Interviews Retour
samedi 19 mai 2018 - Shawn

Xtreme Fest

Vincent (Responsable Communication)

Shawn

Anciennement responsable du webzine U-zine.org. Actuellement chroniqueur éclectique et live reporter basé à Toulouse.

Voilà déjà cinq années que l'Xtreme Fest nous propose son affiche de festival punk-hardcore (et parfois metal). Définitivement installé dans le paysage musical français, la 6ème édition du festival se tiendra à nouveau à Cap'Découverte, un parc de loisirs aquatiques à 20 minutes d'Albi et à une grosse heure de Toulouse du 2 au 5 août 2018. C'est à trois mois de l'évènement que nous avons pris la température avec Vincent, chargé de communication du festival.

 

Salut Vincent, tout d’abord, peux-tu te présenter toi, et nous dire quel est ton rôle au sein de l’Xtreme Fest ?

Je suis arrivé chez Pollux Association (ndlr : structure organisatrice de l’Xtreme Fest et d’une saison régulière sur Albi) en octobre. J’ai repris le poste de chargé de communication qui était jusqu’alors occupé par Nathan. Je connaissais l’association ainsi que l’Xtreme Fest auparavant, plutôt en tant que spectateur, mais je n’habitais pas Albi à cette époque. Je suis arrivé sur Albi entre temps, j’ai rencontré plusieurs membres et j’ai commencé un service civique en octobre dans la communication pour la saison de Pollux et pour le festival. Je suis en charge de la partie communication, community management, street team et partenariat. Je travaille en duo avec Delphine qui s’occupe, elle, de la partie presse et média.

Comment vous sentez-vous, toi et tes équipes, à trois mois de cette sixième édition de l’Xtreme Fest ?

On se sent plutôt bien. Cette année, on est même en avance par rapport à l’avancement de l’an dernier. Les choses suivent leur cours… La programmation a été annoncée en totalité, tout est en place. On est confiants même s’il reste une grosse quantité de travail. On n’est pas encore dans le jus !

 

Retournons sur l’édition 2017 : quel bilan en avez-vous tiré ? 

Cette cinquième édition a été très positive, que ça soit en termes de fréquentation, de retours de festivaliers. On était sur une fréquentation très semblable à celle de 2016. Il reste néanmoins une marge de progression que nous allons essayer d’atteindre cette année. Nous étions également satisfaits des quelques nouveautés que nous avions proposées, notamment la X-Cage. Il s’agissait d’une scène au niveau du camping, qui se tenait dans une cage de MMA et qui permettait d’avoir des concerts en matinée sur le camping. Tout s’était bien passé également au niveau des équipes bénévoles, techniques, sur site. Cela fait quelques années maintenant que nous sommes implantés sur le site de Cap Découverte, et nous connaissons maintenant bien les lieux et l’utilisation que l’on peut en faire, c’est quelque chose de très satisfaisant pour nous. Pour revenir sur la fréquentation, il faut savoir que la jauge sur le site est de 2000 personnes. L’an dernier nous étions complets le samedi, mais pas le vendredi ni le dimanche où nous étions à peu près 1800. L’objectif étant cette année de faire complet sur les trois jours.

Retour d’une question récurrente et un peu technique, probablement pour la dernière fois : à la fin de la seconde édition, en 2014, lors de l’édition qui avait eu lieu au Parc des Expo d’Albi, le festival accusait un déficit important et semblait en sursis d’un point de vue financier. Nathan (attaché presse du festival à l’époque) nous avait expliqué que vous aviez mis en place un plan de trésorerie sur 4 ans pour rembourser les dettes. Il nous disait, il y a deux ans, que vous arriviez au terme de ce plan de trésorerie et que le festival en avait presque fini avec cette dette. Où en êtes-vous actuellement ?

Alors ! Sur le reliquat de cette édition, toutes les dettes ont été payées à l’exception de 2 prestataires qui seront réglés très rapidement. En effet, cette seconde édition nous avait mis en difficulté et on commence seulement à voir le bout du tunnel et se stabiliser en regardant plutôt vers l’avenir ! Le but est de se « débarrasser » du poids de cette édition qui nous a plombés sur les suivantes. Ca a pris du temps, mais on commence à mettre cette charge-là derrière nous.

 

Du coup, est-ce que cela vous a bridé sur les possibilités d’évolution ?

Sur l’ensemble des 3 dernières années, j’aurais du mal à t’en parler n’étant pas encore membre de l’association à l’époque. Bridé ? Oui et non. Disons que ça ne nous a pas empêchés de proposer des programmations que l’on pense être les meilleures possibles. On a tenté de ne pas pénaliser les éditions suivantes, mais c’est un truc qui reste dans un coin de la tête puisque l’on ne veut surtout pas refaire les erreurs de cette édition-là.  

Doit-on s’attendre à ce que les éditions2019, 2020 soient radicalement différentes une fois libérés de cette contrainte ? 

On attend quoi qu’il arrive de savoir ce qu’il en sera de cette édition 2018, tout en ayant bien entendu quelques idées en tête. Pour l’instant le but est d’arriver à un festival équilibré et qui tourne bien sur le plan financier avant de se projeter sur quelque chose de plus grande envergure. Ce que nous souhaitons, c’est de garder une certaine ampleur, sans être démesuré non plus. On ne veut pas devenir une usine à gaz, et au contraire, nous voulons préserver le cadre familial, convivial. Au-delà de ça, évidemment, l’idée c’est aussi de faire croître le festival et de proposer des choses intéressantes aux festivaliers, que ça soit en termes d’animation ou de programmation. Pour résumer, l’idée c’est déjà de faire une belle édition 2018 et après on verra au moment du bilan ce que l’on pourra faire par la suite.

 

Justement, peut-on s’attendre à ce que le festival soit amené à être relocalisé sur la prairie à côté du camping, sur le lieu adapté aux Grands Festivals, pour passer en total open-air, étant donné que c’est une des possibilités logistiques offertes par le lieu ? 

Pour l’instant, ça n’est pas d’actualité. On verra petit à petit, mais ça n’est clairement pas au programme. Néanmoins on reste ouverts aux possibilités d’évolution qui s’ouvrent à nous, mais on tient à rester maîtres de notre sujet et bien maîtriser le festival sur son format actuel avant de voir plus gros.

De nombreux aménagements ont été amenés l’an dernier au camping, avec notamment du ventriglisse, des karts radiocommandés, des concerts en cage, … Quels ont été les retours sur ces nouveautés ?

On a eu des retours assez positifs puisque ce sont des idées qui ont apporté de la vie dans le camping et ça permettait d’animer les journées en attendant les concerts. On retient que du positif sur cette expérience.

 

Des changements sont-ils à attendre au niveau de l’accueil des festivaliers, par exemple de la restauration ou du camping ? 

Il y aura en effet pas mal de changement sur ces points. On a déplacé le site du camping pour le rapprocher du festival. Le gros point noir du camping, c’est qu’il était loin et qu’il y avait 10 bonnes minutes de marche en côte pour se rendre du festival au camping. Cette année, il sera à 500 mètres du festival, et il sera plus confortable. Il y aura notamment des douches et des toilettes en dur. Il y aura toujours la X-Cage pour proposer des concerts directement dans le camping, avec une buvette bien entendu. On prévoit également plusieurs idées d’animations, comme de nouveaux stands. Il y aura notamment un barbier/coiffeur qui proposera des coupes mulet à participation libre (rires). Au-delà du camping, il y aura d’autres nouveautés au niveau du festival ainsi que sur le site de Cap’Découverte. D’année en année, on gagne la confiance du lieu et on propose de nouvelles idées. Il y aura donc des concerts en acoustique sur la plage avec Criswell, un groupe toulousain. On commence à exploiter l’idée cette année en acoustique uniquement pour des raisons techniques. On verra pour une formule amplifiée l’an prochain lorsque nous aurons un premier retour et une première expérience sur la faisabilité.

L’affiche 2018 a été intégralement dévoilée. Peux-tu nous la présenter ? Qu’est-ce qu’elle t’inspire, cette affiche ?

Comme tu l’as sûrement remarqué, cette année, nous avons une programmation orientée punk et hardcore. Moins de metal donc. On retrouvera au niveau des têtes d’affiche des formations comme Hatebreed, Converge, Dead Kennedys, des groupes comme Comeback Kid, Municipal Waste ou Terror. Une programmation au final très punk et hardcore qui devrait envoyer du lourd niveau musical. Cela s’explique par l’ADN de l’association, puisqu’elle a été créée originellement par des punk-rockeurs, et cela fait partie de l’identité du festival. Il y a actuellement beaucoup de festivals metal, et on avait envie de glisser dans le punk-hardcore. C’est aussi comme toujours une question de disponibilité au niveau des groupes, et c’est lié à nos possibilités financières. On reste cependant très ouverts sur nos prochaines éditions aux groupes metal, que ça soit du death, du grind…
 

Vincent, un grand merci à toi pour ta disponibilité, je te laisse le mot de la fin ! …

Tout simplement, venez au festival, venez vous imprégner de l’ambiance du festival ainsi que du cadre atypique (ndlr : le site de Cap’Découverte est une ancienne carrière de charbon à ciel ouvert, réhabilitée en centre de loisirs) qui ne laisse en général pas indifférent. Venez partager ce moment avec nous du 2 au 5 août sur la base de Cap Découverte !

Plus d'infos : http://xtremefest.fr/