Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Warmrain

Absent Friends

LabelPlastichead
styleRock Progressif Acoustique
formatAlbum
paysRoyaume-Uni
sortieoctobre 2011
La note de
U-Zine
6/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Amis groupes voulant avoir une chronique sur U-zine, faites comme Plastichead pour Warmrain. Sachez m'appâter avec de beaux noms. Si vous citez comme influences Pink Floyd, Porcupine Tree et Blackfield, je me sentirais obligé de poser une oreille et comme tout ce que je télécharge/reçois, je le chronique, j'aurais l'air bien con de me retrouver, en fait, devant un album de Brutal Death inécoutable.

Sauf que cette fois-ci, on n'est pas dupé par la marchandise, c'en devient même assez éloquent. Warmrain n'est qu'un quatuor qui doit, lui aussi, savoir se vendre pour arriver à signer un contrat avec Plastichead en n'ayant pas sorti la moindre chose depuis ses débuts. Absent Friends est en effet, la première réalisation des Britanniques. Un mini album de cinq titres (dont la version radio du morceau d'ouverture « Absent Friends ») pour vingt-cinq minutes de pureté musicale.

Les influences sus-nommées ne permettent pas de cerner tout le caractère de Warmrain. A ceux-là, il faudrait rajouter Anathema et, surtout, la sensation française Demians dont je retrouve quelque peu l'atmosphère de Building An Empire sur cet Absent Friends.
Pour citer encore un autre groupe, ce mini-album ressemble à l'EP the The Burden Is Mine... Alone de Green Carnation qui était totalement acoustique. Ce qui n'est qu'en parti le cas pour Absent Friends dont le solo estt assuré par une guitare electrique, solo non sans rappeler les envolées grandioses de Danny Cavanagh (Anathema), lui même grandement influencé par le jeu de David Gilmour (Pink Floyd). Cela donne des merveilles comme « Absent Friends » qui vient ouvrir ce CD.

La pureté, la beauté et la mélancolie dont les guitares et la voix qui risque de devenir la grande force du groupe, sont empreintes sautent assez vite aux oreilles, puis le solo arrive comme une explosion qui rappelle le « Flying » d'Anathema. Warmrain a une grande maîtrise et démontre d'un potentiel, tout à fait, intéressant, surtout sur ce titre qui de loin le plus intéressant de ce mini album. « Flying Dreams » est elle aussi plutot mais souffre d'un problème de longueurs et notamment sur la propension du groupe à utiliser ses refrains à outrance et sans variations. De même, si la recette marche pendant vingt-cinq minutes, il n'est pas dit du tout que cela puisse prendre sur une durée multipliée par deux. Je dois dire que rien qu'au bout de vingt minutes, « Run To The Sun » commence déjà à me faire chier... Un peu plus de variété ne serait pas de refus.

Warmrain fait donc des débuts prometteurs mais doit être plus ambitieux car la pureté peut être synonyme de variété à l'image de The Burden Is Mine... Alone (je ne parle pas de The Acoustic Verses que je n'ai pas encore écouté) totalement acoustique et pur mais bien varié pour nous scotcher tout du long.

1. Absent Friends
2. Absent Friends (Radio Edit)
3. Flying Dreams
4. Good To Belong
5. Run To The Sun