Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Les Chants de Nihil

Ma Plus Douce Vermine

LabelDernier Bastion
styleBlack ambiant / atmosphérique
sortiejanvier 2008
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Les Chants de Nihil, tout est dit.

Nous sommes en août 2008, quelque part en Bretagne...
La tristesse, la mélancolie, le chagrin et la rage se rejoignent pour ne faire qu'un sous cette pluie battante. Ma Plus Douce Vermine est l'ovni..euh pardon...l'EP venant chapeauter la discographie du groupe déjà fort de deux productions à l'époque, deux ans avant la sortie de "La Liberté Guidant Le Fer" donc.

Composée de quatre titres déroulants cinquante-deux minutes de musique, cette sortie sous l'égide du label français "Dernier Bastion" semble dévoiler quelques unes de ses facettes par son visuel astral. En survolant le digipack un tantinet classieux, une inscription vient chatouiller les yeux du futur auditeur :"Ceci est une pure expérimentation d'ambiances et d'écriture instantanée". Par conséquent, c'est un CD à placer un peu à part dans la discographie du groupe. La musique contenu sur ce support n'est donc pas vraiment comparable aux autres productions du combo en règle générale. On retrouve également tous les propos vociférés et dans un français plutôt soutenu du principal responsable de ce méfait : Frenetikmeister (musiques et textes).

Rentrons dans le vif du sujet! La Paresse Exaltée, morceau d'ouverture, vient torturer, mettre à mal, en près de sept minutes, un à un, tout élèment qui pouvait jusque là amener une once de motivation. Le ton est donné, ce n'est pas avec cette galette que l'on ressortira le visage orné d'un sourire post-cure de jouvence et c'est tant mieux! Cette lourdeur introductive, acoustique puis distordue, appuyée par un piano et des samples de cloches rendant l'atmosphère très...très funèbre, vient te chercher par le col là où tu te caches puis s'affranchit des présentations pour te conduire directement au néant en aller simple.

"Tu y es, tu y restes!" semble être le credo des trois...longs...morceaux qui suivent. L'orgue ouvrant le titre éponyme "Ma Plus Douce Vermine" pointe son nez comme pour nous le rappeler. Les riffs lourds s'éternisent dans cette interminable lenteur, la guitare lead totalement désabusée tente d'offrir une lueur d'espoir dans toute cette instrumentalisation brumeuse. Le chant rageur, douloureux mais plein de mordant, surgit, là, d'un coup et vient dominer l'harmonisation saturée de cette annihilation orchestrée de tout sentiment ou forme de pensée. Les paroles en français n'en ressortent que vaguement compréhensibles.
"Le Sucre", troisième piste et la plus longue du CD (pas loin de 19 minutes tout de même!), n'édulcorera guère cette oppression musicale. L'auditeur est encore plus ancré dans cette bien dérangeante noirceur et n'en décrochera certainement pas avec cette nappe finale planante des plus lugubres.
"Ekklesia", est le titre qui sort du lot dans cet EP. Il est un poil (un tout petit poil, je vous dis!) plus rapide que les autres. On retrouve toujours cet orgue utilisé avec parcimonie mais aussi de remarquables envolées gorgées de mélancholie. Un titre final assez poignant, il faut l'avouer.

Le son est de bonne facture dans l'ensemble pour le style pratiqué, quoiqu'un chouilla dérangeant à force au niveau de la voix, mais ne libére aucune frustration auditive. S'il fallait trouver le gros point noir du disque, j'ajouterais qu'en s'appuyant sur des riffs répétés...ressassés, le jeu de batterie plutôt uniforme à la base couplé à ces riffs lourds, lents et répétitifs viendraient presque faire perdre le fil de l'écoute. Mais, cet argument ne tient pas vraiment la route du fait qu'une bonne plâtrée de formations Black Metal en tirent justement leur épingle du jeu. C'est bel et bien cet enchevêtrement de riffs qui, de la même manière qu'un comique de répétition devient amusant, plonge l'auditeur au coeur-même du tissu musical.

Les Chants de Nihil conforte, avec cet EP faisant un peu bande à part, une image qualitative forte qui lui est propre avec un réel sens de la composition et ce chant en français .

1. La Paresse Exaltée
2. Ma Plus Douce Vermine
3. Le Sucre
4. Ekklesia

Les autres chroniques