Live reports Retour
dimanche 22 octobre 2017 - Schifeul

Moonreich + Griffon + Neptrecus - Peste en Mandchourie à Lomme

Bobble Cafe - Lomme

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Très joliment intitulée Peste en Mandchourie, en ce dimanche, la tournée réunissant Griffon et Moonreich passe par Lomme. Sur cette date, ils sont accompagnés par les Parisiens de Neptrecus, proposant ainsi trois représentants de cette vague de groupes black metal Parisiens formée autour de 2010.

C’est déjà la troisième fois que j’ai l’occasion de voir Neptrecus en concert. Si leur set en première partie de Sale Freux à Paris était de bonne qualité, sans être plus mémorable que cela, leur concert Lillois en première partie de Malcuidant (également organisé par Ondes Noires) m’avait beaucoup plus emballé. Pas de drapeaux à fleur de Lys cette fois car le fond de la salle du Bobble Cafe ne permettait pas d’accrocher de backdrop. C’est donc dans un décorum sobre que Neptrecus commence son set avec “Notre Berceau - Notre Tombeau” extrait de son prochain album.

Le son est nickel, comme souvent chez Ondes Noires. D’ailleurs, ceux présents lors du concert de Celeste au Midland peuvent en témoigner. Mais revenons à Neptrecus qui enchaîne avec Magna Grecia et son riff assez fou... où tu ne sais pas si tu dois faire la fête dessus ou tout casser.

Après un Auld Alliance chanté à la gloire des armées du Roi, Neptrecus enchaîne deux titres issus de son second - et très bon - album, Frères de Sang, devant un public très nombreux pour un concert à Lille un dimanche soir. Le set se termine sur un triptyque du premier album. Avec ce concert tout en puissance, Neptrecus nous démontre qu’un coup de force était possible et s’impose ce soir aux yeux des spectateurs qui ne s’attendaient peut-être pas à cela.

 

Setlist :

Notre Berceau - Notre Tombeau
Magna Grecia
Auld Alliance
Chargez !
Les Cuirassiers de Morsbronn
Fiers Gaulois
Prélude
Au Royaume de Neustrie

 

Juste le temps d'aller rager sur le Mario Kart de la Wii U mis à dispo dans un coin que Griffon prend la suite. C'est la troisième fois que j’ai l’occasion de les voir. A chaque concert, le groupe explose sa prestation précédente ! Sauf que cette fois-ci, je ne sais pas comment ils pourront faire mieux, tant leur set fut parfait.

Après une courte intro, Griffon commence à nous balancer des caramels dans la tronche avec son titre Har HaKarmel issu de leur premier album (du même nom). D'entrée de jeu, on est déjà bien chaud et c’est là que nous ai asséné La Cité Est Perdue, excellent titre qui me transporte totalement dans leur univers, avec son final de "hoohooo" à la Belenos. Histoire de ne pas lâcher la montée en puissance, L’Arbre Blanc poursuit ce set parfait, où la fin du titre se voit accompagnée par les percussions du chanteur Aharon. Parlons-en d’ailleurs d'Aharon. Si les musiciens nous livrent une copie parfaite, le chanteur va bien au-delà. Haranguant la foule le regard possédé, celui-ci nous livre une prestation millimétrée, tant vocale que visuelle.

Alors qu’il s’est déjà mis le public dans la poche, Griffon nous sort une fois de plus un titre inédit. Ce dernier est issu d’un split à venir et au vu de l’ambiance dégagée par ces compositions, les gaillards ne sont pas prêts de lâcher leur ascension !

Après un retour du côté d’Har HaKarmel avec Tout Est Accompli, Griffon termine son set sur une reprise de Watain avec un Malfeitor de derrière les fagots. Ré-entendre ce titre me rappelle que cela fait des années que je n’ai pas écouté ce groupe - l'ayant complètement lâché juste avant la sortie de The Wild Hunt, mais surtout combien ce morceau est génial ! Il est juste un peu dommage de terminer son set par une reprise alors qu'à côté de ça, aucun titre de leur EP n’est joué… Mais il faut dire que ce final était tout de même assez fou alors ne chipotons pas.

 

Setlist :

Har Hakarmel
La Cité Est Perdue
L’arbre Blanc
Souviens-Toi, Karbala
Jerusalem, Ô Jerusalem
Tout Est Accompli
Malfeitor (Watain Cover)

 

Dur de passer après une telle démonstration, mais Moonreich s’en sortira avec les honneurs ! Avec ses trois albums au compteur, il faut dire qu'ici, c'est le groupe qui a le plus d'expérience derrière la cravate (la preuve, ça doit faire au moins cinq fois que je me les fais en concert).

Après une intro composée de plusieurs samples dont le Monologue du Boucher issu de Seul Contre Tous, Moonreich entame son set sur Ad Nauseam et déverse son black metal qui, s’il n’est pas aussi envoûtant que celui distillé par Griffon, n’en reste pas moins foutrement efficace.

Moonreich fait avancer son set en piochant çà et là dans sa discographie, mais laisse tout de même la part du chef à son dernier album. Présent depuis 2015, ce nouveau line-up est efficace et épaule à merveille Weddir, en particulier L.. Celui-ci s’est complètement approprié les parties de chant et nous les recrache à la gueule, nous laissant nous enfoncer dans le black metal de Moonreich. On ne va pas y aller par quatre-chemins, Moonreich nous a livré une copie très convaincante ce soir !

 

Setlist :

Ad Nauseam
Curse Them
En Mon Ame et Conscience
Believe & Behead
Hidden Mystical World
Pillar of Detest - World Shroud

 

Très bonne soirée, avec trois groupes au taquet, dont un qui a plus que dépassé nos espérances, le tout devant un public étonnamment nombreux. Juste le temps pour moi de rager une dernière fois sur un "shoot them all" et de retourner à la maison.