Chronique Retour

Album

01/04/20 - S.A.D.E

Human Impact

Human Impact

LabelIpecac Recordings
styleNoise rock
formatAlbum
paysUSA
sortiemars 2020
La note de
S.A.D.E
8.5/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

Lorsque Chris Spencer avait annoncé, durant l'été 2019, son départ d'Unsane, la suite directe a été la fin du groupe. Mais le père Spencer ne va pas laisser orphelins ses fans, puisque, dans la foulée, il dévoile la formation de Human Impact. En terme de super-groupe, ce nouveau projet se pose là : en plus du charismatique et légendaire chanteur/guitariste d'Unsane, on y trouve des membres de Swans (Phil Puleo à la batterie et Chris Pravdica à la basse) ainsi que Jim Coleman (Cop Shoot Cop) pour les arrangements et les samples. Un line-up qui regroupe donc des pointures de la scène new-yorkaise, et plus précisément le versant crasseux et urbain des sonorités alternatives de la Grosse Pomme.

La musique d'Human Impact ne se laisse pas facilement définir, on a affaire à une sorte de noise rock aux soubassements indus, qui peut rappeler les formations de ses géniteurs sans être totalement rattachée à aucune d'entre elle. Le chant de Spencer, par exemple, ne ressemble pas vraiment à celui qu'il adoptait avec Unsane, moins criard et éraillé, plus déclamatoire et assagi (mais toujours empli de la hargne qu'il trimballe avec lui depuis plus de trente ans). L'atmosphère générale de l'album évoque un monde assez froid, peu accueillant, dans lequel l'humain est plus spectateur de l'urbain que sa composante vivante. Sur le titre Respirator, le tempo est marqué par un clavier clinique et froid alors que le pattern de batterie tourne autour de ce métronome : c'est désormais la machine synthétique qui donne la mesure. On a d'ailleurs tout au long de l'album des signatures rythmiques assez biscornues (même si restant dans le 4/4 conventionnel) où la basse et la batterie refusent de s'implanter sans un minimum de chaos.

L'album bénéficie d'un son relativement net, la guitare n'est pas dégueulante comme chez Unsane. Ce sont les samples et les effets électroniques de Jim Coleman qui viennent brouiller les sens, s'insérant un peu partout dans les morceaux pour y ajouter un supplément de rugosité mécanique ou de froideur désabusée. D'une certaine manière, Human Impact est un album très homogène, avec peu (ou pas) de réelle variation de tempo entre les titres (et encore moins au sein d'un titre) et des structures assez similaires d'un morceau à l'autre. Pourtant, au fil des chansons, l'ennui ou la répétition ne viennent jamais briser l'immersion, une identité propre se dégage de chacune des pistes. Consequences donne à imaginer une course-poursuite tendue entre arrières-cours et ruelles secondaires, November propose un tableau de l'existence morne et réglée de la vie urbaine de notre époque ou encore la colère sourde qui découle finalement de cette vie pour le dernier morceau, This Dead Sea. Au sein de sa cohérente uniformité, Human Impact développe différents chemins émotionnels pour appuyer son propos.

Tous les groupes rassemblant des musiciens chevronnés ne parviennent pas à allumer l'étincelle ; ce qui n'est pas le cas d'Human Impact. La rencontre en les univers d'Unsane et Cop Shoot Cop produit une musique captivante et addictive, mais aussi profonde et plus raffinée qu'elle n'y paraît. Derrière son aspect un peu brut de décoffrage, on sent à tout instant la volonté du groupe à aller chercher une essence primaire (celle de New York ? de la ville en générale ? de l'humain qui l'habite ?) en agglomérant et en transcendant les talents respectifs de ses membres.

Tracklist de Human Impact :

01.Nobember
02.E605
03.Protester
04.Portrait
05.Respirator
06.Cause
07.Consequences
08.Relax
09.Unstable
10.This Dead Sea