Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Woods Of Ypres

Woods 5 : Grey Skies & Electric Light

LabelEarache Records
styleMetal Gothique
formatAlbum
paysCanada
sortiejanvier 2011
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Le 22 décembre dernier était un jour sombre pour le Metal avec un accident de voiture qui couta la vie à David Gold, 31 ans et principal maître à penser de Woods Of Ypres qui était devenu, avec le temps, un duo comprenant également Joel Violette pour jouer guitare et basse. L'histoire du groupe ne s'arrête cependant pas avec la mort de David puisque celui-ci venait de finir d'enregistrer un cinquième album, Woods 5 : Grey Skies & Electric Light qui sera donc une œuvre posthume.

Je tiens pour commencer à préciser que la version promo mise à disposition par Earache pour les webzines que j'ai donc écoutée n'est pas la version finale d'abord parce que l'ordre des morceaux a été changé et ensuite, parce que « Keeper Of The Ledger » est venue remplacer « Kiss My Ashes (Goodbye) Part II » ce qui ne devrait pas changer énormément mon avis sur cet album à l'aura bien particulière pour les raisons que vous connaissez.

On m'a parlé de ce groupe comme étant un mélange de Doom et de Black Metal. Ce n'est pas vraiment le cas pour ce nouvel album qui n'a aucune de ses deux racines à l'exception d'un « Adora Vivos » et d'une partie de « Lightning & Snow » bien Black Metal qui me font penser à du Borknagar. Pour le reste, attention aux amalgames : Tristesse n'est pas synonyme de Doom Metal sinon on conviendrait que le Viva Emptiness de Katatonia serait du pur Doom, ce qu'il n'est absolument pas. Non, les influences sont à chercher du coté du Metal Gothique de Type O Negative et Paradise Lost, deux groupes Heavy, catchy mais au fond terriblement tristes. Cela va jusque dans les intonations de la voix de David Gold très proche de celles de Peter Steele et de Nick Holmes. Une ballade comme « Finality » n'aurait pas dépareillé sur le Dead Again du groupe New Yorkais (si vous ne voulez pas chercher, je vous aide ses initiales sont TON) dans un style à la « September Sun » mais en plus triste et touchante tout en perdant complètement son caractère Heavy (Le meilleur titre de l'album, simplement). Une tristesse qui se ressent tout au long de la bête dans la musique et dans des paroles ne ressortant que plus à cause de l'évènement qui s'est déroulé à la suite de l'enregistrement.

Il faut faire attention à bien juger pour ce qu'il est et pas pour ce qu'il représente. Surévaluer un album comme Woods 5 : Grey Skies & Electric Light à cause des circonstances serait facile mais ne serait pas le meilleur des hommages à rendre à David Gold. Ainsi, l'album est marqué par l'inconstance et l'immaturité de certaines compositions qui semblent, par moments, emboiter à la va comme je te pousse. « Lightning & Snow », par exemple, possède un riff principal excellent mais dont l'efficacité est amoindri par la banalité des autres plans à l'exception du solo rapide et bref collant bien à l'atmosphère du morceau. Dans le même genre, « Kiss My Ashes (Goodbye) » qui paraît pourtant être la pièce ultime de l'œuvre, se révèle être un morceau lourd, pataud et qui en fait trop (encore merci que la seconde partie ait été retirée de la tracklist finale). Les morceaux Heavy moins directs globalement passent mal sur cet album à l'instar encore de « Modern Life Architecture » qui ne retient pas l'attention. Dans ce genre, il n'y a bien qu'« Alternate Ending » et encore plus « Travelling Alone » qui me séduisent. A coté, les titres courts et catchy que sont « Career Suicide (Is Not Real Suicide) » ou « Death Is Not An Exit » sont particulièrement réussis. « Adora Vivos » est étrange par son coté Black Metal mais en fait, il se trouve qu'on y prend notre pied comme dans un vieux fantasme où Borknagar sortirait , à nouveau, de bons morceaux.

J'ai peut être l'air un peu dur comme ça mais Woods 5 : Grey Skies & Electric Light reste un bon album qui se doit d'être jugé de manière juste. Un album posthume bon et touchant mais bien trop inconstant pour parler d'un coup de maître comme les critiques semblent le dire.

1. Lightning & Snow
2. Death is Not An Exit
3. Keeper Of The Ledger
4. Travelling Alone
5. Adora Vivos
6. Silver
7. Career Suicide (Is Not Real Suicide)
8. Modern Life Architecture
9. Kiss My Ashes (Goodbye)
10. Finality
11. Alternative Ending