Chronique Retour

Album

21/05/18 - Nostalmaniac

Deathwards

Towards Death

LabelInvictus Productions
styleThrash/Death Metal
formatDémo
paysChili
sortiejuin 2018
La note de
Nostalmaniac
8/10


Nostalmaniac

Le Max de l'ombre. 29 ans. Rédacteur en chef de Horns Up (2015-2020) / Fondateur de Heavy / Thrash Nostalmania (2013)

Toujours en ébullition, la scène extrême chilienne est devenue la chambre magmatique de l’underground sud-américain. Il suffit de penser à Hellish ou Ripper pour les meilleurs exemples récents d’une scène encore trop méconnue sur notre vieux continent et ce n’est pas la faute à quelques labels européens, dont Invictus Productions. Très souvent dans les bons coups (Bölzer, Tribulation, Malokarpatan), le label irlandais a justement déniché une nouvelle formation chilienne : Deathwards !

Emmené par Hellavenger (ex-Communion), Deathwards se veut un nouveau groupe formé par des "vétérans de l’underground". Difficile néanmoins de trouver plus d’informations sur le lineup complet mais le mystère qui peut entourer un groupe n’est pas non plus une mauvaise chose (…quand ça n'est pas la raison principale de son succès, bien sûr).

« Towards Death » est donc la première démo des Chiliens et quand le premier extrait ("Epitaph from the Underworld") a été partagé, je dois dire que j’ai été surpris puis rapidement convaincu. Un Thrash/Death direct et old school mais avec un riffing terriblement affûté qui tient en haleine. Je ne m'attendais pas non plus à ce que les 23 minutes de la démo me captivent autant.

Vacciné par la vague rétro-thrash opportuniste d'il y a quelques années, dans ce registre je ne pense pas être le plus impressionnable. Certes, j'ai la fibre nostalgique mais deux-trois riffs old school et une prod un peu crade ne suffisent pas à m'émerveiller comme un ado qui découvre les premiers Slayer dans sa chambre. Non. Le old school pour le old school, ça n'a pas beaucoup de sens. Et justement, ce qui m'a vraiment plu dans cette démo c'est ce songwriting certes bourré d'influences old school (je pense aux titans du Thrash évidemment, aux premiers Pestilence mais également à des groupes plus obscurs comme Toxik, Whiplash ou encore Death Strike) MAIS (et c'est ce qui fait la différence) avec une dose de charisme et un songwriting terriblement efficace.

Il faut savoir que la démo a été composée et enregistrée en cinq mois et le groupe arrive à greffer un sentiment d’urgence et de terreur du début à la fin. Beaucoup de groupes oublient la spontanéité qui fait pourtant partie de l'ADN des premiers brûlots Thrash et c'est donc un vrai plaisir d'avoir ce genre de démo qui bien sûr respire aussi l'expérience (ces plans de batterie...). Un autre atout incontestable, c'est la voix de Hellavenger, rocailleuse et perfide. Une version plus méchante de Tom Araya qui apporte de la malveillance à leur Thrash/Death rapide et furieux, mais jamais dénué de subtilités et de soli bien placés. 

Quatre titres redoutables d'efficacité et on ne peut pas ignorer l'excellente reprise des Canadiens d'Infernäl Mäjesty avec le titre implacable "Overlord",  exécuté avec passion comme un hommage indispensable à leur premier album « None Shall Defy » (1987) qui n'a pas eu la même exposition qu'un « Reign in Blood » mais qui vaut le détour. Une ode aux trésors cachés qui existent dans tous les styles musicaux...

Tout ça nous donne ainsi une démo bien solide et si le tout digital fait perdre son charme à beaucoup de choses (chroniquer des mp3 d'une démo qui sort en K7...), il n'enlèvera jamais le plaisir de découvrir de nouveaux groupes. Deathwards frappe très fort pour commencer et je ne peux qu'être confiant pour le premier long format actuellement en préparation. A suivre, donc...

Tracklist :

1. In Death I Become
2. The Hierarchist
3. Epitaph from the Underworld
4. Impending Prophecies
5. Overlord (Infernal Majesty cover)