Articles Retour

REVUE D'ACTU #4 (2) : Fit For An Autopsy, Street Sects, Hour Of Penance, Fen

lundi 21 octobre 2019 - ZSK
ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

ZSK : On complète la revue d'actu de la semaine passée avec du bourrin, du un peu moins bourrin, du pas du tout bourrin et quelque chose de bien différent. Bref, les derniers singles de Fit For An Autopsy et Hour Of Penance avant la sortie de leurs nouveaux albums en fin de semaine, un premier extrait du prochain Fen qui lui sortira début décembre ; et enfin Street Sects qui a collaboré avec Daughters et Lingua Ignota pour une compilation dont Raton vous parle plus en détail dans notre article.

 

FIT FOR AN AUTOPSY

ZSK : Alors qu’il se posait déjà comme une référence du « Trve Deathcore » aux côtés de Thy Art Is Murder pour ses deux premiers albums The Process Of Human Extermination (2011) et Hellbound (2013), Fit For An Autopsy a pris un étrange virage, entamé par son changement de chanteur et le déjà faiblard Absolute Hope, Absolute Hell (2015). The Great Collapse (2017) avait alors marqué son évolution vers un son plus poli, notamment influencé par Gojira. Une déception en regard de ce que le groupe américain avait montré à ses débuts, mais il va falloir s’y faire. Surtout que The Sea Of Tragic Beasts semble prendre le même chemin. Fit For An Autopsy s’éloigne maintenant du Deathcore méchant pour faire un mélange de Gojira et de Black Crown Initiate. Toutefois, un extrait comme "Shepherd" semble montrer que le groupe retrouve un peu plus de dynamique, et met à jour sa capacité à jouer sur plusieurs tableaux pour un morceau d’ailleurs présenté comme un hommage aux groupes de mélodeath des années 2000. Mis bout à bout avec les deux précédents extraits présentés, "Shepherd" montre que Fit For An Autopsy semble être capable de trouver un nouvel équilibre bienvenu. Réponse bientôt, même s’il ne faut plus attendre de Deathcore bien costaud désormais…
 

« The Sea Of Tragic Beasts » sortira le 25 octobre prochain chez Nuclear Blast.
 
 

HOUR OF PENANCE

ZSK : Les Italiens avaient mis une bonne claque à tout le monde à l’époque de The Vile Conception (2008). Mais cela fait plus de dix ans que leur manifeste est sorti et maintenant, Hour Of Penance est un peu rentré dans le rang, même s’il a entraîné plusieurs groupes dans son sillage et qu’il est bien loin le temps où l’on trouvait juste que c’était un bête mix entre Nile et Behemoth. Depuis le départ de Francesco Paoli passé Paradogma (2010), les albums proposés sont un peu interchangeables, pas mauvais mais rien n’égale les tueries passées. Misotheism, leur 8ème album, va-t-il redresser la barre ? Le groupe semble tout de même ici reprendre un petit soupçon d’efficacité. Après un "Flames of Merciless Gods" sans plus, ce "Blight and Conquer" est plutôt bonnard. Certes sans surprise, mais la brutalité est au rendez-vous, on retrouve le Hour Of Penance rapide et véloce que l’on aime tant, avec un chant à l’avenant même si la performance de Francesco Paoli sur The Vile Conception reste inégalable. Le clip en pixel-art, plutôt original, est également sympathique. Et pour la musique, reste plus qu’à espérer malgré tout que cet album sera le meilleur de la période post-Paradogma !
 

« Misotheism » sortira le 25 octobre prochain chez Agonia Records.
 

FEN

ZSK : Arrivé en 2006, le groupe britannique Fen s’est toujours posé comme une bonne alternative à Agalloch, en penchant plus vers le Post-Black voire le Blackgaze. Seulement, depuis son excellent premier album The Malediction Fields (qui fête ses dix ans), il n’a jamais vraiment confirmé ses dispositions et a sorti ses albums dans un anonymat relatif, sans égaler ses débuts même si des disques comme Dustwalker (2013) ou Winter (2017) en valent la peine. Maintenant signé chez Prophecy, Fen va pouvoir se refaire une seconde santé. The Dead Light, qui sera leur 6ème album, est même présenté comme un peu plus dynamique. Ce qu’on ne ressent pas vraiment à l’écoute de "Nebula", à vrai dire… Un premier extrait très classique pour du Fen, plus atmosphérique et surtout mélodique que plus couillu, où l’on retrouve finalement la caractéristique initiale du groupe, du Agalloch mâtiné de « Post », au chant clair un peu discutable. Pas suffisant pour convaincre que le groupe sera à nouveau capable d’égaler son premier album voire même Epoch (2011), mais on attendra d’en entendre plus. Après, si l’on aime le Black-Metal très enlevé du genre, Fen a toujours été un nom à suivre, à défaut d’en être un grand.
 

« The Dead Light » sortira le 6 décembre prochain chez Prophecy Productions.
 
 

STREET SECTS (feat. Daughters & Lingua Ignota)

Raton : L'autoproclamé "nerd musical le plus occupé du web", Anthony Fantano (aka. The Needle Drop) s'apprête à sortir une compilation dont les bénéfices reviendront au Immigrant Legal Resource Center, une organisation américaine qui vient en aide aux personnes en situation de migration. Sur cette compil figureront 15 morceaux inédits provenant d'artistes variés (Zeal & Ardor, Oxbow, Polyphia, Mark Kozelek), tous chers au coeur du blogueur.
Parmi eux Street Sects, les tauliers de l'electro-indus, qui se payent le luxe d'inviter Nick Sadler, guitariste de Daughters, et l'exceptionnelle Lingua Ignota (dont le dernier album est potentiellement l'AOTY).
Malheureusement, le morceau a du mal à prendre et à proposer un parti-pris différent des pistes habituelles de Street Sects. La guitare de Sadler peine à se faire entendre et pour qu'elle existe dans le mix, le groupe s'empêche d'y aller franc jeu sur les kicks electro. La participation de Lingua Ignota, quant à elle, n'arrive qu'une minute avant la fin et ne parvient pas à sortir le morceau de sa curieuse inertie.
Le clip épileptique, conçu par Seth Sher de HIDE (post-industrial) n'apporte pas grand chose de neuf non plus, avec une recette qui me paraît usée jusqu'à la trame.
 

« Suspended from Gallery Rails » (qui ne contiendra pas ce morceau), le quatrième épisode de la saga "Gentrification" sortira le 22 novembre prochain chez The Flenser.

 

***