Chronique Retour

Album

20/02/21 - Circé

Empyrium

Über den Sternen

LabelProphecy Productions
styleDark Folk / Black Metal
formatAlbum
paysAllemagne
sortiefévrier 2021
La note de
Circé
9/10


Circé

Sudiste du nord

Les lecteurs et lectrices de notre revue d'actu savent déjà mon amour pour Empyrium et la petite hype qu'a été la sortie des premiers extraits d'Über den Sternen. Il faut dire que 7 ans ont coulé depuis leur dernier passage en studio ; on n'osait plus trop attendre un nouvel album des Allemands. Groupe culte de la deuxième moitié des 90s, Empyrium s'était tout d'abord illustré par un Black Metal épuré de toute sa violence pour y préférer la mélancolie du doom et du folk. A l'image d'un Ulver (avec quelques années de retard), c'est cette partie dark folk qui avait ensuite pris entièrement le pas sur le reste. Ce virage avait donné lieu à deux autres chefs d'oeuvres complètement acoustiques avant le premier arrêt du groupe. Et je ne sais toujours pas sur quel pied danser concernant le seul album sorti depuis, The Turn Of The Tides. Ce renouveau du groupe marquait un tournant folk/néoclassique fortement inspiré de Dead Can Dance comportant quelques bonnes idées et bons morceaux au milieu de beaucoup de choses plus oubliables et surtout manquant de personnalité. En revanche, ce second retour d'Empyrium s'annonçait lui plus familier, avec des extraits laissant présager un album entre darkfolk et black metal.

Et c'est en effet ainsi que sonne Über den Sternen, principalement. On y retrouve en grande majorité du dark folk dans tout ce qu'il a de plus romantique - mélancolie et contemplation de la nature. Marqué par des tempos lents et arpèges de guitares accompagnés entre autres de violon et piano, le groupe passe d'ailleurs en mode instrumental pour “Moonrise”. Et le reste du temps, l'atmosphère intimiste se nourrit des voix murmurantes comme du chant lyrique de Thomas Helm, qui comme toujours chez Empyrium magnifie la musique avec une sensibilité unique.

Le seul morceau vraiment qualifiable de Black Metal conclut le disque, montée en puissance finale apuyant toujours plus sur la mélancolie avec son allure pesante et ses mélodies douces-amères. Dans un registre black/doom mélo, on a là quelque chose de bien typique des premiers albums du groupe, sans pour autant sonner comme une chute de studio d'époque. Des riffs et des voix saturés, on en retrouve certes à bien d'autres endroits sur l'album, sur quasiment tous les morceaux d'ailleurs... Mais ces incursions metal demeurent anecdotiques dans le sens où elles semblent uniquement être là dans le but de compléter le côté folk, contrebalancer sa douceur pour narrer le côté plus mystique et obscur des légendes bavaroises ici contées.
Les allemands n'ont pas non plus arrêté d'écouter Dead Can Dance, mais cette fois ils ont su utiliser l'influence de manière plus subtile, en l'incorporant réellement à leur propre direction artistique. En ressort une plus grande richesse musicale, une musique plus variée que ce soit au niveau des instruments utilisés ou des compositions en elles mêmes - loin de la sobriété d'un Where at the night the wood grouse plays. La production claire et moderne, rappelle également plus The Turn Of The Tides que leurs vieux albums.

Le seul point de rupture entre cet opus et ses prédécesseurs se trouve au final au niveau de la pochette, qui aux paysages habituels préfère une illustration plus symboligue (signée Fursy Teyssier). Et d'ailleurs, cette sortie en a une, de valeur symbolique, marquant à la fois les 25 ans du premier album du groupe et de Prophecy Productions fondé pour l'occasion. Le nom Über den Sternen serait en outre une traduction métaphorique d'Empyrium - en faisant quasiment un album éponyme.
Voici donc une sortie à la croisée des chemins, tirant quelque chose de chaque facette de la carrière d'Empyrium pour créer l'alliage le plus équilibré à ce jour. Une synthèse qui décevra peut être les plus férus de la période la plus folk du groupe, mais qui montre des musiciens toujours aussi inspirés. Bien loin des tendances actuelles ritualistes/tribales des scènes Nordic Folk, Empyrium conserve son identité et se détache toujours de la masse. Ici éclate encore une fois leur talent pour les mélodies et textures de chant touchantes, les atmosphères magiques et intimistes. Le beau, comme défini par le courant romantique dont Empyrium a toujours tiré son inspiration.

 

Tracklist :

1. The Three Flames Sapphire
2. A Lucid Tower Beckons On The Hills Afar
3. The Oaken Throne
4. Moonrise
5. The Archer
6. The Wild Swans
7. In The Morning Mist
8. Über den Sternen