Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Pin-Up Went Down

2unlimited

LabelAscendance Records
styleMetal progressif
formatAlbum
paysFrance
sortiemars 2008
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

La vie est faite de rencontres, un tant soit peu inopinées, mais toujours savamment appréciés. En musique comme en amour, on ne badine pas avec les rencards, surtout lorsque ceux-ci apportent une manne consistante de créativité, de synergies et de partages en tout genre.
Et pour le coup, Pin-Up Went Down semble agréablement bien coller à l’esprit de cette allégation, guidée par la notion de partage et par la réunion de deux allumés du scaphandre. Plus qu’un simple rassemblement musical, Alexis (Wornfood / Carnival In Coal) et Asphodel (Penumbra), nous font partager leur univers désorienté et désabusé, déjà commencé avec l’originel Esthete Piggie.
Car affirmons-le, avec le passé de ces duettistes bien inspirés, on ne pouvait en aucune manière, passer à côté de ce 2unlimited, premier album d’un mystérieux projet, resté en marge de toute médiatisation et nourri des expériences musicales de ce couple infernal.
Un mariage harmonieux qu’il nous est proposé de contempler autour de 42 minutes de transgression sonore, de délires envenimés et de digressions sonores que personne n’aurait imaginées.

Pin-Up Went Down, sur ce tout premier album, redessine les contours du métal, du rock, de la pop, en transgressant les clivages de style. Des structures alambiquées, mais également une bien riche conception de la musique font réellement décoller cet album, encore bien difficile à ranger dans nos rayons.
Une véritable petite sphère privée de ce duo, débarqué de Poitiers et un territoire sonore sagement bien gardé, jusqu’à la découverte de ses toutes premières mélodies.
Et c’est par une introduction guillerette (« Intrusion »), mais non sans noirceur, qu’est venu nous chercher le groupe. Une main tendue vers l’univers éprouvant et multifacette d’un groupe enchaînant pop, métal atmosphérique, électro progressive, jazz et funk avec une maîtrise et une confiance admirative.

Tel que nous connaissons Alexis dans Carnival In Coal, sa démarche n’est pour le moins étonnante, mais remarquons que sa collaboration avec Asphodel l’aura poussé dans ses moindres divagations. Mention spécifique au jouissif « Esthete Piggie », comme un hommage rendu à leur précédent nom. La voix suave d’Alexis dérange et lorgne instinctivement autour d’un Rammstein, époque Rosenrot, où les guitares déboulent sans crier gare.
Si l’on pouvait s’attendre à un simple coup d’essai de la part des deux bidouilleurs, il n’en est rien lorsque surgissent les titres « Only Some Shitty Chemical Suff » ou encore l’improbable « Get Ready To Sweep ». Les morceaux les plus entreprenants de l’album et pour le coup, les plus évolutifs parmi le hold-up progressif du groupe.
On passe du rire aux larmes sans jamais se lasser, même si l’agencement des morceaux aurait mérité davantage d’homogénéité pour une écoute plus simplifiée. Mais que voulez-vous ! Comment ne pas tomber dans le piège candide de ces amoureux de l’expérimentation, dès lors que l’on goûte à leur « Cadavre exquis », plage 4, dansante, changeante et largement marquée par les formations Sleepytime Gorilla Museum et Stolen Babies.
Le groupe distribue les cartes de « Feat.me/Feat.us » à « Be My Idol then My Fall » sans jamais dévoiler la couleur de son jeu et ses innombrables atouts, arrivant même à distancer parfois ses adversaires d’un soir.

Le premier album des Pin-Up Went Down est une véritable parenthèse dans l’univers du métal. Atemporel, innovant et inclassable, il est à conseiller aux avertis et aux initiés du genre afin d’éviter tout renvoi gastrique.
Si beaucoup n’y verront qu’une soupe infâme, d’autres accueilleront les bras ouverts le travail de deux fabricants de rêves et de fins savants fous de la mélodie. Même si quelques délires et clins d’œil décrédibilisent l’album, « Nearly Dead Bate Make Up » en référence au mOBSCENE du Révérend ou certains titres que Madonna, Bjork, Tarja ou Gwen Stefany n’auraient pas reniées, l’album relève d’une grande ingéniosité devant la frilosité actuelle du métal. Pari en parti gagné pour cet album riche, complet et à la tangente de toutes les grosses productions.

1 : Intrusion
2 : Esthete Piggie
3 : Nearly Dead Bat Make Up
4 : Cadavre Exquis
5 : Pussy Worship
6 : Get Ready To Sweep
7 : Yo Yo Yes Then No
8 : Only Some Shitty Chemical Stuff
9 : Human Beat Box Deluxe
10 : Feat.Me/Feat.us
11 : Be My Idol Then My Fall
12 : Serie Z I
13 : Serie Z II