Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

While Heaven Wept

Fear of Infinity

LabelNuclear Blast
styleEpic Power/Doom Metal
formatAlbum
paysUSA
sortieavril 2011
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Pendant que le paradis pleurait, les chroniqueurs dansaient et continue de le faire. Le fait de recevoir un nouvel album de While Heaven Wept est toujours une joie et compense cette sortie en catimini de Fear Of Infinity qui m'a fait passer à coté de cet album pendant une année de plus que tout le monde. Mais bon, il est là alors même en retard, ne boudons pas notre plaisir pour ce qui est l'un des groupes de Doom les plus accessibles.

Je ne vais pas vous refaire un portrait détaillé de While Heaven Wept donc si vous avez raté les premiers épisodes, sachez juste que le groupe américain est tout autant influencé par Stratovarius que par Candlemass, étant donc le représentant au style le plus proche de l'appellation Doom Epique avec une production toujours propre et puissante mais sans jamais en retirer l'âme, ce qui est assez fort pour vous le signaler. Fear Of Infinity reste très proche – pour ne pas dire identique – de Vast Oceans Lachrymose qui était, même avec le recul, un chef d'œuvre comme le Doom Epique n'en a plus connu depuis des années. Les guitares massives, les murs de double-pédale, les arpèges sanglotants, la mélancolie des mélodies ou Rain Irving qui en fait des tonnes, tout a déjà été vu sur le, pourtant, trop court Vast Oceans Lachrymose, de quoi décevoir ? Même pas, on a beau savoir à quelle sauce on va être mangé, on se laisse séduire par cet album qui a encore trop d'atouts dans sa manche pour pouvoir décevoir.

Je ne comprends pas, While Heaven Wept, ça devrait être tout ce que je déteste dans le Doom mélodique avec toute cette niaiserie et ces bons sentiments à revendre et pourtant, je me retrouve à encore me mettre à genou (ou presque...) devant une formation, gracieuse, singulière et très talentueuse. Les morceaux, aussi courts peuvent-ils être (« Destroyer Of Solace » ne dure que 2'40!), s'emboitent comme si tout l'album n'était qu'un unique morceau de trente-sept minutes, ce qui est bien trop peu, j'en conviens. Fear Of Infinity est loin de la déception mais ne possède pas non plus toute l'aura de Vast Oceans Lachrymose qui avait tout du très grand album de A à Z. Là, il manque un petit quelque chose qui ferait pencher la balance, peut-être qu'il nous manque un titre aussi épique que « The Furthest Shore » pour faire définitivement entrer l'album dans une autre dimension. Mais attention ! Fear Of Infinity reste facilement parmi les meilleurs albums du genre en ce qui concerne 2011. « Unplenitude » et sa classe minimaliste sauront vous tirer une petite larmichette tandis que la première partie de l'album n'a toujours pas fini de vous faire headbanguer et chanter (« Destroyer Of Solace, Destroyer Of Me! »). Il y en a qui luttent pour créer un hymne tous les deux albums alors que While Heaven Wept t'en crée trois ou quatre par album. C'est ça d'être facile.

While Heaven Wept ne connaitra pas le même succès qu'il a connu avec Vast Oceans Lachrymose et ne donne pas l'impression de s'être lâché totalement mais Fear Of Infnity tiendra la dragée haute à tous les amateurs de Doom ou de Heavy Metal. Les Américains ont un truc un plus qui ne s'explique pas, leur permettant de faire mouche même quand ils ne surprennent pas.

1. Hour Of Reprisal
2. Destroyer Of Solace
3. Obsessions Now Effigies
4. Unplenitude
5. To Grieve Forever
6. Saturn And Sacrifice
7. Finality

Les autres chroniques