Chronique Retour

Album

27/11/20 - ZSK

Nocte Obducta

Irrlicht

LabelSupreme Chaos Records
styleBlack Metal mélo/psyché
formatAlbum
paysAllemagne
sortiedécembre 2020
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Si vous étiez amateur de Black-Metal atmosphérique et avant-gardiste au début des années 2000, et en particulier la scène allemande, vous aviez eu de quoi faire avec Nocte Obducta vu qu’il a sorti un stuff tous les ans entre 1999 et 2005. Une productivité bien dense, qui comme pour beaucoup, a fini par se tarir. Malgré tout, et malgré sa « pause » entre 2005 et 2011, entre la sortie de ses albums Nektar - Teil 2 et Verderbnis (juste marqué par la sortie de l’énigmatique Sequenzen Einer Wanderung en 2008 et de l’album 50 Sommer - 50 Winter de Dinner Auf Uranos en 2010, un side-projet aujourd’hui considéré comme un disque de Nocte Obducta sorti sous un autre nom), Nocte Obducta a maintenant opéré un grand retour en force, depuis sa « reformation » en 2011. Certes, on est plus dans le rythme précis d’une sortie par an. Certes, Umbriel (2013) avait été retardé à l’époque. Certes, il y a quand même un gap de 3 ans entre Totholz et Irrlicht qui nous intéresse aujourd’hui. Mais Nocte Obducta suit quand même un rythme actuel de 5 albums en 10 ans, ce qui est tout de même pas mal, même si on peut toujours trouver plus productif que lui dans le même domaine. Preuve en est, c’est la 3ème chronique que je vais faire du groupe pour Horns Up, que j’ai rejoint il y a un peu plus de 4 ans. Et puis, c’est aussi son… 13ème album en 21 ans, en 20 ans d’activité pour être précis (le hiatus du groupe ayant été effectif entre 2006 et 2008), Dinner Auf Uranos compris, et en évacuant l’avant 1999 vu qu’il avait juste sorti une démo en 1998 depuis sa formation effective en 1995 (sous le nom Nocte Obducta, Desîhra l’ayant précédé depuis 1993). C’est toujours une sacrée histoire que celle de Nocte Obducta, qui trouve toujours d’ailleurs un écho dans ses compositions et ses concepts. Entre vieilles compos réutilisées, histoires qui font des liens entre les albums… il faut suivre, et maîtriser l’allemand au passage, le groupe prenant toujours un certain plaisir à nous livrer des éditions limitées avec des liner notes très précises. Je n’ai plus investi là-dedans depuis Umbriel, donc je ne vais vraiment pas rentrer dans les détails. D’ailleurs l’histoire d’Irrlicht - qui comme d’habitude possède un sous-titre, Es Schlägt Dem Mond Ein Kaltes Herz - est censée suivre celle du diptyque Nektar. Mais bon, je ne vais pas faire un exposé là-dessus, d’autant que pour la musique, bah, Irrlicht suit plutôt Mogontiacum (2016), Totholz (2017) et même Umbriel ou même Verderbnis, bref tout ce que fait Nocte Obducta depuis sa « reformation ».

Avec Totholz, il était d’ailleurs décevant de constater que Nocte Obducta stagnait un tantinet, lui qui a souvent innové et même dès ses débuts, avec Lethe (1999) et Taverne (2000). Entre le plus rustre Schwarzmetall (2001), les plus « modernes » Nektar (2004 et 2005) ou le très épuré et enivrant Sequenzen Einer Wanderung, il y avait de quoi faire. Et même depuis 2011, Nocte Obducta avait surpris, entre un Verderbnis un poil plus cru et un Umbriel nettement plus psychédélique. Mogontiacum lui avait permis de faire le pont entre ces deux dernières œuvres d’ailleurs, mais Totholz se contentait de répéter la formule sans grand intérêt, et se posait comme le moins bon album de Nocte Obducta depuis Galgendämmerung (2002). Trois ans après, le groupe allemand, dont le line-up a un peu bougé - le claviériste Flange n’est plus de la partie - a cette fois-ci eu le temps de se poser, et de tempérer sa productivité pour mieux se renouveler, retrouvant son ancien label au passage (Supreme Chaos Records, après deux albums chez MDD). C’est d’ailleurs ce que je leur suggérais dans ma chronique de Totholz et je leur faisais même confiance pour ça. Mais dès les premiers extraits parus de Irrlicht, stupeur : Nocte Obducta fait toujours un peu la même chose. A savoir ce Black-Metal au son baveux et stonerisant, aux vocaux rampants et aux accès mélodico-psychédéliques, dans la pure lignée de Mogontiacum et Totholz. Bref, malgré le lien des concepts, il n’y aura pas vraiment de retour aux plus « propres » Nektar, pas plus qu’un équilibrage plus assumé vers Verderbnis ou Umbriel. Toutefois, Nocte Obducta va retrouver un peu de créativité sur d’autres choses, même si d’un point de vue musical strictement Black-Metal, il ne surprend pas le moins du monde. Les chants ne sont pas très variés, on a même du mal à distinguer les vocaux de Torsten (Agrypnie) là-dedans sachant qu’à peu près tout le monde fait des vocalises BM comme d’habitude. Mais il y a aussi un peu de chant clair, toujours plutôt maîtrisé, même si je n’ai jamais su qui l’assure entre Marcel Breuer et Stefan Dietz (qui, au passage, est maintenant guitariste Live pour Melechesh et Schammasch, rien que ça). Et surtout, on va retrouver pas mal de mélodie, seul pont que l’on peut vraiment faire vers les Nektar ici (surtout la Teil 2 d’ailleurs) toujours sous l’égide d’un psychédélisme forestier assez enfumé, sans en faire des tonnes et sans naviguer dans les eaux d’un Pink Floyd comme pour un Umbriel. Et au final, Irrlicht sera un album plus intéressant qu’il n’y paraît…

"Zurück im Bizarren Theater" ouvre donc, sans surprise, Irrlicht sur un Black-Metal relativement roots au chant mi-grogné mi-criard, qu’il va falloir bien vite apprécier d’ailleurs. On confirme donc qu’on est dans la lignée de Mogontiacum et Totholz, avec ce son de guitare bien désertique, mais les mélodies arrivent bien vite et on va se retrouver dans un paysage un peu plus lumineux que celui de Totholz. Même les synthés se font pas mal entendre, et un joli break atmo se fait déjà remarquer. Sans réellement retrouver l’esprit des Nektar, Nocte Obducta convoque quand même des moments feutrés qui rappelleront Umbriel voire même Sequenzen Einder Wanderung, avec ce touché mélodique si cher à Marcel Breuer d’ailleurs. Ça sera finalement un bon point à mettre au crédit de Irrlicht, pour le reste il faudra réapprécier ce Black-Metal rampant assez cradingue, notamment dès le final bien lent du morceau d’ouverture et tout au long du très lourd "Von Stürzen in Mondmeere", porté par le chant baveux décidément très particulier, mais aussi par les mélodies qui se dégagent constamment de cette noirceur désenchantée. Petit à petit, Nocte Obducta pose ses humeurs et ses éléments caractéristiques, "Rot und Grau" démarre de manière ambiante avant de retrouver des couleurs plus psychédéliques, notamment grâce à des breaks étranges et un final à chant clair, au sein d’un morceau encore assez cru mais très aéré. Et la réussite est là, car contrairement à Totholz, Nocte Obducta est plutôt inspiré, et nul doute que son absence discographique de 3 ans lui aura permis de retrouver un peu sa verve. Il en profite aussi pour, comme à l’accoutumée depuis son retour en 2011, poser un morceau plus court et bien destroy ("Der Greis und die Reiterin"), avant de repartir dans les nuages avec "Der Alte Traum", qui sera vraiment la sensation de ce disque : plus typé Black atmo, avec pas mal de trémolos (on a même l’impression que la prod est un peu différente), et qui met la blinde de belles mélodies, sur fond de compos très inspirées coupées à nouveau par un break psyché du plus bel effet. Là, on retrouve le Nocte Obducta à la fois efficace et enlevé, qui propose un Black-Metal racé mais voyageur, dans la plus pure tradition allemande. C’est assurément ce qu’il a fait de mieux depuis les meilleurs moments d’Umbriel.

"Bei den Ruinen" lui permet aussi d’explorer encore la partie la plus mélodique de son répertoire, après un départ très enfumé c’est un déluge semi-acoustique typique qui nous attend, nous renvoyant aux heures plus cotonneuses de Sequenzen Einer Wanderung, 50 Sommer - 50 Winter et Umbriel… dans un emballage un peu plus crade malgré tout. Il semblerait que l’on retrouve finalement le Nocte Obducta de fin 2000 / début 2010’s qu’on appréciait tant, et il va encore le montrer sur le final "Noch", qui cette fois-ci se limite à 10 raisonnables minutes pour tenter de faire oublier les 15 minutes dispensables de "Widergänger Blues" qui clôturaient Totholz. On retrouvera donc une dernière fois un bel assortiment de mélodies, accompagnées d’un chant un peu plus possédé, et encore une fois d’un break psyché assez fantastique, qui débouche sur un final magnifique et jubilatoire. Un souffle épique digne de ce que Nocte Obducta a pu produire par le passé, et voilà comment on retrouve avec passion une des figures du Black atmo germanique, faisant oublier et pardonner le plus faible Totholz, même à certains égards Mogontiacum. C’est que l’on retrouve un groupe capable de nous emporter à nouveau grâce à des moments forts, et des morceaux mémorables et complets comme "Rot und Grau", "Der Alte Traum" ou "Noch". Toutefois, il n’y a toujours pas de réelle singularité à l’horizon, Nocte Obducta se contentant de garder ses éléments typiques en faisant quelques rééquilibrages, on est malgré tout heureux de retrouver plus de mélodie par rapport aux plus boueux Mogontiacum et Totholz, Marcel s’est montré inspiré pour ça et on déguste avec plaisir son touché et son talent. Dommage qu’il y subsiste quelques longueurs, que l’album possède un faux départ sur ses deux premières pistes dispensables par rapport à la suite, que l’aspect desert/stonerisant de certaines compos ne fonctionne pas toujours ; et surtout j’ai vraiment du mal avec les chants dégueulés et déglingués, Torsten étant d’habitude capable d’apporter plus de variations. Bref, Irrlicht est un bon album, arrivant après un petit coup de mou et nous faisant retrouver certaines des plus belles particularités de Nocte Obducta avec de beaux moments. Mais on n’égale pas encore la créativité et l’ambiance d’un Umbriel, l’efficacité et le côté couillu d’un Verderbnis, pour rester sur les albums les plus récents. De toute façon, il est probable que seuls les fans seront au rendez-vous, et ils verront où se placer. Car si vous découvrez Nocte Obducta en cette sombre année 2020, il y aura fort à faire dans cette discographie très dense ! Mais il paraît qu’on est encore en « confinement » pour 15 jours alors c’est le moment ou jamais…

… d’autant que l’album, qui devait sortir ce 27 novembre, et qui avait été déjà décalé du 23 octobre, sortira finalement le 11 décembre. La raison ? Comme d’habitude, des retards de pressage dus au petit virus bien chiant que l’on commence à bien connaître. Comme pour Umbriel, maintes fois repoussé aussi, l’histoire semble se répéter, encore et encore…

 

Tracklist de Irrlicht (Es Schlägt Dem Mond Ein Kaltes Herz) :

1. Zurück im Bizarren Theater (7:53)
2. Von Stürzen in Mondmeere (6:47)
3. Rot und Grau (7:29)
4. Der Greis und die Reiterin (3:43)
5. Der Alte Traum (9:29)
6. Bei den Ruinen (6:11)
7. Noch (10:28)

 

Les autres chroniques