Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Stolen Memories

The Strange Order

LabelUnderclass
styleProg Metal
formatAlbum
paysFrance
sortienovembre 2010
La note de
U-Zine
5.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

En voyant le nom de ce groupe de prog de la banlieue lyonnaise, on se replonge dans les glorieuses heures de la SF et de ses maîtres : les souvenirs volés. Que deviendrait-on sans cette partie essentielle de notre activité cérébrale ? Pourrait-on se construire ? Apprendre ? Ressentir ? La question est lancée et la main tendue sur la pochette de The Strange Order nous invite à nous extirper de ce sombre passage où une partie du passé n'existe plus pour nous mêmes mais a été transféré au bénéfice de quelqu'un d'autre pour des motifs qui nous échappent. Quel étrange ordre des choses pour reprendre le titre de ce premier album. Ce dernier (ou ce premier devrait-on dire) a été pris sous l'aile du label Pervade / Manitou afin qu'il puisse aller dans le monde pour nous faire profiter de leur musique aux accents très marqués de métal progressif.

La formation est classique en ce qui concerne le lineup mais on sent chez ce jeune groupe une fougue qui leur a permis d'accomplir ce long chemin qu'est la réalisation de cet album. Long pas tant que ça puisque la génèse du groupe date de 2007. Trois ans pour réaliser et enregistrer ces huit titres. Il leur a aussi fallu solliciter le Warm Studio afin d'y réaliser leur mixage avec un ingénieur du nom de Alex Borel (qui s'est entre autre occupé des Burning Heads).

Les voilà donc partis sur la route sinueuse du progressif et déjà on entend les sirènes de groupes connus comme Dream Theater résonner dans leurs chansons, certains riffs comme le départ de Order Of Sin rappellent la dernière période du groupe cité précédemment. On pourrait aussi trouver un peu de Pain of Salvation (le départ de The Gift est quasi de la repompe), d'Evergrey et un peu de ce qui a fait le métal progressif au tournant du millénaire et au début des années 2000. le tout est bien sûr de se demander si ces influences ont été bien digérées et pas simplement recrachées. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le constat est encourageant, Stolen Memories a réussi a produire un album qui contient quelques morceaux que l'on pourra reconnaître parmi d'autres mais ils ont encore du chemin à parcourir car ils devront se découvrir une personnalité plus forte ou plus particulière. J'en veux pour exemple My Last Resort, qui contient un grand nombre de plans très plaisants et agréables à écouter, mais qui dans son développement ne contient aucune originalité qui la fera sortir du lot.

Un deuxième point sur lequel Stolen Memories devra progresser est le son. On leur pardonnera volontiers cet écart car il s'agit là de leur premier album, mais il faut prévenir le lecteur / auditeur qu'on pourra largement attendre mieux de leur part. La batterie a un son de caisse claire trop étouffé, les guitares ne sont pas vraiment mises en avant et le clavier sonne trop cheap. À mon goût le chant est aussi trop devant damant le pion à ses petits camarades. D'ailleurs en parlant de chant, le moins que l'on puisse dire c'est que le chanteur prend des postures risquées. Autant il assure sur la plupart des morceaux et nous sort des bons refrains comme sur Days of Despair ou sur The Mortal God, autant il se prend les pieds dans le tapis avec des lignes vocales qui me semblent complètement ratées : sur The Gift ou sur Under The Rain, où là on se croirait chez Lavilliers en anglais sur les couplets. Gênant pour un porte-drapeau aussi mis en avant.

Ce qui sauve The Strange Order c'est l'énergie développée par le groupe. Il n'hésite pas à pousser la mélodie vers quelque chose de plus carton où tout part en bouquet poussé par des nappes de clavier, on ne tombe ainsi pas dans l'excès de mélodie ou bien la branlette de manche à tout va qui aurait fait que l'album ne se serait adressé qu'aux spécialistes du genre. Alors bien sûr vous entendrez des moments de soli débridés, des tirades musicales plutôt bien construites sur le bon vieux modèle claviers puis guitare, ou l'inverse.

The Strange Order est archétypal d'un coup d'essai pour un groupe qui est en découverte des exigences de la scène qui se veut forcément internationale et où la comparaison est facile pour l'auditeur. Stolen Memories est pétri de bonnes intentions et de talent mais ils doivent se mettre en tête qu'une certain exigence sera nécessaire pour faire son trou. Une exigence à plusieurs niveaux : dans les moyens, le son doit être un peu plus carré et normé même si ce mot n'intéresse que peu les musiciens. Une exigence d'écriture devra aussi d'appliquer et développer leurs qualités personnelles tout en continuant à varier les ambiances et en se démarquant un peu plus des grands de la scène qui se voient encore trop en filigrane. Le tout se jouera dans les détails : imaginez bien qu'on peut avoir du mal à se mettre en avant avec des erreurs d'anglais (grammaticale et de prononciation) : « my dreams becomes reality » dans Under The Rain, c'est sans le S ! bref, loin d'être un coup dans l'eau, c'est un départ qui devra être confirmé pour que l'étoile de Stolen Memories brille au firmament du prog français.

1. Faces Of Madness
2. Days Of Despair
3. The Gift
4. Painful Regrets
5. The Mortal God
6. Under The Rain
7. Order Of Sin
8. My Last Resort