Chronique Retour

Album

06/11/17 - S.

Funeral Harvest

Bunker Ritual Rehearsal

LabelIron Bonehead Productions
styleBlack Metal
formatDémo
paysNorvège
sortieseptembre 2017
La note de
S.
6.5/10


S.

Même si le Black Metal norvégien n’a plus le prestige d’antan, certaines formations continuent de perpétuer l’esprit originel en propageant l’occulte et l’obscurité à travers leur musique. C’est le cas de Funeral Harvest, nouveau venu dans la scène scandinave avec leur première démo parue chez Iron Bonehead Productions et dénommée « Bunker Ritual Reheasal ». La diffusion de cette entité, limitée à 300 exemplaires, se fait au format cassette avec un rendu professionnel, tout en restant très sobre. Un coupon contenant un code Bandcamp donne par ailleurs accès aux fichiers audio en version numérique, une initiative fort bienvenue qui permet ainsi d’écouter où que l’on soit la musique du trio norvégien. Comme quoi, on peut allier traditionalisme et modernité.

Il est à mon sens important de préciser que la ville qui a vu naître la formation de Funeral Harvest n’est autre que Trondheim, berceau de ce microcosme (pour ne pas dire courant) mieux connu sous le nom de Nidrosian Black Metal, ainsi baptisé en référence à Nidaros, l’ancien nom de Trondheim. Un son unique, une atmosphère particulière et une aura singulière sont autant d’éléments propres à l’Art Noir local. Les fers de lance en la matière sont Mare, Celestial Bloodshed, Dark Sonority ou encore One Tail One Head.

Si je m’étends si longuement sur le contexte, c’est tout simplement que Funeral Harvest s’inscrit rigoureusement dans la lignée des groupes cités précédemment. Quelques secondes suffisent à reconnaître la griffe « nidrosienne ». La démo commence sur un chant religieux a cappella, à la sonorité lointaine et dont l’écho évoque une grande cathédrale vide. Les bases sont posées, l’occultisme se répand peu à peu, surtout quand surgit le Black Metal des morceaux suivants. Le son, relativement bon pour un format « rehearsal », met en valeur les riffs noirs et abyssaux, accentués par une résonance volontairement prononcée. Organique, la batterie souligne cette descente aux Enfers en apportant à l’ensemble un rythme globalement assez rapide et oppressant, auquel répondent à des passages plus lents, voire asphyxiants. Mais de tous les instruments, c’est probablement la voix qui impressionne le plus. Elle dégage un tel sentiment de démence dans son timbre que l’individu en paraît possédé. En cela, cette voix se rapproche sensiblement de celle d’Azazil, le vocaliste de Mare. D’ailleurs, la démo semble devoir beaucoup aux travaux de Mare, d’où le manque de personnalité qui se dégage de l’ensemble, malgré un rendu assez convaincant. Dommage aussi que le dernier titre, « Ω », soit trop cru, voire quelconque, et aussi très différent du reste de la cassette en termes de mixage et d’ambiance. Le son traduit certes bien l’aspect répétition de l’enregistrement, mais à mon sens il n’aurait jamais dû figurer ici. A cause de cette incohérence, la démo s’achève donc sur une fausse note.

De ce fait, en écartant l’introduction et ce dernier morceau inutile, la démo ne contient finalement que trois véritables titres pour environ un quart d’heure de musique, ce qui est relativement peu. Ceci dit, leur Black Metal demeure intéressant, avec un certain potentiel. Pour la suite, on est en droit d’espérer quelque chose de plus personnel de leur part.

Tracklist :
Intro
Nihil Sub Sole Novum
Shepherd of Rats
Sacred Dagger
Ω