Chronique Retour

Album

09/03/18 - ZSK

Lumnos

Ancient Shadows Of Saturn

LabelFlowing Downward / Avantgarde Music
styleBlack Metal cosmique
formatAlbum
paysBrésil
sortiefévrier 2018
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Flowing Downward, ça ne vous dit rien ? Il s’agit du nouveau label créé par Avantgarde Music pour des sorties un peu plus confidentielles. Et, conjointement avec le groupe de Post-Black Coldawn, c’est Lumnos qui va avoir la charge d’ouvrir le bal du jeune sous-label. Fondé par le multi-instrumentiste Brésilien Putrefactus, Lumnos a déjà une discographie bien fournie, entamée en 2015 avec Shining Mirrors et qui compte désormais 7 stuffs ainsi que deux participations à des splits. Une sacrée productivité surtout que… le projet n’avait rien sorti en 2017 après être resté sur deux albums en 2016, Among The Stars Of Resurrection et Before The Light. Un beau bagage, même s’il est plus de l’ordre des démos. Lumnos est d’ailleurs au final un énième projet « bandcamp », qui balançait ses sorties les unes après les autres sur sa page. Ancient Shadows Of Saturn va être l’occasion pour lui de passer enfin à un autre niveau, et ce que ça soit dans le fond ou la forme. Jusque-là, Lumnos avait tout du projet de Black ambiant underground qui se fait ses petits stuffs à la chaîne, en toute confidentialité. « Black ambiant », l’étiquette est large car le côté « Black » se résumait jusqu’alors à quelques riffs et des vocaux saturés ici et là. Le projet se distinguait plutôt par sa composante ambiante, avec force synthés bien évidemment et aussi un peu d’électronique. Sur certaines sorties, Lumnos était même plus proche du Dungeon Synth que du Black-Metal atmo/ambiant, malgré des concepts tournant autour de la fantasy, du forestier et de l’Espace. Et Putrefactus va à nouveau se diriger vers le cosmos pour sa première sortie plus « professionnelle », avec un concept autour de la naissance de la planète Saturne. Le Black ambiant spatial, ce n’est pas un genre très original par les temps qui courent (citons par exemple Arkthinn, le disciple de Darkspace le plus en vue actuellement), mais Lumnos va tenter d’apporter sa pierre à l’édifice avec le plus fignolé Ancient Shadows Of Saturn.

Mais Lumnos n’est pas un énième disciple de Darkspace, bien au contraire. Plutôt que les ténèbres et la terreur, il a choisi la lumière et l’apaisement. Le projet brésilien va plutôt chasser sur les terres d’un Midnight Odyssey. Voire d’un autre projet plus méconnu, The Lost Sun, comparaison qui tombe sous le sens vu que son seul membre Unknown joue les guests sur Ancient Shadows Of Saturn, en s’occupant de quelques claviers et des voix claires sur le morceau d’ouverture "I Am Born from A Star". C’est d’ailleurs l’annonce de la présence de M. The Lost Sun qui avait titillé mon intérêt et m’a fait découvrir Lumnos. Et le début de sa discographie même si, il faut bien l’avouer, elle n’était pas excitante jusque-là, avec un style un peu trop limité par son aspect hyper underground, frôlant allégrement la kitscherie (Spiritual Chaos par exemple), même si étonnamment le tout premier stuff Shining Mirrors était presque son meilleur. Among The Stars Of Resurrection et Before The Light, les deux « albums » sortis en 2016 (et tous deux disponibles en téléchargement libre sur le bandcamp du projet), étaient plus satisfaisants et montraient que Lumnos progressait petit à petit. Mais le one-man band, qui a accueilli quelques contributeurs au fil du temps (ils sont au nombre de trois sur Ancient Shadows Of Saturn, dont Unknown, le chanteur et mixeur B.M., et le parolier Saddy), va sensiblement s’améliorer et progresser de manière fulgurante pour son premier véritable album. Déjà, le Metal a enfin vraiment droit de cité, ce qui n’était pas forcément le cas jusque-là tant les synthés étaient omniprésents, et Lumnos peut désormais être classé en tant que tel. Les guitares, en lead ou en rythmique, sont bien plus en vue, et les lignes vocales essentiellement Black se multiplient également. Lumnos complète et assume donc son paysage musical, mais ne renie pas certaines de ses particularités et amène son univers propre sur un fond Black ambiant/atmosphérique.

Et l’univers de Lumnos est particulièrement éthéré. Vous l’aurez bien compris, on ne joue pas dans la cour d’un Darkspace, mais d’un Post-Black (grossomodo) très lumineux et chaleureux qui multiplie les trémolos libérateurs. Le chant « extrême » est très éraillé et trafiqué pour lui donner une dimension plus spectrale. Et bien sûr, les nombreux synthés et autres effets électroniques apportent une ambiance stellaire et sidérante. On assiste à la naissance de Saturne, mais dans le feu chatoyant des éléments, pas dans un recoin bien sombre du système solaire. Résolument cosmique, la musique de Lumnos atteint avec Ancient Shadows Of Saturn un côté épique insoupçonné. Et quoi de mieux pour commencer qu’un fantastique morceau d’ouverture, "I Am Born from A Star", où l’on se laisse emporter par cette ambiance cosmique sidérante et ces formidables montées de synthés pendant 12 minutes. Un magnifique voyage spatial quasi-symphonique par moments, rythmé par des trémolos mélodiques envoûtants, une voix déchirante très prenante, et un break électronique somptueux accompagné des beaux vocaux d’Unknown, qui confirme les talents qu’il avait démontré sur Spectral Voice From Newborn Star de The Lost Sun. Un départ tout simplement époustouflant. Qui précède un "Primordial Darkness" assez différent, plus intimiste et contemplatif, porté par une mélodie cotonneuse qui tourne presque en boucle de façon très entêtante (et qui s’exprime bien à l’occasion d’un court break acoustique), mais laisse quand même place à des trémolos bien épiques (limite à la AtomA), et toujours ces vocaux à fleur de peau et bien sûr les synthés stellaires. Lumnos a vraiment plusieurs cordes à son arc, le morceau-titre démarre de manière très électronique avant d’embrayer sur les instrumentations les plus éthérées du disque (Putrefactus se lâche sur les trémolos et l’on distinguerait même des chœurs féminins), l’aspect mélodique et épique de l’art du projet en est à son paroxysme, frôlant même les passages les plus lumineux du Skylight d’AtomA. Vraiment du bel œuvre, où il est facile de se laisser porter, les yeux grand ouverts vers le ciel étoilé.

Ancient Shadow Of Saturn, constitué de 5 morceaux seulement (qui sont tout de même assez longs), va se terminer de manière encore plus éthérée vu que toute forme de chant disparaît sur les deux derniers morceaux. "No Soul Is Near" reste dans la lignée du morceau-titre avec ces nombreux leads à la AtomA, l’atmosphère est à nouveau lumineuse à souhait, comme si l’on voguait parmi des nébuleuses particulièrement éblouissantes, au son des claviers encore une fois quasi-symphoniques par moments. Et pour le grand final "Existentialism", même les guitares s’étiolent petit à petit pour laisser place à plus de parties électroniques, retrouvant un peu l’esprit de tout ce que Lumnos a pu produire avant de sortir cet album. Un album satisfaisant, très beau et enivrant, qui ravira tous les amateurs d’ambiances spatiales et stellaires dans le Metal extrême. Si la période désormais underground du projet est reléguée très loin en termes de qualité, Ancient Shadows Of Saturn n’est pas encore l’aboutissement de ce que Lumnos peut produire, lui laissant encore une marge de progression pour faire quelque chose de vraiment inoubliable. Il faut dire que l’impression de déjà-vu chez Midnight Odyssey et consorts est forte, Lumnos fait bien ce qu’il fait mais manque encore de personnalité pour vraiment se démarquer. Des longueurs sont encore présentes, de même que quelques sonorités un peu kitsch subsistent. Putrefactus n’est pas encore au niveau de ce que son copain Unknown a produit avec The Lost Sun il y a deux ans, mais s’en approche sensiblement, et s’il maintient cette forme, le successeur de Ancient Shadows Of Saturn sera sans doute énormissime. Vu la productivité du projet, on espère avoir la suite assez tôt, même si cet album a mis plus d’un an à sortir après Before The Light. Ancient Shadows Of Saturn n’en reste pas moins un album à posséder, c’est du « Black »-Metal atmo/ambiant d’un excellent niveau pour un projet underground brésilien, et des moments forts sont présents en masse pour qui aime ce déluge de synthés et de trémolos qui font voyager aux confins du cosmos.

 

Tracklist de Ancient Shadows Of Saturn :

1. I Am Born from A Star (12:09)
2. Primordial Darkness (10:43)
3. Ancient Shadows of Saturn (10:35)
4. No Soul Is Near (9:08)
5. Existentialism (8:59)