Chronique Retour

Album

23/08/18 - S.A.D.E

Throat

Bareback

LabelSvart Records
styleNoise rock
formatAlbum
paysFinlande
sortieaoût 2018
La note de
S.A.D.E
7/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

Formé en 2009 à Turku, Finlande, Throat est un quatuor oeuvrant dans un noise rock à l'obédience très marquée Unsane. En plus d'une flopée de split et d'EP, et d'un premier album sorti en 2013, Throat a également participé à l'album Shattered, Flattered & Covered - A Tribute To Unsane, en reprenant le titre Get Away des New-Yorkais. On imagine donc aisément, avant même de lancer l'album, que l'approche musicale de Throat sera fortement teintée par les sonorités abrasives des briscards de la noise.

Si Manhole, le premier album du groupe, était clairement un hommage (réussi, même si parfois un peu prévisible) à Unsane, tant dans le son que dans la rugosité des compos, ce Bareback offre de nouvelles idées, enrichissant une base toujours ancrée dans le noise rock crasseux. Le premier titre, Safe Unsoud, prend son temps pour démarrer, les premières minutes étant composées d'un thème de guitare minimaliste sur lequel se greffe un chant parlé qui, pour une raison qui m'échappe un peu, me fait penser à Nick Cave. Ce premier morceau sera d'ailleurs le plus étrange et le plus énigmatique de l'album : après cette introduction, un premier coup de riff bien lourd et massif vous claque sur la nuque pendant quelques mesures, avant qu'une expérimentation bruitiste un peu longuette ne ferme la piste. Ce premier titre est assez étrange, il est construit comme un collage de plusieurs intros, sans vraiment donner de direction précise à l'album.

Mais dès No Hard Shoulder, on retrouve quelque chose de plus musical et de plus classiquement construit. Et si l'ombre d'Unsane plane toujours sur la musique de Throat, il s'en dégage quelque chose d'un peu moins lourd et asphyxiant, comme si une touche de déconne avait été intégrée dans la pesanteur. Sur ce deuxième album, Throat fait un léger pas de côté, s'éloignant un peu d'Unsane pour aller fouiner du côté d'un grunge bizarroïde à la Melvins. Que ce soit dans la voix, moins écorchée qu'auparavant, ou dans le riffing, moins nihiliste et écrasant, l'influence de King Buzzo et sa bande est palpable tout au long de l'album. Néanmoins, Throat prend soin de garder quelques bonnes doses de noise qui tache et qui vrille les cervicales, avec notamment l'excellent Recut (cette lourdeur !) ou le plus nerveux Rat Domain. Throat apporte également une touche "post" à sa musique en travaillant plus volontiers sur des boucles lancinantes et hypnotiques (Recut, Born Old). Les Finlandais n'hésitent pas non plus à ajouter quelques effets numériques pour donner plus de grain à leur musique, tout en gardant leur présence discrète et bien dosée.

C'est donc en piochant à droite à gauche des idées nouvelles pour assaisonner leur noise que Throat construit son deuxième album, mais tout en parvenant à faire une synthèse de l'ensemble et pas seulement un collage maladroit. La production à la fois rugueuse et riche autorise toutes ces facettes à cohabiter sans faire de grands écarts malvenus. La seule chose qui empêche ce Bareback d'être pleinement solide est son architecture générale, l'ordre dans lequel ont été placés les titres. Cette entrée en matière sur le très étrangeSafe Unsound ne permet pas une pleine attention dès le début, on se trouve comme un peu en dehors de l'album avec ce premier morceau et cette sensation de décalage imprègne le reste de l'écoute par la suite. De même, Shortage (Version), morceau lent, très porté sur des sonorités indus donne un coup de mou en milieu d'album, alors que c'est typiquement le genre de titre qu'on attend en fin d'album. Tout le contraire de Maritime donc, un bon brûlot noise qui, avec son entame fracassante, aurait sa place en première piste...

Throat a du potentiel, voilà qui ne fait aucun doute. En s'éloignant un peu du pré carré d'Unsane, le groupe s'ouvre des voies intéressantes. Chacun des titres de Bareback (mis à part le premier titre qui reste assez incompréhensible, trop volontairement étrange) est bien ficelé, efficace et possède son identité. Comme dit juste au-dessus, c'est dans l'organisation et le développement de l'album que Throat n'est pas tout à fait au point, au risque de perdre des auditeurs dès le premier titre. Ce qui serait dommage tant la suite est de qualité.


Tracklist de Bareback :
01.Safe Unsound
02.No Hard Shoulder
03. Recut
04.Bone Strike
05.Shortage (Version)
06.Born Old
07.Rat Domain
08.Maritime