Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Animals Killing People

Kentucky Fried Killing

LabelSevared Records
styleBrutal Death Grind
formatAlbum
paysUSA
sortienovembre 2008
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Animals Killing People (AKP) est un groupe de Brutal Death x GrindCore américain qui nous vient tout droit de New York. Formé en 2003, ce n'est qu'en 2008 que le groupe nous pond enfin un album digne de ce nom, soit 5 ans pour digérer leurs steaks de soja et nous en foutre plein la gueule. Vous en prendrez bien un morceau?

AKP, au même titre que Cattle Decapitation, est un groupe brutal dont l'idéologie vegan est au centre des préoccupations conceptuelles du groupe. Comme leur nom l'indique, les paroles tournent autour d'animaux qui tuent des gens. Difficile de faire plus explicite quant au rapport parole / nom de groupe. Ainsi leur premier véritable opus intitulé amoureusement "Kentucky Fried Killing" ne semble pas faire dans la dentelle intellectuelle et recrache la haine des zicos pour leurs compères. J'ai dit "ne semble" car honnêtement j'ai rien pigé aux paroles.

En effet, les deux voix qui agrémentent fort bien la galette sont immondes, soit en reverse, soit pitchée soit les deux, je ne suis même pas persuadé qu'il y ait des paroles, hormis sur la piste "Wrong Lunch - Raw Buffet of Human Organs", piste dont le titre parle de lui-même. Le chant principal, agrémenté d'une pincée de backing vocals tout autant gerbées, a cette touche délectable qui me rappelle les pitchs de Rompeprop ou Last Days Of Humanity par moment et la chansonnette que l'on retrouve dans Devourment autrement. Ce dernier exemple, bien entendu pris au hasard, oblige l'auditeur à rebondir sur d'autres points communs avec Devourment. Outre la cover du groupe Purulent (dont certains de AKP en font partie) que l'on retrouve sur l'avant dernier "vrai" morceau de l'album et ainsi intitulé "Torture Inside Of Me" à la caisse claire minimaliste, tout l'album de AKP a une grosse touche Devourment. Des passages groovy en veux-tu en voilà et vas-y que j'te coupe du bois (les fans de Devourment comprendront). Le chant est très très proche sur les deux dernières pistes. A noter que le dernier morceau "Ole" fera sans doute sourire les fans de Gronibard (je prends l'exemple le plus connu), même si l'idée relevée derrière est sans doute une dénonciation de la tauromachie. Le GrindCore ça a toujours été revendicatif.

Attention à l'emploi du mot GrindCore, la galette tourne quand même largement plus vers le Brutal Death. A ce propos, je dois relever le jeu du batteur qui tranche entre les deux styles. Les deux covers à la fin mises à part, l'ensemble de la galette est servie avec un fond de blast monumental. Des passages plus mid-tempo, lourds à la Dying Fetus, qui mosh même par moment, sont aussi de la partie. Mais en général on notera une grosse violence à la battouze, rappelant encore et toujours le jeu du batteur de Devourment (décidément). Niveau basse, ça groove en continu comme sur n'importe-quelle cd de GrindCore et on l'entend bien comme il se doit. RAS. Les riffs guitares sont assez basiques, pas très agressifs et accompagnent comme dans toute production du genre. Quelques harmoniques par ci par là mais rien qui ne m'ait franchement foutu sur le cul. C'est juste bien fait, bien interprété, carré comme sur cd et violent !

AKP et son album Kentucky Fried Killing assène son auditoire avec une production d'un Brutal Death typique de la scène underground US, avec un son bien mixé mais dont le but a été de donner une impression bien crade à la galette, ce que l'on retrouve sur des albums de Mortician par exemple. La cover est à gerbée, tout simplement. Voilà pour la partie emballage.

L'aspect revendicatif qui parsème le disque ne gêne en rien vu qu'on comprend pas grand chose et est surtout appuyé par les différentes intro des pistes. Et ici, certains diront qu'on s'approche du génie et d'autres qu'on a jamais fait aussi chiant depuis Mortician. En effet, à l'instar d'un autre grand nom de la scène Brutal Death UG US, vous allez devoir vous coltiner des putains d'intro d'une demi-heure toutes les 30 secondes de blast. C'est un peu lourd en effet. Le côté positif c'est que, comme dans un Mortician, l'ambiance du disque est raffermie. Bon le soucis c'est que parfois on peut se poser des questions sur la provenance des samples. On sait pas toujours trop bien pourquoi ils sont là et qu'est-ce qu'ils signifient. Je cite le dernier sample qui dure trois plombes afin de masquer trois pistes live disponibles à la fin de l'album. Ceci a pour effet d'alourdir l'album et dérange à l'écoute.

En résumé, AKP signe ici un bon album de Brutal Death Grind UG, bien orchestré, bien violent, bien crade mais malheureusement (ou heureusement pour certains) avec des longueurs.

1. Homo Sapiens Lab Rats
2. Human Disgusting Species
3. Animals Are Beasts, Men Are Monsters
4. Placebo Deranged Victory - Toreros De Mierda
5. Kentucky Fried Killing
6. Cruelty Free Interlude
7. Glue Traps For Humans
8. Bear Cut Open Full of People
9. Wrong Lunch - Raw Buffet of Human Organs
10. Shame On The Human Race
11. Torture Inside of Me (Purulent Cover)
12. Ole (La Pestilencia)

+ 3 ghost tracks :

1. Kentucky Fried Killing (live)
2. Human Hunting Season (live)
3. Human Disgusting Species (live)