Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Contortionist

Exoplanet

LabelGood Fight Music
styleMetal moderne, technique et progressif
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 2010
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Eeuuh... Bon...

Deux problèmes m'ont apparu lorsqu'il a fallu débuter cette chronique d'Exoplanet. Enfin, surtout du coté « journalistique » en fait (parce que bon, dans la vraie vie on se kiffe, et on fait même des cochonneries ensemble... heum, mais je m'égare). Premier problème : comment qualifier le style de The Contortionist ? Car à première vue on pourrait considérer cela comme du deathcore technique qui a bouffé du Meshuggah, sauf que le « death » de deathcore n'est pas vraiment présent en fait, et c'est pas non plus du thrash. Ce qui explique l'étiquette un peu fourre-tout que j'ai placé quelques lignes plus haut. Deuxième problème : comment gérer mon enthousiasme ? Parce que bon, depuis que j'ai entendu Flourish sur le MySpace de ces petits gars d'Indianapolis (on dit comment d'ailleurs ? Les Indianapolisiens ?), j'en suis tombé amoureux !

The Contortionist, c'est un peu un mélange de tout ce que le métal moderne a pu nous offrir ! De la mosh-part, oui, mais de la mosh-part bien batardes rythmiquement parlant (pour la grande majorité de celles-ci). Quelques parties « à la Meshuggah » ci et là, heureusement bien dosées et pas sur-utilisées, des parties planantes qui vous donnent des frissons, et une technicité des musiciens non négligeable. Bon, vous voyez toujours pas à quoi ça ressemble ?

Ceux qui auront suivit le groupe depuis leur création ne risquent pas d'être dépaysés vu que la plupart des titres d'Exoplanet sont des versions améliorées de morceaux présents sur Apparition (sorti en 2009). Dans des versions beaucoup plus crystalines (merci la prod qui tue), et compressées, comme si The Contortionist avaient réussi à canaliser leurs idées et à en faire quelque chose de plus compact. Alors oui, la sauce prends carrément, c'est ambitieux sur le papier, mais le résultat est impressionnant de maîtrise. Pas encore totalement mature, mais ça ne saurait tarder, même si ce coté adolescent d'Exoplanet est loin d'être désagréable.

Faut savoir quand même qu'il y a quelques trucs qui chiffonnent dans tout ce bordel, des trucs qui semblent un peu hors de propos, et qu'on met du temps à assimiler (le début de Contact, ou celui de Exoplanet I Egress), à se demander même ce que ça fout là. Mais on s'y fait, et on se rend bien compte que ça fait partie d'un ensemble musical décomplexé. Prout, zob. Et puis, quand on entend des titres de la trempe de Flourish ou d'Oscillator, on se dit que ces gars là ne peuvent pas se planter sur la même phase de composition !

Alors bâtard de ta mère, Exoplanet il est classe, et The Contortionist c'est cool ! Tellement qu'c'est cool que je mets trop plein d'espoir la-dedans et qu'ils vont nous balancer un autre skeud qui tue la prochaine fois. Prions mes frères, pour qu'ils gardent la même foi en la musique de jeunes cons comme celle-là. !

1. Primal Directive
2. Flourish
3. Expire
4. Contact
5. Advent
6. Vessel
7. Oscillator
8. Axiom
9. Exoplanet I - Egress
10. Exoplanet II - Void
11. Exoplanet III - Light