Chronique Retour

Album

12/06/20 - Matthias

The Committee

Utopian Deception

LabelFolter Records
styleAtmospheric Black Metal
formatAlbum
paysInternational
sortiemai 2020
La note de
Matthias
8.5/10


Matthias

Renégat.

Que n'a t-on pas ferraillé sur The Committee ! Le groupuscule international qui se cache sous ces cinq cagoules a rassemblé en quelques années une véritable cinquième colonne de partisans, tout en causant quelques émois parmi une certaine frange du public Black Metal. Au hasard, celle qui assure tout au long de l'année qu'elle ne s'intéresse qu'à la musique, et jamais aux idées véhiculées par les artistes... Esthétique totalitaire, thèmes bolchéviques soutenus par les refrains des Chœurs de l'Armée Rouge, plan de domination mondiale et merch' proclamant en toute franchise "For Sustainable Depopulation"... On peut comprendre que quelques dents grincent, bien que The Committee ne se revendique d'aucune cause à part celle, dans un monde où l'Histoire est écrite par les vainqueurs, de donner aux morts une occasion de s'exprimer (sic !). Alors, staliniens préhistoriques, les membres du Parti, ou adeptes de théories du complot un peu plus New Age ? Ou encore groupe punk utime, méchant mais certainement pas bête, comme les Dead Kennedys en leur temps ? Je n'en sais fichtre rien, et c'est justement ce qui m'a fait me ranger derrière la bannière aux lauriers. Dans ce flou idéologique, chacun trouvera son os à ronger, que ce soit pour s'extasier ou pour s'indigner.

Sortie très attendue mais plusieurs fois repoussée, la troisième thèse de ceux qui avancent masqués, baptisée Utopian Deception, décrit une société dominée par les techniques d'ingénierie sociale et de manipulation des masses, ce qui rappelle inévitablement certains thèmes du manifeste précédent Memorandum Occultus. Mais la réthorique s'est affinée : si les compositions font toujours la part belle à de longues pistes d'un Black/Doom entêtant et hypnotique, "Awakening – Unimaginable" combine à merveille l'aspect solennel d'une puissance contenue avec un refrain tenant de la charge à la baïonnette. L'ensemble me rappelle certains des plus beaux hymnes rouges, le final chanté en russe enfonçant encore le clou. Si le style de The Committee reste aisément reconnaissable, ces six compositions, qui marquent chacune un pas supplémentaire vers l'abîme pour toute une civilisation, s'agrémentent chacune de quelques expérimentations sonores bienvenues. Entre rythmiques fiévreuses et envolées martiales, "Infection – Sensible" marque le tournant du supposé bénin vers le malsain. "Harrowing the Sane – Popularization", véritable pierre angulaire de cet album de la perdition, prend par moment des accents épiques, se permettant même un solo au tapping aussi dicret qu'obnubilant, tandis que le chant d'Igor Mortis nous emmène vers une apothéose qu'on imagine déjà bien macabre. Ce sera un "Ashes - Norm" rythmé d'entêtantes sonorités de cordes glissées me rappelant un bottleneck, derniers soupirs de victimes titubant en interminables files vers un point final inexorable. Et puis le grand rien, magnifiquement suggéré par le bruit de quelques vagues sur un rivage que plus personne n'est là pour nommer.

Utopian Deception ne marque pas une révolution pour The Committee, mais plutôt un accomplissement ; ce troisième album reprend les qualités respectives de ses deux prédécesseurs, un Power Through Unity à la fois âpre et fataliste, et un Memorandum Occultus plus répétitif et plus cynique. Il les transmute pour obtenir une œuvre très mature, riche en expérimentations musicales sans pour autant se disperser. On peut éventuellement lui trouver une certaine parenté sonore avec le Mgla récent, mais depuis la sortie très commentée d'un album du groupe polonais, je commence à penser que c'est nous qui entendons cette influence partout, comme par une sorte de réflexe pavlovien...

Mais comme à chaque fois, c'est la profondeur des textes de The Committee qui fait la richesse de l'album. Après un premier opus consacré au totalitarisme soviétique et un autre plus contemporain, Utopian Deception nous plonge dans un monde qui tombe progressivement sous la coupe du narrateur. Despote ultime, celui-ci impose son joug dans les esprits en tissant patiemment son réseau d'influence à coup de fausses vérités, d'inversion des valeurs, et de matraquage médiatique, transformant progessivement une société de citoyens en une ruche d'esclaves volontaires. Les artworks suggèrent une esthétique cyberpunk couplée aux dérives les plus organiques d'un transhumanisme malade dans un futur des plus glauques. Mais ce n'est peut-être qu'une vision destinée à nous rassurer.

Setlist :

Awakening - Unimaginable

Lexi-Con - Radical

Infection - Sensible

Harrowing the Sane - Popularization...

Ossification - Law

Ashes - Norm