Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Malevolentia

Ex Oblivion

LabelEpictural Production
styleBlack Metal Symphonique
formatAlbum
paysFrance
sortiemars 2011
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

C'est pas moins de six ans après la sortie de leur premier album "Contes & Nouvelles Macabres" que Malevolentia revient sur le devant de la scène avec son second album "Ex Oblivion", fraîchement sorti en mars de cette année 2011. Le groupe franc-comtois a su s'entourer d'Epictural Production afin de produire la galette mais aussi du modeste label français Season of Mist pour sa distribution. Mais attention, ce n'est pas tout! Qui est-ce qui martèle les fûts pour votre plus grand plaisir auditif? Et bien, ce n'est autre qu'un certain Thyr! Ce pseudonyme doit vous évoquer quelque chose puisque ce dernier blaste déjà chez Otargos, entre autres. Rien que ça! On rajoute à cela un artwork fort bien façonné qui allie le mystère à un côté démoniaque, avec cette poisseuse bestiole (il est partout ce SATAN!) révisant surement des classiques sur les pages de son grimoire poussiéreux au sein de son antre maléfique ... et l'on obtient ce petit dernier en date de Malevolentia.

Le conditionnement de l'album et les étiquettes apposées ça et là au groupe l'estampillent d'une classe imprenable, qu'on le veuille ou non. Concentrons-nous maintenant sur l'essentiel et voyons si le contenu a autant de panache que les abords directs de la musique en elle-même.

Les belfortains oeuvrent depuis leurs débuts dans un Black Metal symphonique, et c'est peu dire de les qualifier de la sorte! De ce "Ex Oblivion" découle une puissance sans failles, une production propre sans que cela ne paraisse trop lisse ainsi qu'un panorama d'ambiances relativement large, plus large d'ailleurs que dans un quelconque album de black sympho. Les nuances de registres musicaux se font sans encombres favorisant une fluidité d'écoute, assez appréciable en somme. Loin de la grandiloquence diarrhéique d'un Cradle of Filth ou d'un Dimmu Borgir (pour ne citer qu'eux en black symphonique), Malevolentia développe un concept qui lui est propre s'éloignant quelque peu des clichés redondants que comporte cette scène. Raffinement, robustesse, ambiances lugubres voire tout à fait glauques (cette fin de "La Nonne et l'Incube"!) ressortent de ce deuxième album.

Les nappes d'orchestrations se fondent radieusement bien dans le tissu musical pour le moins riche, puissant et mélodieux à la fois. La chant rageur et féminin de Spleen recouvre l'ensemble de manière magistrale avec un flot de paroles en français, fouillées mais compréhensibles en de rares passages. Je rajouterais sur ce chant féminin qu'il pourrait renvoyer aux vestiaires moult congénères masculins tant il suinte une certaine frénésie exaltée. Les guitares et orchestrations sont pointilleuses et musclées à la fois, installant des riffs aussi bien aériens ("Martyrs") que pesants ("Dagon"). Les lignes de basse appuyent rondement cette percée formée par les autres instruments. La batterie, elle, est certes remarquablement éxécutée, l'on pourrait seulement lui reprocher d'être un peu trop linéaire sur la longueur du CD. On ressent d'ailleurs ce petit côté Otargos chez Thyr dans le sens où ça blaste à tout va, un peu trop à mon goût. Non, ce n'est pas exactement que cela blaste tout du long. Il y a bel et bien des passages dont le tempo est atténué voire accompagné d'atmosphères plus épiques ("Dagon"), mais je trouve que l'on s'y perd très vite dans toute cette linéarité. Puis, qui a déjà écouté du Black symphonique sans choeurs? Hein! Je vous le demande? Cet album ne déroge pas à la règle! On en retrouve évidemment sur la majorité des titres en certains passages. Incorporés parcimonieusement, ils renforcent justement les ambiances lugubres, voire grandiloquentes et raffinés, de cette dernière galette en date des belfortains.

"Ex Oblivion" reste néanmoins un album de qualité qui vient prouver que la France et sa scène Metal ont de nombreux atouts à faire valoir au niveau international. Malgré ces six longues années d'absence, Malevolentia gagnerait à être davantage reconnu de ses pairs, car après un album de cette trempe, cela semblerait tout à fait naturel. Ce "Ex Oblivion" est un album qui ravira autant les amateurs de black symphonique que les ferrus de Metal extrême bornés. Si vous ne connaissez pas encore, n'ayez crainte, Malevolentia fait dans le qualitatif au détriment du quantitatif!

01. Ex Libris Oblivionis
02. Serment de la Corde
03. Martyrs
04. A l’Est d’Eden
05. Dies Irae
06. Dagon
07. Nyarlathotep
08. Ex Oblivion
09. La Nonne et l’Incube
10. Le Geste du Corbeau