Chronique Retour

Album

15/07/19 - Matthias

Rotting Christ - Varathron

Duality of the Unholy Existence

LabelHells Headbangers Records
styleBlack Metal, Extreme Metal, Atmospheric Dark Metal
formatSplit
paysGrèce
sortiejuin 2019
La note de
Matthias
7/10


Matthias

Punkach' renégat hellénophile.

Drôle de présent que nous ont fait Rotting Christ et Varathron pour l'été ! Jamais je ne me serais imaginé, et je ne crois pas être le seul, que les deux formations helléniques, qui ont chacune fêté leur 30 ans de carrière, allaient un jour s'associer pour un split. Je ne peux d'ailleurs m'empêcher d'imaginer que cette collaboration soit née d'un pari lancé durant une soirée un peu trop arrosée aux excellents vins de Némée. Après tout, ça collerait assez bien au portrait que les frères Tolis brossaient d'eux-mêmes dans Non Serviam, la biographie du groupe sortie récemment. Plus jeunes, ils partageaient une méthode de travail assez dilettante avec un certain goût pour les paris et les jeux d'argent entre amis. Cette image reste donc un simple amusement personnel, mais elle colle néanmoins.

Mais je m'égare. Quoiqu'il en soit, en tant que grand fan de la scène extrême grecque en général et de ces deux groupes en particulier, j'étais très curieux de découvrir ce Duality of the Unholy Existence. C'est Rotting Christ qui entame la cérémonie avec un "Spiritus Sancti" qui reprend les expérimentations de Sakis Tolis dans son récent dernier album. Riffs saccadés, mais plus aériens que d'ordinaire pour soutenir un chœur assez en retrait, ambiance plutôt tournée vers le recueillement,... Rien de neuf à l'ombre du Golgotha par rapport à The Heretics. Si on a apprécié ce dernier album du Christ décati, voilà une sorte de morceau bonus assez agréable mais guère novateur. Dans le cas contraire, évidemment, difficile de se laisser convertir.

Contre toute attente, l'enchaînement avec le morceau de Varathron, "Shaytan", est assez fluide. La chapelle épirote ose commencer sur un tempo relativement lent avant d'épaissir les ténèbres à grands renforts d'une alternance entre le chant guttural de Necroabyssious et des passages plus calmes. Le morceau prend une véritable puissance incantatoire occulte, là où la partie lumineuse du split manquait un peu sa communion avec l'esprit sain. Mais "Shaytan" se termine un peu trop rapidement. Je crois que Varathron aurait gagné à prendre un peu plus de temps pour son outro.

Je garde un goût de trop peu après Duality of the Unholy Existence. Deux morceaux d'un peu plus de quatre minutes, forcément, ça fait court. La dernière ostie à l'ergot de seigle de Rotting Christ reste fade, tandis que le vin servi par Varathron a, certes, bon goût, mais pouvait encore gagner en caractère. Ce vinyle en édition limitée reste toutefois un bonus agréable à la longue carrière de deux groupes qui n'ont plus rien à prouver. Mais, bien que je la trouve sympathique, j'attendais un peu plus de cette communion. Enfin, après tout, il est grand le mystère de la foi, et les deux groupes démontrent encore, si c'était nécessaire, que la solidarité de la scène grecque n'est pas un terrain moins fertile que les luttes claniques incessantes de Scandinavie.

Setlist:

Side A

1. Rotting Christ - Spiritus Sancti

Side B

2. Varathron - Shaytan