. Those Who Face Death

6. Brutalize Conquer Destroy

7. Nuclear Cremation