Chronique Retour

Album

04/09/18 - ZSK

EverRise

After The Eclipse

LabelAutoproduction
styleMélodeath
formatAlbum
paysFrance
sortiejuillet 2018
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Discrètement, comme toute formation appartenant au monde de l’autoproduction, EverRise a fait son apparition il y a 5 ans. Ou plutôt en 2015, date de la sortie de son premier album, Dawnlight, qui nous avait été présenté sans démo préalable. Et comme c’est coutume dans la scène française, EverRise est une des petites pépites de l’autoproduction, un groupe prometteur trop méconnu, par la difficulté à se faire reconnaître dans la masse, ou par le choix de rester « local ». S’articulant principalement autour du guitariste Laurent et du chanteur Benjamin (sans oublier le batteur Damian et en notant l’arrivée d’un nouveau bassiste, Gordon d’Antropofago), le groupe toulousain pratique un style qui me tient à cœur, le Mélodeath relativement « old-school », quelque peu thrashisant et au chant extrême, rappelant les glorieuses formations scandinaves des 90’s. Un peu comme ses compatriotes de Fractal Gates, Fallen Joy ou encore Pictured et plus récemment Innermoon. Toutefois, EverRise se distingue par un côté un peu plus dynamique voire même brutasse sur les bords, Dawnlight n’hésitant pas à pencher vers un Death/Thrash assez couillu. Mais ce qui prédomine, c’est le travail mélodique de l’ensemble, bardé de nombreux leads. Entre du pur At The Gates de la période Slaughter Of The Soul et d’autres influences variées revendiquées (Death, Septic Flesh, Yyrkoon, Arch Enemy…), Dawnlight était donc une bonne réussite, de l’œuvre d’un nouveau groupe franco-français autoproduit avec du potentiel. Mais alors que bon nombre de groupes du même acabit se cassent la gueule à force de difficultés ou ne donnent plus vraiment de nouvelles, EverRise est toujours bien là, 3 ans après, pour nous proposer un second album, After The Eclipse. Et nous de voir s’il va évoluer, ou plus simplement confirmer.

3 ans après Dawnlight et son autoproduction totale, EverRise monte donc en grade et a fait mixer/masteriser After The Eclipse au Vamacara Studio. Cela va donc donner au groupe toulousain un son plus puissant et plus moderne. Ce qui va finalement un peu changer la donne, vu que la musique d’EverRise prend en général une petite adjonction de modernité, notamment sur les rythmiques avec à la clé bon nombre de passages de riffs très massifs ("My Kingdom", "Anything", "Wolf", notamment), avec même un penchant plus groovy par moments. Mais EverRise joue toujours sur ses particularités propres et ses influences. Et l’aspect mélodique est toujours assez prédominant. Laurent est donc très inspiré et motivé sur cet album, et multiplie les leads qui prennent même parfois une tournure très technique. EverRise parvient donc avec After The Eclipse à passer le cap de la modernité tout en restant old-school dans l’esprit. D’ailleurs, "The Path" ouvre l’album avec des compos d’obédience Thrash/Death old-school, avant que le vrai Mélodeath ne s’installe grâce aux leads maîtrisés, mais du Mélodeath lui aussi relativement old-school avec l’aide d’autres passages thrashy. After The Eclipse voit donc EverRise évoluer un tantinet, mais dans la lignée de Dawnlight. Et après un morceau d’ouverture d’ores et déjà entraînant et dynamique, EverRise surprend un peu vu que dès le début du morceau-titre, on sent une grosse influence Hypocrisy que ça soit pour les rythmiques ou les mélodies, ce qui sera confirmé pour le très typé "My Kingdom", jusque dans les variations de voix de Benjamin (et dans les quelques notes de piano à la fin). EverRise ne se repose donc pas sur ses lauriers même si les bases sont là (on reconnaît aussi la patte du groupe lors des accélérations thrashy du morceau-titre) et apporte un peu de neuf, pour finalement à la fois, évoluer et confirmer les efforts entrepris sur Dawnlight.

After The Eclipse est donc à nouveau un album réussi et inspiré. Et autre nouveauté notable, nous avons droit à deux morceaux chantés en français, "Le Peintre" et "Anything". Qui sont d’ailleurs deux moments forts de l’album, le premier met la blinde niveau Mélodeath légèrement technique avec de bonnes rythmiques et pas mal de leads gracieux, en plus d’un travail bienvenu sur les ambiances (avec un break à chant récité du plus bel effet) ; le second est plus original car l’ambiance s’assombrit de même que le tempo ralentit, les mélodies en deviennent plus désenchantées et cela va de pair avec les paroles qui semblent très personnelles. La suite de l’album sera plus classique mais non dénuée d’intérêt, entre un "Unholy Massacre" très Mélodeath old-school un peu thrashy comme toujours, avec de beaux leads ; et un "Wolf" particulièrement massif ou les nombreux leads se transforment en trémolos frénétiques. Le fleuve final "The Whisperer" résumera bien tout ce que EverRise a à nous proposer dans sa mouture actuelle. Sans rien révolutionner et sans prétention autre que du faire du bon Metal sur la base d’un certain nombre d’influences, le groupe toulousain livre donc un second album à nouveau très convaincant, aux compos inspirées et avec quelques moments marquants. Même s’il faut s’adapter à cette production un peu plus puissante qui lui fait s’éloigner du pur Mélodeath 90’s (avec quelques petits accrocs encore, comme une batterie un peu trop synthétique sur le morceau-titre), et aussi à la grosse voix de Benjamin qui sera peut-être diversement appréciée mais convient parfaitement au style, bien loin des chants clairs sucrés qui pullulent dans le Mélodeath « moderne ». After The Eclipse est donc un album bien équilibré, qui ne surpasse pas encore Dawnlight mais le groupe évolue et doit encore vraiment trouver sa voie (moins old-school ?), sur ces bases plaisantes avec un aspect mélodique et rythmique totalement maîtrisé. Le potentiel est confirmé, reste à savoir si EverRise ira encore plus loin et se fera mieux connaître au-delà des sphères de l’autoproduction française, mais pour qui est tombé sur lui, EverRise est une très bonne formation de Mélodeath qui a livré, à son niveau et comme celui de certains de ses compatriotes, deux parfaits petits albums du genre.

 

Tracklist de After The Eclipse :

1. The Path (3:58)
2. After the Eclipse (5:39)
3. My Kingdom (5:05)
4. Le Peintre (5:05)
5. Anything (6:55)
6. Unholy Massacre (4:03)
7. Wolf (5:59)
8. The Whisperer (8:10)