Live reports Retour
vendredi 25 octobre 2019 - Matthias

Moonreich / Mortis Mutilati & Soul Dissolution @ Bruxelles

Jeugdhuis De Schakel - Bruxelles

Matthias

Renégat.

Le Hellhole Project a littéralement commencé comme une blague lors d'une soirée d'étudiants bruxellois. Mais en quelques années d'existence, l'équipe ainsi constituée s'est taillé une place parmi les organisateurs de concerts les plus prometteurs de la capitale belge pour tout ce qui concerne le Metal. Bon, je ne vais pas le cacher, j'ai des amis au sein du Hellhole, et j'aime leur offrir une certaine visibilité, que ce soit sur Horns Up ou dans mes écrits professionnels. Il n'empêche que le projet, qui a commencé dans un répertoire plutôt Hardcore, a très vite fait de la place à des dates plus variées, et le Hellhole propose maintenant régulièrement des affiches Black Metal très valables, avec des groupes qu'on aurait bien du mal à voir en Belgique autrement. C'est le cas ce soir, avec les Français de Moonreich et de Mortis Mutilati, venus hanter la jeugdhuis (« maison de jeunes » dans l'autre langue de Jacques Brel) De Schakel, avec les locaux de Soul Dissolution pour ouvrir les hostilités.


Soul Dissolution

La soirée commence hélas devant un comité assez restreint. Il faut dire que la date tombe particulièrement mal : les vétérans belges d'Ancient Rites et de Sabathan jouent au même moment à Roeselare, tandis que la Wallonie voit enfin une date Black Metal sérieuse à la MCP Apache de Fontaine-l'Evêque, avec un trop rare show de Negator. Difficile de faire un choix, et la scène bruxelloise se voit donc quelque peu désertée. C'est dommage, car les Belges de Soul Dissolution se donnent sans compter devant un public un peu clairsemé, malgré la petite taille de la salle. Le groupe, que je découvre, officie dans un registre Black fortement teinté d'atmosphérique que je trouve très réussi. Il bénéficie en outre d'une acoustique exceptionnelle dans cette salle paroissiale (sic !), le Hellhole ayant investi dans un nouveau matériel d'ingénierie sonore, pour le plus grand plaisir de mes tympans. J'en profite d'ailleurs pour ajouter que les organisateurs sont passés aux gobelets récupérables, et proposent des frites, pour la première fois. Deux bons points supplémentaires.

Le show restera assez court, soirée chargée oblige, ce qui est toujours dommage pour ce genre musical qui a besoin de temps pour installer ses ambiances. Mais malgré cela, le vocaliste Acharan donne tout ce qu'il a dès la très belle entrée en matière de "Circle of Torment", quasiment aérienne par moment. La machine Soul Dissolution semble bien rodée et les morceaux s'enchaînent sans temps mort, le groupe voulant visiblement profiter de chaque minute sur scène, devant un public certes clairsemé, mais sous le charme. Je reverrai en tout cas Soul Dissolution avec grand plaisir !

Setlist:

Circle of Torment

Stardust

The Last Farewell

Fading Darkness


Mortis Mutilati

La première formation française de la soirée bénéficiera d'une audience un peu plus nombreuse pour son Black Metal funèbre. Dès "Way to End Your Useless Life part I" s'installe une ambiance digne d'une visite guidée dans des catacombes peu après un épisode épidémique. La voix de Macabre, tête pensante et multi-instrumentaliste derrière Mortis Mutilati, fait tomber sur nos épaules la chape de marbre de la fatalité, véritable pierre tombale dénuée de la moindre fissure qui aurait pu laisser s'échapper une pensée positive. Bien sûr, il faut apprécier un chant particulièrement torturé comme en propose la scène française, mais la voix communie très bien avec les passages plus contemplatifs de "Regards d'autre Tombe" et de "Echoes from the Coffin". Pas de bête tapie derrière l'ossuaire, ni de chevauchée fantastique avec Mortis Mutilati. Rien que le froid d'un mois d'octobre agonisant, alors que le vent souffle entre les tombes. Sur la fin du show, une dame rejoint la scène pour haranguer les troupes de quelques tirades inattendues mais fort à propos qui complètent très bien le chant sépulcral de Macabre. Si j'écoute assez peu ce genre de Black Metal à tête reposée, cette performance en live ferait frissonner un squelette décrépi depuis des siècles.

 

Setlist :

Way to End Your Useless Life part I

Regards d'autre Tombe

Eros&Thanatos

Echoes from the Coffin

Road To Nowhere

Homicidal Conscience

Ophelia

Invocation

Crevant Laveine


Moonreich

Du cercle de groupes qui gravitent autour des Acteurs de l'Ombre, Moonreich est l'un des rares que je n'avais pas encore eu l'occasion de découvrir sur scène. Je suis d'ailleurs surpris de découvrir des musiciens grimés de pied en cap. Curieusement, j'imaginais plutôt les membres de Moonreich dans des tenues plus sobres comme on en voit beaucoup depuis quelque temps, entre Black moderne et Post Black. Mais passons sur ces considérations stylistiques : les Franciliens sont là pour délivrer un grand moment musical ! Le groupe attaque sans ultimatum avec "Du sang sur les Mains", issu de leur premier album Loi Martiale, qui me fait découvrir leurs débuts guerriers, très différents des compositions récentes qui me sont plus familières. Une fois les premières défenses enfoncées, Moonreich exploite son succès avec ses morceaux de bravoure plus récents mais pas forcément plus paisibles, dont un "Heart Symbolism" au riff obsédant. Alors que tout le monde a rejoint sa cause, le groupe maintient constamment la surprise. Et c'est seulement sur la fin du concert que Moonreich lance un assaut final avec les deux parties de "Fugue" qui marquent le premier acte de l'album éponyme. Une bonne manière de tirer le rideau sur une ambiance plus introspective, et qui permet d'esquisser un bilan très positif pour cette soirée occulte bruxelloise.

Setlist :

Du Sang sur les Mains

Hidden Mystical World

Heart Symbolism

Serpent

Carry My Drought Cause I Have No Arms Anymore

Pillar of Detest

Fugue

 

Crédit photos : Matthias