Chronique Retour

Album

11/11/20 - Hugo

Drakonhail

Grisailles...

LabelAutoproduction (2005) / ASRAR (2020)
styleBlack Metal
formatAlbum
paysFrance
sortieseptembre 2005
La note de
Hugo
9/10


Hugo

Voix derrière River Of Gold.

Tous les projets musicaux ne se prêtent pas facilement à l'exercice de la chronique. Certains nous touchent viscéralement, mais il est parfois difficile de les décrire en quelques mots simplement avant de retourner à son quotidien. Car c’est le cas pour moi avec Drakonhail, projet souterrain et sûrement voué à le rester, il s’agirait par cet écrit de ne trahir ni mon goût pour sa musique, ni la volonté de l’homme derrière le projet. Lecteurs d’Horns Up, si je vais ici chercher à donner quelques clés de compréhension, c’est pour mieux aiguiller l’auditeur qui aura l’envie sincère de se plonger dans une œuvre dense et singulière. Les disques réchauffés et vite consommés, eux, sont de toutes façons à la disposition de chacun en quelques clics sur youtube.

Drakonhail est longtemps resté un projet ultra-confidentiel, et le tout premier de Dunkel, avant Saatkrähe et donc Sale Freux. Plus que cela, le projet semble exister par et pour le Black Metal, et de la plus traditionnelle des façons : via des pressages cassette ultra-limités. Je le découvre personnellement avec le double-CD ...des ailes..., l’album ayant bénéficié d’une sortie digipack via feu-Dernier Bastion en 500 exemplaires. Véritable figure d’exception au sein de sa riche discographie, il s’agit de l’album le moins représentatif (dixit Dunkel) du groupe. Plus accessible dans sa production, disons définitivement moins raw, l’opus marquera néanmoins quiconque fera l’effort de s’y plonger réellement. Si je reste personnellement très attaché à cette œuvre, elle n’est en fin de compte que la réinterprétation de deux des sorties les plus obscures de Drakonhail en leur temps : Grisailles... et Errances monotones....

L’âme de Drakonhail n’est pas noire, elle est grisailles. Dunkel met ici en musique de façon très personnelle des situations précises : j’y vois un homme, les deux pieds dans la boue froide, la nuit, en une forêt débordant de brouillard, à peine éclairée par la lune. C’est particulièrement le cas avec cette réalisation. Fantasmatique parmi les quelques cercles d’initiés, Grisailles... était donc sûrement la cassette la plus difficile à dénicher de Drakonhail. Dans une box en carton, des nuances de gris pour seul visuel, trônaient deux cassettes limitées à 30 exemplaires (avant un repress tout aussi confidentiel, de 30 copies également, en 2016). La série de rééditions de Drakonhail cette année, via ASRAR (LP) et Rempart Immortel (tape), ont alors complètement changé la donne : le diptyque Grisailles / Errances monotones révélait à chacun ses secrets.

« Vieille œuvre hurlée, exhale la puanteur
Hantée de rauques cris de corneilles
Ailera cet art noir auprès d'elle
Vers la grisaille...
»

Sa musique est dépouillée au possible, pas accessible pour un sou. Comme le sifflement du vent sur les branchages, agrémenté de quelques croassements d’oiseaux noirs par-delà les arbres. Sa musique ne laisse pas transparaître de lumière, pas un seul rayon de soleil venant percer ces nuées de riffs fantomatiques. Elle pue l’alcool, évoque l’humanité de façon constamment nihiliste et désabusée, sans se faire alarmiste mais crachant de simples constats misanthropiques. Sa musique, enfin, est difficilement comparable à d’autres, semblant exister en marge de quasiment tout, singulière à la manière de groupes comme Vinterriket ou Paysage d’Hiver. Est-elle seulement encore Metal ? Quasi-accidentellement Dark Ambient, Drakonhail suit sa propre voie, libre comme les corbeaux dans le ciel, mais somme toute bloqué sur une terre qu’il rejette viscéralement, aspirant à une bien plus haute transe. Difficile néanmoins de ne pas voir l’ombre de Nehëmah planer sur chacune des compositions, pouvant être vues comme de beaux hommages faits au monument Light Of A Dead Star. Ou encore à Nargaroth et son Geliebte des Regens.

L’opus semble alors exacerber la monotonie, l’incarnant presque, laissant tout juste de la place pour la mélancolie supposément si prégnante dans tant d’œuvres du genre pourtant. Drakonhail existe dans les marges, tapi dans l’ombre où il reste volontiers, oppressant chaque passant qui s’attardera face à lui. Grisailles... évolue plus que jamais quasiment toujours au même tempo, par les mêmes structures, comme un seul bloc menaçant façonné de quelques variations permettant à peine de respirer. Dunkel ne fait ici rien pour plaire, comme s’il appuyait sur le bouton d’enregistrement pour lui seul (nombre de sorties du projet sont d’ailleurs restées confidentielles, ou dévoilées sur le tard).

Tout est cauchemar impitoyable. Un rêve où il n’y a pas de lumière au bout du sentier, mais les mêmes paysages désolés tout autour, pâturages d’un gris à pleurer semblant matérialiser la désolation elle-même. L’ensemble n’est que répétitions, comme chaque journée passée face à une nature morose, et la pluie 250 jours par an. Pourtant, si on les déteste parfois, ces paysages ne quittent plus ceux qui les ont connus. Mieux que cela, ils sont gravés dans leur chair, marquent les visages et les corps, rendant la ville parfois nauséeuse à côté. Du cauchemar nul ne se réveille, car tout est resté pareil, et chacun renfile son casque audio et recommence. Sans l’envie, juste le besoin intime de se replonger dans ces ensembles semblables d’images et de sons. La même quasi-absence de mélodie, les mêmes frissons. Difficile désormais de faire machine arrière.

Tracklist :

1. L'Envol...
2. In Vino Veritas
3. Venue au néant
4. La région aux corneilles
5. Des ailes...
6. Sous les ailes de novembre
7. ...vers la grisaille