Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Aura Noir

Out To Die

LabelIndie Recordings
styleBlack Thrash Attack !
formatAlbum
paysNorvège
sortiemars 2012
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

« The Ugliest band in the world is back » ! Tout est dit et je pourrais m’arrêter à cette simple phrase tant cette étiquette, que s’octroient les norvégiens, définit parfaitement le groupe.
Aura Noir c’est avant tout un état d’esprit. En 1993, alors que la scène black métal symphonique était en pleine émergence, Apollyon et Agressor décidèrent de former un nouveau projet cassant avec toutes les tendances qui sont en vogues. Aura Noir n’a pas pour but de révolutionner la musique, ô non, mais celui de rendre hommage à une scène oldschool qui a fait vibrer les deux comparses. Celtic Frost, Venom, Sodom, Kreator voire parfois Slayer, nourrissent un Black Thrash sans concession qui renoue avec les moments de gloires de ces deux scènes qui aujourd’hui sont tombés aux oubliettes au profit de merdes comme le Deathcore ou encore le Djent.

Séduit par le projet, Blasphemer (guitare) vient compléter un des trios les plus virulants de Norvège, complétant ainsi un C.V. tout simplement hallucinant puisqu’à eux trois, Apollyon, Blasphemer et Agressor se placent comme des acteurs majeurs de la scène norvégienne pour avoir jouer dans : Mayhem, Immortal, Satyricon, Dodheimsgard, Ulver, Ved Buens Ende, Virus et bien d’autres.

1996 verra la sortie du premier (et meilleur) opus du groupe, sobrement intitulé « Black Thrash Attack ». 42 minutes d’un black/thrash ravageur propice au headbang. Un album où rien n’est à jeter, la rage vocale d’un Apollyon combinée au riffing incisif de Blasphemer et à l’énorme batteur qu’était Agressor font d’Aura Noir une formation hors normes.

Cependant en 2005, un tragique accident affectera le groupe, puisque Carl Michael a.k.a. Agressor est tombé (s’est jeté ?) du quatrième étage d’un immeuble et l’a rendu en partie invalide. Même si Agressor jouait seulement un titre sur deux à la batterie (Apollyon et lui même s’échangent à tour de rôle leurs postes au chant/guitare et batterie), il apportait cette technique et cette énorme rapidité que jamais Apollyon n’atteindra même avec toute la peine du monde. Un talent gâché, je vous invite même à écouter l’album de Ved Buens Ende où vous entendrez un Agressor magistral derrière sa batterie.

Un accident tragique mais qui n’arrêta pourtant pas les choses puisqu’en 2008, Aura Noir reprit du service comptant bien Agressor dans ces rangs, se chargeant exclusivement de la guitare et du chant en studio. La même année sorti « Hades Rise », quatrième opus du groupe.

Alors qu’Apollyon et Blasphemer étaient occupés avec Immortal et Ava Inferi, il aura fallu attendre quatre longues années pour que ce cinquième opus, « Out To Die », voit enfin le jour.
« Hades Rise » qui était, au final, sympathique mais peu convaincant de part son côté mou du genou du à une majorité de titres mid-tempo, nous étions en mesure d’attendre un réveil du groupe qui nous a pondu des bombes telles « Conqueror » ou autre « Sons Of Hades ».
Pas d’effet de surprise, Aura Noir ne se fera pas prier. A l’écoute de « Trenches » qui ouvre ce nouvel album, il n’y a aucun doute, Aura Noir a retrouvé son agressivité et sa fougue qui ont faisaient mouche sur les précédents efforts, quel plaisir !
Comme la tradition le veut sur chaque album et ceux depuis l’EP « Dreams Like Deserts », Apollyon et Agressor échangent leur poste (même si ce dernier ne joue plus de batterie). Le premier se chargera du chant sur les titres les plus agressifs laissant à son comparse Carl Michael les titres mid-tempo tel que le rampant « The Grin From The Gallows ».
« Out To Die » sonne bel et bien le réveil des norvégiens avec une majorité de titres rapides dont l’énorme « Abbadon », ou le titre éponyme qui montre un Blasphemer sous ses meilleurs jours (écoutez moi ce break de folie à 1 :24 !). La paire Agressor/Blasphemer fait des merveilles, ce dernier nous gratifie même de quelque excellents solos (« The Grin From The Gallows », « Priest’s Hellish Fiend »).
Outre cette agressivité retrouvée, Aura Noir nous livre un album avec une production digne de ce nom. Les productions « raw » c’est bien, mais attention à ne pas en abuser. « Hades Rise » souffrait de ce problème, certes le son était typé old school au profit de la puissance. Cette fois, le tire est rectifié, on s’en prend plein les esgourdes tout en gardant un grain oldschool dans le son des guitares.

En somme, « Out To Die » représente un retour vainqueur qui aura mis quelques écoutes à réellement se révéler. Un bon album après la déception nommée « Hades Rise ». Cependant, il reste ce je ne sais quoi qui me dérange trouvant l’ensemble peut être un peu trop homogène, manquant un brin de folie qui pouvait être présent sur le monstre « Black Thrash Attack ».
A peine 30 minutes suffiront à Aura Noir pour démontrer qu’ils sont en vie plus que jamais, ça ne fait plus aucun doute « the ugliest band of the world is back » et « Out To Die » mérite sa place dans le top albums 2012.

1) Trenches
2) Fed To The Flames
3) Abbadon
4) The Grin From The Gallows
5) Withheld
6) Priest's Hellish Fiend
7) Deathwish
8) Out To Die