Interviews Retour
dimanche 14 janvier 2024

Dans l'oeil de : Abduction - 10 oeuvres à travers le temps et la mélancolie

Mathieu & Guillaume

Varulven

The sound of falling, when the pictures are moving

Cela faisait longtemps que nous ne vous avions pas proposé un nouveau numéro de « Dans l’oeil de … ». A travers ce format, nous laissons le champ libre aux artistes interrogés pour qu’ils nous éclairent sur leurs références, sur leurs sources d’inspiration artistiques en dehors des territoires balisés du metal.

Après avoir exploré les rapports entre l’homme et le divin, les méandres du mysticisme et les questions d’identité culturelle, c’est vers les terres de l’histoire que nous accostons. Sujet régulièrement traité par beaucoup de groupes, il est pourtant souvent évoqué en occultant toute sa complexité et sa nuance. Pour ne s’attarder au final que sur des idées reçues et un vision idéalisée bien trop limitée.

Pourtant, à l’inverse de cette norme, il existe des artistes qui, tout en reconnaissant volontiers l’importance d’un certain romantisme inhérent à tout récit historique dans un cadre artistique, n’hésitent pas à l’enrichir d’éléments plus humains, plus terre-à terre et réalistes.

Groupe de black metal mélodique et progressif, Abduction s’emploie depuis quatre albums à faire coexister ces deux visions. En traversant des épisodes historiques tels que l’épopée de Jeanne d’Arc, le romantisme du XIXe siècle ou la Guerre de 14-18, toujours entre idéal et réalité, entre nostalgie et critique. Et c’est en sélectionnant, pour nous, dix œuvres d’art à travers le temps et la mélancolie que Mathieu Taverne (basse et textes) et Guillaume Fleury (guitares et composition) confrontent à nouveaux le romanesque et le réalisme de leurs influences. 

 

Mathieu (Basse & textes)

Vol De Nuit (1931) & Le Français Au Pôle Sud (1906)

 Les écrits des grands explorateurs : Antoine de Saint-Exupéry et Jean-Baptiste Charcot 

       

Nous sommes chanceux d’avoir eu, pour explorateurs et pionniers scientifiques de terrain, des personnes capables de rendre par écrit le souffle et la grandeur de leurs voyages et découvertes. Mermoz et Saint-Exupéry, pour illustrer le cas de l’Aéropostale et de ses défrichements de routes aériennes, ont témoigné par des formules marquantes des épreuves extraordinaires par lesquelles ils ont dû passer. Vol de Nuit est magistral en ce domaine. Les routines de vol prennent des allures contemplatives et épiques, et l’on se perd facilement dans cette poésie de l’instant, que viennent à peine atténuer les accidents et obstacles ne manquant jamais de survenir pour ajouter des drames poignants aux souvenirs de ces hommes. Du côté des expéditions antarctiques, il est difficile de ne pas se prendre aux descriptions sobres et factuelles, mais habitées d’un lyrisme indéniable, du commandant Charcot, à la vision des paysages froids et heurtés qu’il traverse. Ces récits sont ceux de personnes ayant dû faire preuve d’une volonté inconcevable aujourd’hui, et qui ont souvent dû payer leur abnégation et leur passion au prix le plus élevé.

La chanson française du début du XXème siècle

Au travers des drames, gloires, joies, et abandons des grandes chanteuses réalistes du début du XXème siècle, se révèle le coeur de ce que fut la chanson française. Parties de rien, découvrant des formes de souffrance oubliées aujourd’hui, surmontant des peines et frustrations qui en ont terrassé bien d’autres, elles ont été révérées pour un temps, toujours trop éphémère, et elles se sont hissées au seul sommet qui pouvait les contenter : celui de témoin acharné de leur origine populaire. Les destins de Fréhel, Damia, Arletty, Marie Dubas, et de toutes ces autres vedettes d’un temps où seuls les efforts payés de sa personne pouvaient compter, enseignent l’humilité. « On n’a rien sans rien », ou « aide toi, le Ciel t’aidera », en quelque sorte. Quant à leurs chansons, elles illustrent à merveille ce que donne l’authenticité quand elle s’accompagne de talent et de vécu. Le bon choix des mots, les formules qui tapent juste, l’accent placé au bon endroit, l’adéquation entre la musique et la performance vocale pour créer l’effet, et l’attitude scénique travaillée dans la tradition difficile et ingrate du caf’conc'. Tout cela forme un cahier des charges honnête et rigoureux pour quiconque se prend d’envie d’écrire un texte à mettre en musique, et se trouve prêt à y mettre du sien. Il ne reste que peu d’écho de cette époque, sur le fond comme dans la forme, mais s’en inspirer, ne serait-ce qu’indirectement, est le meilleur hommage que l’on puisse offrir à ces étoiles filantes de la chanson, aujourd’hui perdues dans l’abîme.

   Cyrano De Bergerac 

        Pièce d' Edmond Rostand - 1897

Cyrano ressemble à l’aboutissement idéal de toute la tradition littéraire française. On y retrouve le mordant satirique de Molière, ce qu’il faut de choix cornélien, un verbe haut et poétique d’une incroyable facture. Mais aussi l’esprit d’aventure des romans de Dumas, le romantisme chevaleresque du XIXe siècle, le Paris rêvé que l’on ne retrouvera sans doute jamais, et une belle collection de gasconnades pour faire rire de l’enfance à la vieillesse. Les thèmes y sont forts, les personnages tour à tour truculents et profonds, et les réparties fusent plus vite que les échanges à la rapière. C’est un sujet idéal de chanson, tant l’oeuvre possède déjà en elle-même un rythme marqué et une profusion de citations propres à se placer facilement. Et il est difficile de résister aux aspects évocateurs du récit, à ses envolées lyriques : Cyrano propose sept moyens de se rendre sur la Lune, on pourrait en rire si nous n’étions pas émerveillés. On ne peut trouver meilleure source d’inspiration, et, très certainement, de motivation, pour se lancer soi-même dans un projet aventureux. 

      Ceux de 14 

           Livre de Maurice Genevoix - 1949

Les mémoires des survivants de 14-18 sont inséparables de l’évolution d’Abduction. Leurs destins tragiques hantent chaque album. La magnitude des épreuves traversées, jusque dans l’après-guerre, non seulement ne laisse pas indifférent, mais pousse à relayer encore et encore ce qui a été, et ce qui peut encore l'être, afin que jamais l’oubli facile ne vienne s’imposer à nous. Maurice Genevoix est symboliquement le porte-étendard de tous ces soldats qui ont voulu témoigner, notamment avec « Ceux de 14 ». Par son talent d’écriture, la minutie de ses descriptions, sa mémoire d’un quotidien absurde et meurtrier jusqu’à l’irréel, il accroche le coeur de son lecteur, et il lui enseigne l’enfer intérieur dans ce  monde en feu pour ceux qui furent, pour la plupart d’entre nous, nos arrière-grand-parents. C’est une Histoire que l’on doit s’approprier, car elle est autant personnelle que nationale. Et elle continuera de nous inspirer, jusqu’au bout.

 

Guillaume Fleury (Guitares & composition)

   Les Enfants Du Paradis

      Film de Marcel Carné - 1945


Les Enfants Du Paradis est le premier (et à ce jour le seul) film que nous ayons samplé sur un album (A L’Heure Du Crépuscule/2018) mais de nombreux films classiques des années 30 et 40 inspirent nos compositions, de Les Visiteurs Du Soir (1942) du même Marcel Carné à La Grande Illusion (1937) de Jean Renoir (deux films dont nous avons repris les titres sur des morceaux de A L’Heure Du Crépuscule). Sans oublier des films comme Quai Des Orfèvres (1947) de Henri-Georges Clouzot. Les Visiteurs Du Soir est également l’une de nos inspirations pour le clip de la reprise de Mylène Farmer, « Allan », sur notre nouvel album. Les ambiances de ces films nourrissent beaucoup la nostalgie de nos morceaux. 

     Giorgino

Film de Laurent Boutonnat avec Mylène Farmer - 1994


Ce n’est pas un secret, Mylène Farmer est une grosse influence pour Abduction. Déjà à l’époque de Une Ombre Régit Les Ombres (2016), je poussai François à s’inspirer de la manière dont Mylène Farmer ponctue ses lignes vocales pour certains passages, notamment sur « L’Enlèvement D’Automne ». En plus de son immense talent de compositeur, le travail visuel que Laurent Boutonnat apporte à l’univers de Mylène Farmer est très inspirant et Giorgino est clairement son chef d’œuvre absolu. Ce film est l’une des œuvres les plus « doom metal » qu’il nous ait été donné de voir et le contexte historique du scénario (qui se déroule pendant la guerre de 14-18) se connecte à merveille à notre univers. Une œuvre totale, passionnée à l’extrême et d’une singularité incroyable, parcourue d’une atmosphère fascinante, le couronnement de l’ère « gothique » de la carrière de Mylène Farmer. Nous sommes globalement fascinés par les artistes qui « donnent tout » de cette manière, au risque de cuisants échecs commerciaux !

          Jeanne La Pucelle

               Film de Jacques Rivette - 1994 

Ce film en deux parties est à mes yeux  le meilleur jamais réalisé concernant l’épopée de Jeanne d’Arc. S’il souffre d’un cruel manque de budget qui le rend très austère, il est porté par une Sandrine Bonnaire incroyable, qui nous offre la plus belle interprétation de notre sainte. Le talent de Jacques Rivette, qui s’est appuyé sur l’expertise de la spécialiste de Jeanne d’Arc Régine Pernoud, permet de donner vie à un film prenant et extraordinairement réaliste, à mille lieux de la flamboyance exagérée dans laquelle il serait très facile de tomber.

           L ’Eglise D’Auvers Sur Oise

                  Tableau de Vincent Van Gogh - 1890

Illustration de notre premier album, Une Ombre Régit Les Ombres (2016), ce tableau est l’un des plus fascinants de Van Gogh. Peint à la fin de l’existence tourmentée de l’artiste, il nous offre une vision incroyablement envoûtante, mais aussi très sombre, inquiétante, mélancolique de l’église du village dans lequel ce dernier vit alors. Une œuvre fascinante, archétypale, qui semble renfermer un nombre colossal de secrets à percer en y « entrant ». L’apogée de l’expression d’un peintre unique, qui semblait capable de nous montrer son âme à travers ses toiles. 

          Les jardins du château de Versailles

Ayant résidé à Versailles plusieurs années, les sorties aux jardins du château mais aussi dans des lieux comme le Potager du Roi ou dans certaines rues sur lesquelles le temps ne semble pas avoir eu de prise ont pu influencer notre manière de composer. L’atmosphère de cette ville chargée d’histoire est absolument unique et donne parfois l’impression d’être dans un lieu générateur d’une énergie qui nous dépasse. Mention spéciale au Hameau de la Reine qui est un endroit hors du temps et fascinant, particulièrement inspirant

      Le château du Plessis Bourré

Ce château est visuellement lié à notre travail depuis 2018 puisque nous y avons effectué la session de photos promo de l’album A L’Heure Du Crépuscule, avant d’y retourner en 2023 pour tourner le clip de « Allan ». Au moment d’écrire le script, nous savions que nous voulions tourner dans ce château et l’avons donc immédiatement intégré à l’histoire, dont il est l’un des personnages principaux. Avoir eu le privilège de jouir des lieux « rien que pour nous » durant plusieurs heures, que ce soit pour les photos puis le clip, est un immense souvenir pour nous. Ce lieu, dans lequel ont été tournés de nombreux films, le plus célèbre étant Peau D’Ane (1970) de Jacques Demy, souffre des affres du temps mais possède une atmosphère à la fois mystique et intrigante qui fait qu’on s’y attache rapidement. Nous avons d’ailleurs un peu l’impression que c’est le lieu de résidence « officieux » d’Abduction !

*     *     *

*

 Un grand merci à Mathieu et Guillaume du groupe Abduction pour avoir accepté de se preter au jeu. 

Crédit photo : Pauline Royo.