Chronique Retour

Album

12/04/20 - Leviathan

Antaeus

Condemnation

LabelNorma Evangelium Diaboli
styleBlack Metal
formatAlbum
paysFrance
sortienovembre 2016
La note de
Leviathan
8/10


Leviathan

Avant toute chose, sachez que cette chronique était une ébauche d'idées planchées sur une feuille à la sortie de l'album en 2016. J'ai rédigé et mis en forme cet écrit, ces jours-ci. L'exercice est assez inédit car généralement je ne reprends rien, je fais table rase.

Après plusieurs années de douleur, le retour des franciliens d'Antaeus résonne comme les sept trompettes de l'apocalypse. Si vous ne savez pas à quoi vous attendre avec la musique d'Antaeus, c'est comme placer ses couilles entre un marteau et une enclume...Avant que le marteau ne s'abatte, il y a la peur et l'effroi. Lorsque le marteau s'écrase, sévissent le châtiment et la haine. Quand le marteau s'écarte, ne reste que la souffrance et le chaos. C'est un peu ce type de sentiments que m'inspire ce nouvel opus, en d'autres termes une blitzkrieg redoutable sans la moindre place pour la compassion et l'empathie.

La prise en main du vinyle est une expérience froide et tranchante. L'artwork vicieux et pervers dévoile un vitrail brisé. Cette sublime verrière est montée d'un crucifix dont l'extrémité se fond en lame acérée, comme pour mieux accabler l'Assassin. L'illumination qui en résulte ne laisse planer aucun doute sur la condamnation mise en exergue par Antaeus.  

Rien ne m'exaspère plus qu'un groupe de Black Metal qui gamberge durant des années et qui revient, soit disant "plus déterminé que jamais...", pour nous délivrer un ersatz réchauffé de ce qui se fait dans "le milieu". Antaeus ne fait pas partie de cette caste et ne souhaite pas nous démontrer quoi que ce soit. Antaeus est intègre et Condemnation renferme les armes prêtes à déchirer la voute céleste et à mutiler l'Espérance. Durant la période de frustration, la Bête est restée confinée. Antaeus n'a fait que canaliser de l'énergie négative et destructrice, jusqu'à l'explosion finale. Cette libération se manifeste à travers neuf cantiques bellicistes.  

Sur CondemnationAntaeus a choisi la folie malsaine pour s'exprimer, en déchainant les courroux infernaux. Les incantations sont proclamées à un rythme effréné. Chaque prière lacère notre corps meurtri et nous rapproche un peu plus de la Vérité. Condemnation est une offrande malveillante, un flux ininterrompu de haine, un virus inoculé. Le fluide coulant dans ces hymnes ne représente pas la vie, il s'apparente au poison divin, à l'extase d'une morsure profonde et venimeuse. Si Blood Libels montre la voie, Condemnation  se veut "la lame qui court sur les champs de chair". Antaeus matérialise une nouvelle fois l'ensemble de ses aspirations et les vomit  sans la moindre retenue à la face d'un monde décadent en perdition.

Condemnation transgresse la lumière grâce à des riffs obscurs, rapides, et harcelants, s'érigeant tel un mur dantesque.  La Bête infernale est affamée. Chaque hymne est une décharge d'adrénaline pure, une sommation à la destruction, une ode aux lésions cérébrales. Parfois, l'ineffable ralentit comme pour écraser au mieux les âmes faibles et ruiner leur dernière conviction. MkM et Set sont des prédicateurs illuminés, ils prêchent avec autorité des sermons maudits cloués sur des hymnes corrosifs. La production underground et spontanée souligne la crasse ambiante et la confusion dans laquelle l'auditeur en perdition est plongé et finit par se noyer.  

Quatre ans après sa sortie, Condemnation reste un des albums les plus spontané et intense publié dans l'hexagone. Je m'aperçois qu'à chaud comme à froid, l'opus me fait toujours autant d'effet. Ecouter Condemnation m'apporte une certaine forme de jouissance, dans le sens où la musique transmet une énergie et une violence assez singulières qui paradoxalement apaisent et libèrent mon esprit. Si vous sentez que la lassitude vous gagne et que votre âme s'égare, rien de tel qu'une salve de Condemnation pour que votre esprit redevienne lucide et soit lavé de tout affront.

 

Tracklisting:

1.Something Wicked This Way Comes (Intro)
2.Shadow Fires 
3.Flesh Ritual  
4.Angels of Despair 
5.Watchers 
6.Condemnation  
7.Symmetry of Strangers 
8.End of Days 
9.Abeyance
Les autres chroniques

Album

août 2014 U-Zine

Antaeus

De Principii Evangelikum