Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Peter Kernel

White Death & Black Heart

LabelOn the Camper Records
styleIndie Rock
formatAlbum
paysSuisse
sortienovembre 2011
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Avec Peter Kernel, je ne sais pas trop comment ça a commencé. Tout s'est passé très vite. J'ai appris que ce groupe ouvrait pour This Will Destroy You à Paris et passait dans mon coin au mois d'avril. Hop, ayant du temps à perdre, je me retrouve sur Youtube à regarder le clip de « Anthem Of Hearts ». En trois minutes, j'étais déjà séduit par la bête. J'ai beau être un « métaleux ouvert d'esprit », je ne m'attendais pas à me prendre une aussi grosse claque par ce trio helvetico-canadien du fait de ma méfiance pour ce qui est étiqueté Indie Rock.

C'est très con et je ne sais pas pour vous mais pour moi l'Indie Rock est le genre par excellence pour les Hypsters/Bobo. Ça me débectait autant que le sort de mes frères opprimés. Ceci étant dit, j'ai toujours eu une grande admiration pour Radiohead bien que ma chronique de The King Of Limbs ne le laisse pas transparaître donc à un moment il faut que je me l'avoue à moi même et au monde entier, je suis un Bobo. J'aime Radiohead, j'aime Sigur Ros, j'aime Sofia Coppola, j'aime Gaspard Noé, j'aime David Lynch et je n'ai même pas honte. J'ai la chance d'être imberbe sinon je serais irrécupérable.

Après ce coming-out en guise de très grand moment de web-réalité, venons en à Peter Kernel qui comme son nom ne l'indique pas n'est pas un artiste solo mais un vrai groupe composé d'Aris Bassetti à la guitare et en second rideau de chant qui se marie à merveille avec celui de Barbara Lehnhoff qui, elle, évolue aussi au poste de bassiste. A leur coté, notons la présence d'Ema Matis, batteur de son état. Ce trio a sorti en 2011 son deuxième album White Death & Black Heart après un How To Perform A Funeral au très beau succès d'estime si on en juge par les chroniques sur le net. Musicalement, le ton est donné d'entrée par « Anthem Of Hearts » et son introduction a cappella (« We don't care about, having something fast, making something last, building up our past »). Le groupe ne va en faire qu'à sa tête et quelle tête! Peter Kernel, c'est avant toute autre chose une personnalité hors du commun au prix de mélanges stylistiques qui auraient pu paraître bancals chez d'autres mais qui, ici, semblent être le sommet du bon sens. Pour revenir au morceau, il est volontairement construit « bêtement » avec des enchainements trop gros pour passer et sans fluidité (qui est pourtant d'habitude très importante pour moi) qu'aucun mélomane de ce nom ne voudrait écouter. Et pourtant, c'est le contraire qui opère : Le charme. On se retrouve devant une espèce de groupe enfant naïf mais déjà mélancolique qui se fout royalement de ce qu'il se passe à coté et qui veut se séduire lui-même avant de séduire son prochain. Le paradoxe, c'est que ce plaisir est outrageusement contagieux.

Pour les qualifier, on parle de Punk Art. Entre nous, je ne vois pas trop ce que ça veut dire. Tout ce que je sais c'est que Peter Kernel sur White Death & Black Heart est influencé par des scènes très différentes les une des autres. La première étant la Pop par son coté accrocheur, minimaliste et catchy (les morceaux ne dépassent jamais les cinq minutes). Ensuite, j'ai l'impression que les membres de ce groupe avaient pris leurs marques dans des groupes de Post-Rock avant de fonder Peter Kernel. Cela se ressent de part le son des instruments très propre et naturel, les effets sur la guitare, cette basse vrombissante qui groove et, bien sur, cette mélancolie qui n'est jamais très loin. La mélancolie qui m'amène à un autre style, le Screamo dans la voix d'Aris (« I'll Die Rich At Your Funeral ») et dans la tristesse générale de l'album qui atteint des sommets avec « We're Not Gonna Be The Same Again » et « Organizing Optimizing Time ».

Peter Kernel n'avait donc rien pour me plaire et au final, je suis plus que charmer par cette formation qui n'en fait qu'à sa tête en sortant des sentiers battus et en proposant une musique simple, naïve, insouciante, sincère, mélancolique et charmeuse. White Death & Black Heart est un album qui, par ses instincts primaires, nous fait nous sentir plus vivant que jamais.

1. Anthem Of Hearts
2. I'll Die Rich At Your Funeral
3. Hello My Friend
4. Panico! This Is Love
5. Tides High :
6. Captain's Drunk!
7. The Peaceful
8. We're Not Gonna Be The Same
9. Make, Love, Choose, Take
10. Want You Dirty, Want You Sweet
11. Organizing Optimizing Time
12. There's Nothing Left To Laugh About