Chronique Retour

Album

28/07/22 - Dolorès

Ponte del Diavolo

Sancta Menstruis

LabelIo Pan Records
styleDoom / Black / Punk
formatAlbum
paysItalie
sortiemars 2022
La note de
Dolorès
6.5/10


Dolorès

Non.

J'ai croisé la route de Ponte del Diavolo complètement par hasard. Youtube a dû me recommander leur premier EP, Mystery of Mystery. Enregistré en live en 2020, le groupe n'était visiblement, à l'origine, qu'un projet de jam entre potes. Après un relatif succès, le projet s'est un peu plus structuré. Et quelle bonne idée, car je ne pense pas que je sois la seule à avoir adoré et écouté en boucle les deux tubes présents sur le premier EP.

Forcément, Mystery of Mystery cochait toutes les cases de l'attrait pour moi : une pochette couleur lie de vin, figurant une illustration de plante qui semble quand même vachement toxique (des baies de belladonne peut-être ?) avec des racines prenant la forme d'un corps de femme (et je viens seulement de remarquer cela aujourd'hui !). En description, on apprenait que le groupe jouait un doom/black à deux basses et au chant féminin ensorcelant. Je voyais déjà une sorcière concocter ses potions au-dessus du chaudron en balançant des incantations en italien sur fond vrombissant et rampant, autant vous dire que je n'étais pas loin... La proposition des Italiens peut parfois se rapprocher de Sabbath Assembly, Messa et cette vague de projets portés par des voix féminines puissantes dans un registre plutôt rentre-dedans.

Au fil de l'écoute du second EP, Sancta Menstruis, je retrouve moins de ces passages qui me restaient en tête. Parfois, de manière presque inquiétante, comme les onomatopées complètement incarnées de « The Wickedest Woman in the World », qui me rappelaient certaines interprétations que j'aime beaucoup chez Christian Mistress par exemple. La formule reste pour autant dans la continuité, avec notamment cette composition de lignes vocales claires tout à fait hallucinante, emmenée par un timbre de voix juste magnifique. La chanteuse retrouve ici sa tendance à poser des notes graves qui s'élancent dans des aigus maîtrisés, ainsi que des phrasés presque chuchotés dans un souffle mystérieux, donnant un côté très surnaturel à l'ensemble. Toutefois, on regrette presque un son trop propre, comparé à l'enregistrement live et bien crade du premier EP. On perd forcément un côté spontané et naïf qui devait sans doute donner beaucoup de saveur à Mystery of Mystery. Cela permet malgré tout, sur le nouvel opus, d'apprécier un peu plus les instruments à cordes et notamment le jeu de basse, qui est double ici. Cette spécificité permet bien sûr de donner de la rondeur et de la densité aux titres, mais aussi une sonorité plus solennelle, lourde et grave. Avec un bon son de live, la présence de deux bassistes doit forcément être un atout majeur !

La véritable nouveauté, c'est bien cette incroyable langue italienne qui vient poser le contexte sur « Un Bacio a Mezzanotte ». Dans l'interprétation possédée et le tempo qui part en trombe, difficile de ne pas penser à une influence deathrock, de Christian Death à Scarlet's Remains. Cela n'empêche pas le groupe de valser, majoritairement, entre un socle doom dit occulte, crasseux mais qui reste plutôt bien rythmé et quelques accents black old school, le tout porté par un feeling finalement bien plus punk que metal.

Bon, on se doute bien avec un titre comme celui-ci que la thématique féminine est au premier plan. Sancta Menstruis a le mérite de remettre au premier plan le chant très marquant d'Erba del Diavolo. On retrouve également une femme, Laurus, sur l'un des deux postes de bassistes, de quoi comprendre un peu mieux où le groupe veut en venir en insistant sur ces figures ésotériques et blasphématoires aux silhouettes féminines qui nous sont contées.

Avec son univers et ce dont le groupe a su se montrer capable à travers ces deux EP, je pense qu'on peut clairement attendre quelque chose de plus abouti pour la suite, étant de mon côté un peu moins emballée par ce second jet. Un album, espérons-le, car Ponte del Diavolo est un groupe que j'ai envie de soutenir malgré tout : je suis clairement heureuse de voir que le projet a subsisté alors qu'il ne semble à l'origine pas très sérieux. Le quintet de Turin a récemment ouvert pour Messa, joué lors de l’événement House of the Holy et il prépare une tournée qui ne passera malheureusement que par l'Est de la France, foncez donc voir ce que le projet donne sur scène pour nous en donner des nouvelles.


1. 13
2. The Unborn
3. Un Bacio a Mezzanotte