Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Inverloch

Dusk | Susbside

LabelRelapse Records
styleDoom Death Metal
formatAlbum
paysAustralie
sortiejanvier 2011
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

On était là au Hellfest, on les a attendus longtemps et ils ne sont jamais venus. Faut dire qu'on était un peu bête, le groupe avait annulé il y a quelques mois alors qu'il s'appelait encore d.USK et on était au courant mais on ne voulait pas y croire, on aurait tellement aimé voir ce groupe de Doom Death sur scène. Mais au fond pourquoi voulait-on tellement voir ce groupe formé il y a seulement quelques mois ? Hé bien, parce que ce groupe, ce n'est pas le groupe de premiers venus comme certaines chroniques tendent à nous le faire croire. d.USK, devenu Inverloch entre temps, n'est autre que la version 2012 de diSEMBOWELEMENT. Mais si, vous connaissez ce groupe légendaire du Doom Death qui a marqué plus d'un musicien avec la sortie de son non moins légendaire et unique album, Transcendence into the Peripheral en 1993. Inverloch devait servir de tremplin pour deux anciens membres (Paul Mazziotta, le batteur et Matthew Skarajew, l'ancien bassiste devenu guitariste) accompagné de jeunes membres pour, d'abord, pouvoir jouer les vieux morceaux de diSEMBOWELMENT sur scène mais également pour pouvoir donner une suite à cette formation qui s'est séparée trop vite. 2012 arrive et avec la fin du monde, amène un premier EP appelé Dusk | Subside. Cet EP ne contient que trois morceaux pour vingt-deux minutes de Doom Death Metal qui se doit d'être plus que convaincant au vu du passé de certains de ses membres.

On est bien vite rassuré sur les intentions des deux anciens membres de diSEMBOWELEMENT. Le Doom Death distillé par les Australiens n'a rien à voir avec le Doom Death qu'on a trop l'habitude ces dernières années, c'est à dire plus mélancolique que totalement désespéré avec un peu trop de mélodies et de guimauves à mon goût (encore que pour certains, ça passe tellement bien qu'on ne leur en veut pas de jouer la carte de la belle mélodie. N'est-ce pas My Dying Bride ou Inborn Suffering ?). Non, diSEMBOWELEMENT (Oups, le lapsus révélateur que je vais justement laisser) garde sa ligne de conduite tellement torturée qu'il n'est pas difficile de se rendre compte que ce groupe a influencé et pourrait continuer sous le nom d'Inverloch à influencer un groupe comme Ataraxie.

En effet, sur ce Dusk | Subside et ses trois titres – disons-le - un peu courts pour du Doom Death comme je l'aime puisqu'on remonte bien vite des enfers dans lesquels les Australiens nous ont jetés sans vergogne. « Within Frozen Beauty » met du temps à démarrer mais quand elle prend son envol, elle fait office d'uppercut en pleine face. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas une partie de Death Metal bien Old School aussi destructrice sur un album de Doom Death. Directement, tu comprends qu'Inverloch tout comme diSEMBOWELEMENT en son époque, ce n'est pas juste un type qui growle sur des riffs un poil lourds mais bien un véritable mariage entre le Death et le Doom Metal comme on en voit finalement trop peu. La parenté est d'ailleurs forte avec toute la scène Death Metal européenne des débuts des années 90 au vu de la bestialité de la musique. De l'autre coté, les passages plus calmes détiennent une ambiance malfaisante nous emmenant avec elle droit vers les profondeurs de la Terre comme si le groupe était possédé par sa musique et par bien plus comme peut l'être Ilia Rodriguez, le chanteur d'Indesinence sur scène.

Certes, j'en vois certains venir comme quoi cet EP fait pale figure à coté du grand Transcendence into the Peripheral de diSEMBOWELEMENT et à juste titre d'ailleurs. Le caractère schizophrène de la formation de Melbourne s'est un peu éclipsé au profit d'un son plus moderne et de compositions plus « ficelées », ce qui paradoxalement fait perdre un peu de charme à l'ensemble mais cela n'arrive pas à gâcher mon plaisir de pouvoir écouter un vrai album de Doom Death à l'ancienne. La chose frustrante de cet EP est comme bien souvent sa durée qui ne permet pas vraiment de s'immiscer au sein du groupe qui semble avoir plus d'un atout pour nous séduire. Dusk | Subside est une bonne petite gâterie old school en attendant un futur album mais également la sortie du tout nouvel Evoken prévu pour le mois prochain.

1. Within Frozen Beauty
2. The Menin Road
3. Shadows Of The Flame