Chronique Retour

Album

02/04/19 - ZSK

Kadinja

Super 90'

LabelArising Empire
styleDjent
formatAlbum
paysFrance
sortiejanvier 2019
La note de
ZSK
7/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Quand un groupe débarque avec un album nommé Super 90’, clairement présenté comme axé conceptuellement sur les années 90 mais du point de vue de la nostalgie de la jeunesse, on s’attend à quelque chose qui soit bien dans l’air du temps avec de la Synthwave à fond les ballons et des références bien codifiées. Eh bien pas du tout dans ce cas, musicalement du moins car Kadinja va rester lui-même. Enfin presque, mais pas forcément pour ces raisons… Revenons un peu sur le groupe en question avec son premier album sorti en 2017, Ascendancy, qui l’avait propulsé sur le devant de la scène française, et posé le quintette parisien comme une des meilleures formations de Djent de l’Hexagone, même si le genre ne court pas forcément nos rues. Avec leurs potes de The Dali Thundering Concept qui avaient sorti le très bon et travaillé Savages en 2018, il y a de quoi faire. Kadinja a d’ailleurs su se faire suffisamment remarquer pour atterrir chez Arising Empire, la division de Nuclear Blast qui signe des groupes « djeunz » (enfin de leur point de vue) faisant du Djent et assimilés. Novelists les avait d’ailleurs précédés, et c’est à leur tour de percer avec ce qui sera leur deuxième album, Super 90’ (donc). Ascendancy avait mis la gomme au niveau d’un Djent classique mais classieux, percutant et inspiré, dans la lignée des meilleurs et de ce que Periphery pouvait faire de plus remuant à ses débuts. Un premier album déjà franchement convaincant et finalement très prometteur, qui ne demande qu’une suite avec un niveau encore meilleur. Alors que The Dali Thundering Concept avait réussi discrètement mais brillamment à franchir ce pallier, c’était un peu moins le cas pour un Uneven Structure par exemple. Au tour de Kadinja de tenter de transformer l’essai…

Si on pouvait donc s’attendre à ce que Kadinja convertisse son concept sur les années 90 en une musique qui emprunte à ce qui se faisait de sonore à l’époque (quel coup de vieux que d’employer ce mot d’ailleurs), il n’y aura pas de surprise ni d’aspérités particulières au menu de Super 90’. Kadinja continue donc à dérouler son Djent aux compos virevoltantes, à la fraîche avec des moments cool bien accompagnés des vocaux clairs de Philippe. "Empire" sera donc un opener classique mais d’ores et déjà accrocheur. Tout ce qui faisait le charme d’Ascendancy se retrouve très vite, les Parisiens sont en forme, Super 90’ commence donc sur les chapeaux de roue. Mais Kadinja va finalement surprendre, sur un terrain sur lequel on ne l’attendait peut-être pas. Car si le très dynamique Ascendancy se retrouvait entre Periphery, Monuments ou encore No Consequence, Super 90’ va flirter avec d’autres influences et changer un peu l’équilibrage de son propos au passage. Ainsi, dès "From the Inside", on constate que Kadinja prend un virage vers un Djent plus aérien qu’à l’accoutumée. Le chant clair se fait prédominant, les compos bien que toujours percutantes se rapprochent maintenant d’un TesseracT voire d’un Stealing Axion. Kadinja va donc quelque peu adoucir son Djent, en mettant plus en avant les chants clairs et les mélodies. "The Modern Age" le confirme déjà, malgré les compos très râpeuses de départ. Les cris sont plus parcimonieux, le refrain est très enlevé, l’ensemble sonne finalement très lumineux malgré les compos dures ici et là. Plus on avance dans l’écoute de Super 90’, plus on constate que Kadinja s’aère les chakras, avec un "Icon" assez planant et même prenant puis un "The Right Escape" vraiment cotonneux, très mélodique et même assez Rock dans les riffs, à sa manière et avec ses influences propres. Déroutant pour un groupe qui envoyait les compos punchy par paquet de douze sur Ascendancy ("GLHF" quoi...), mais il faut s’y faire. Les compos demeurent très inspirées, les morceaux réussis, mais Kadinja semble choisir une autre voie que celle d’un Djent qui gueule et qui a la bougeotte.

Kadinja poussera même le vice à proposer un morceau 100% acoustique presque façon ballade, un nouvel "Episteme". On a donc affaire à un groupe qui se la joue clairement plus « soft » que par le passé, les mauvaises langues diront que « çA y EsT iLs OnT sIgNé SuR nUcLeAr BlAsT c’EsT dEvEnU cOmMeRcIaL », mais en réalité Kadinja a su rester lui-même et profite surtout de Super 90’ pour explorer une plus large palette musicale sur les bases Djent, avec toutes les dérivations du genre. "Véronique" succède à "Dominique" sur Ascendancy, dommage que nous n’avons pas cette fois-ci un sample d’anthologie en intro, à la place nous avons un morceau long (pratiquement 7 minutes) et très complet pour Kadinja, où les compos complexes et incisives de même que le chant gueulé font leur grand retour après une première partie d’album très posée. Mais nous aurons aussi le droit à un beau refrain en chant clair, un des meilleurs de l’album d’ailleurs, et c’est sur ces bases de Djent tubesque que Kadinja va terminer Super 90’ avec des morceaux au format hit, le très bavard et Peripherien "Strive", le couillu mais cool "House of Cards" ou encore le plus lourd "Muted Rain" où Sylvain de The Dali Thundering Concept vient renvoyer l’ascenseur à Kadinja vu que Philippe avait chanté sur leur dernier album ; d’ailleurs ce morceau ressemble finalement assez à du The Dali Thundering Concept… avec un refrain à la Stealing Axion. Déroutant car présentant une forme assez particulière, avec des pistes de plus en plus soft en première partie de disque avant de retrouver un certain allant Djenty ensuite (bien qu’il se finisse sur un quasi-instrumental très atmosphérique, "Avec tout mon Amour"), Super 90’ est un album complet mais paradoxalement difficile d’accès, car l’équilibre est dur à trouver. Décevant au premier abord, Super 90’ finit par nous emporter car les morceaux sont vraiment de qualité, que ça soit les plus gentillets ou les plus groovy. Je dois quand même avouer que je préfère encore Ascendancy où l’énergie du groupe semblait sans limites. Ici, les tubes sont présents, même plus que pour Ascendancy finalement qui était il est vrai assez linéaire. Le côté plus coolos de certains morceaux de Super 90’ a un peu de mal à prendre même si tout est réussi, les autres pistes sont plus classiques mais ça fonctionne toujours. Difficile donc de savoir si la mission de convertir les espoirs de Kadinja est accomplie, le groupe semble encore se chercher sur certains points et la direction n’est pas tout à fait établie. Mais pour qui saura apprécier ce Djent globalement mélodique et enlevé même s’il reste couillu et dynamique, Kadinja confirme qu’il demeure une des formations en vogue en France pour le genre. De la nostalgie au son d’un Djent très moderne, et Super 90’ est un album de tous les paradoxes…

Véronique - nique - nique, s’en allait tout simplement ; routier, pauvre et chantant…

 

Tracklist de Super 90' :

1. Empire (4:27)
2. From the Inside (4:44)
3. The Modern Rage (4:06)
4. Icon (4:16)
5. The Right Escape (4:49)
6. Véronique (6:56)
7. Episteme (4:15)
8. Strive (3:20)
9. Muted Rain (4:22)
10. House of Cards (3:26)
11. Avec tout mon Amour (6:55)

 

Les autres chroniques

Album

févr. 2017 ZSK

Kadinja

Ascendancy