Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Impiety

Formidonis Nex Cultus

LabelAgonia Records
styleBlack/death
formatAlbum
paysSingapour
sortiejuillet 2007
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Impiety, voilà bien un nom capable de faire trembler de peur toutes les nones des alentours, et ce à juste titre. Nous sommes en 2007 et cela fait maintenant plus de seize ans que Shyaithan et sa horde vomissent à la face du monde et de l’humanité. Leurs premiers assauts s’étaient fait à base d’un black primaire et sauvage (Asateerul Asaween, Skullfucking Armageddon) pour finalement laisser place à un black/thrash/death apocalyptique à partir du terrible Kaos Kommand 696. La recette avait été reprise en légèrement plus death/thrash sur le très bon Paramount Evil. On peut donc se demander ce que nos quatre fous furieux vont nous servir cette fois pour la sortie de ce Formidonis Nex Cultus, sorti sous la houlette du label du groupe depuis l'opus précédent, Agonia Records.

Le sanglier enragé représenté sur la pochette laisse présager la boucherie en devenir, tout comme les illustrations d’églises, de mosquées et de synagogues en feu se trouvant sur chaque page du livret. S’il fallait placer cet album, musicalement parlant par rapport au reste de la discographie du groupe, je dirais qu’il apparait comme un excellent mix entre la brutalité sauvage de Kaos Kommand 696 et le côté thrashy et très rentre dedans de Paramount Evil. Le décor est désormais planté, place à l’action !

Ce cinquième full lenght d’Impiety s’ouvre sur une introduction sombre et inquiétante, rapidement percée par un Forminodis Nex Cultus craché en pleine face de l’auditeur. Les hostilités sont lancées et ne s’arrêterons jamais avant la fin de la galette (à condition que l’auditeur y survive …) Tout n’est alors que chaos et sauvagerie. Une avalanche de riffs rapides et tranchants donnant le change à des solos joyeusement bordéliques, un batteur en prise de furie destructrice, martelant constamment comme un forcené ses fûts, voilà une petite idée de l’atmosphère présente ici.

Cependant nous avons droit à nombre de passages marquants, servant de repères au milieu de ce no man’s land apocalyptique, comme par exemple les refrains, fédérateurs et rentrant irrémédiablement dans la tête (Terror.Death.Worship) ou encore ces nombreux riffs au feeling très thrash comme par exemple sur Escalate the Pestilence ou sur The Blietzkrieg Omega. Mais même ces parties ne peuvent faire figure de temps mort au milieu de cet assaut sanguinaire. Non, je vous le dit, il n’y a aucun répit au sein de cet opus.

Un mot sur le chant désormais. Et bien la voix de Shyaithan, leader incontesté de l’escouade et seul rescapé d'origine, est toujours identique à celle des deux précédentes cartouches. Un chant criard donc, mais qui se veut également profond, renforçant ainsi l’impact des nombreux blasphèmes que le bougre se réjouit de vomir depuis la formation de la bande. A noter l’usage récurrent du beuglement vomitif (Vomit Jehovah Vomit), collant à la perfection avec les idées répandues.

Si la musique du groupe se veut sauvage et chaotique, le son se veut lui propre et net. La production est en effet idéale à ce genre de compositions, avec une voix très en avant, une batterie bien à sa place et des guitares audibles et marquantes sans prendre le pas sur le reste comme c’est parfois le cas.

Même si cela n’était pas nécessaire après les deux dernières tueries en date, Formidonis Nex Cultus confirme le statut d’Impiety comme grosse pointure de la scène extrême. Cet album apparaît également comme étant très proche des combos comme Infernal War ou Infidel. Toujours est-il qu’Impiety continue tranquillement son œuvre de destruction, propageant ses convictions sans se soucier des modes. Les singapouriens ont frappés un grand coup avec cet album et cela n’est pas prêt de s’arrêter. Au contraire cet opus prépare le terrain pour le prochain assaut, l’excellent Terroreign qui verra le jour deux ans plus tard.

1. Genocidio Primero

2. Terror. Death. Worship

3. B.O.A.R (Beast of Abominable Regiments)

4. Escalate the Pestilence

5. Vomit Jehovah Vomit

6. Aten.. Once Upon

7. The Blitzkrieg Omega

8. Death Squad

9. Ready to Explode

10. Himno Morbido

Les autres chroniques

Album

janv. 1998 U-Zine

Impiety

Skullfucking Armageddon

Album

nov. 2002 U-Zine

Impiety

Kaos Kommand 696

Album

oct. 2004 U-Zine

Impiety

Paramount Evil

Album

févr. 2011 U-Zine

Impiety

Avent of...