Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Stone Sour

House Of Gold And Bones : Part I

LabelRoadrunner
styleMetal alternatif / Hard rock
formatAlbum
paysUSA
sortieoctobre 2012
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Un album de Stone Sour est toujours un évènement, ou un non-évènement (au choix). En raison des fans de Slipknot qui suivent le groupe avec plus ou moins d’attention, mais également la grande famille de ceux qui détestent de près ou de loin tout ce qui touche aux neufs masqués. Car Stone Sour a toujours eu du mal à prendre une ligne claire vis-à-vis de l’autre groupe de Corey et James. Les lignes ont même été confondues lorsque le groupe de l’Iowa a entamé un virage plus soft (changement amorcé par Vol. 3) le rapprochant ainsi dangereusement de SS. Nul ne peut douter que certains titres auraient pu basculer d’une discographie à l’autre.

Mais, au fond, ce qui a toujours causé préjudice à Stone Sour (et probablement à Slipknot dans leurs derniers albums), tient plus à leur inconsistance. Soit les chansons étaient d’un niveau disparate limitant par là même une réelle cohérence à l’album, soit les chansons elles-mêmes n’étaient pas cohérentes avec des refrains chantés, mièvres à souhait, suivis de riffs et d’une grosse double pédale pas toujours des plus inspirés pour rappeler que « Oui, on fait du metal ». Une nouvelle orientation avait été prise avec la sortie d’Audio Secrecy, précédent opus. Un adoucissement notoire aboutissant à un album cheesy et à la durée de vie très limitée. Pas l’orientation la plus souhaitable donc.

C’est donc avec quelques réticences que l’on commence à écouter cet album, sobrement intitulé « House Of Gold And Bones : Part 1 ». Cet album « concept » va cependant redorer un peu le blason du groupe, que l’on ne s’était pas privé de critiquer ces dernières années. Si globalement le rendu n’est pas exceptionnel, l’album est cohérent et, à tout le moins, moins hétérogène que le précédent. Chaque titre trouve sa place au sein de cet album, rendant l’écoute d’autant plus facile et plaisante.

Un album Straight-forward comme disent les anglais qui ravira très certainement les fans du groupe. Pour les autres, il n’est pas certain que cet album changera leur opinion sur Stone Sour qui, s’il sort un album plutôt bien construit et composé, ne va pas révolutionner le metal. Certains titres sont particulièrement réussis comme la très groovyAbsolute Zero ou bien encore Influence Of A Drowsy God et RU486 (quel doux nom pour une chanson). Seule Tired est, à mon sens, terriblement faiblarde.

Côté instruments, tout est honorable sans pour autant être exceptionnel. Les partitions de guitares sont bonnes, tantôt inspirées tantôt médiocres, mais le tout est de bien meilleure qualité que le dernier album qui manquait cruellement de punch et d’idées. On se surprend même à bouger la tête sur Absolute Zero. Malheureusement, les soli sont souvent très faibles et n’apportent rien aux compositions (comme sur Gone Sovereign). Mais le groupe, sauf quelques exceptions (Get Inside notamment) n’a jamais été un cador dans ce domaine. Roy continue sur sa lancée avec un jeu précis, sans trop de fioritures et efficace. La basse est néanmoins en retrait et il faut bien tendre l’oreille pour parvenir à discerner le jeu de Rachel.

Côté voix et paroles, le point fort de Stone Sour dans les premiers albums (Cold Reader ou Orchids par exemple), le constat est moins négatif que dans leur précédent opus. Corey a retrouvé un peu de force et de justesse même si sa voix n’est pas exempte de tout reproche lorsqu’il s’agit de pousser un peu dans les aigus. Plus particulièrement, A Rumor Of Skin et Taciturn sonnent plutôt bien. Les paroles quant à elle sont également plutôt bien travaillées. La dernière chanson citée demeurant certainement la mieux écrite.

Pour résumer, cet album ne restera pas dans les annales. Mais Stone Sour a enfin réussi à produire de nouveau un album bien ficelé, plaisant et qui témoigne de la détermination du groupe à évoluer malgré les années. Une bonne surprise que je n’attendais pas. Et je demeure convaincu qu’un tel album pourra trouver toute sa place en live.

1. Gone Sovereign
2. Absolute Zero
3. A Rumor Of Skin
4. The Travellers Part 1
5. Tired
6. RU486
7. My Name Is Allen
8. Taciturn
9. Influence Of A Drowsy God
10. The Travellers Part 2
11. Last Of The Real

Les autres chroniques

Album

août 2002 U-Zine

Stone Sour

Stone Sour

Album

sept. 2010 U-Zine

Stone Sour

Audio Secrecy

Album

avr. 2013 U-Zine

Stone Sour

House of Gold and Bones : Part II