Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Suicide Silence

The Cleansing

LabelCentury Media Records
styleBrutal Deathcore
formatAlbum
paysUSA
sortiefévrier 2008
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Les nouvelles formations bourgeonnent à foison outre-Atlantique. Mais, sauf exceptions, les Etats-Unis font désormais plutôt dans la quantité que la qualité. Il suffit qu’un combo soit un peu original pour qu’une multitude de clones viennent se greffer au paysage métallique. Pour le deathcore, après l’explosion de The Black Dahlia Murder et Job For A Cowboy, les trois quarts des créations de groupes sont des plagiats. Toutes (et encore…) rajoutent leur petit grain de sel, mais au final ça ressemble plus à un vulgaire copier-coller qu’autre chose. Le cas Suicide Silence fait partie de cette mouvance qui consiste à mixer des éléments du (brutal) death et du hardcore pour en faire quelque chose d’extrêmement efficace.

Etrangement, les influences de ce nouveau rejeton ne changent guère des trois cents milles déjà existants. Mais rapidement, on se rend compte du petit plus produit Suicide Silence… La brutalité hors norme que dégage ce premier album ! Il est vrai qu’en terme de brutalité, Suicide Silence ne blague pas et fait clairement la différence avec un paquet de formation. « The Cleansing » bénéficie d’une production titanesque qui fera rougir de honte les formations les plus brutales. En outre, le groupe réussit à alterner les passages rapides et les mosh parts écrasantes. Effectivement, là où un Internal Suffering peut parfois perdre en brutalité à force de bourriner en permanence (la brutalité tue la brutalité !), SS va lui d’une explosion auditive à une autre. Le chant guttural est le premier à qui cette production profite. Accompagné d’une basse ultra lourde, sa voix impose le respect ! La batterie sonne quant à elle très mécanique. Mais si cet élément - qui pourrait porter préjudice à certains groupes - sonne ici à merveille car tout à fait approprié au style pratiqué : Brutal, martial et sans concession ! Les blasts ne sont pas si nombreux mais n’empêche en rien une puissance de feu de folie.

L’album paraît très court puisque les titres de 3 minutes ne sont pas rares. Mais au final, avec 13 morceaux, le groupe arrive tout de même à une durée totale de 44 minutes ! Mais voilà, quand on joue sur l’efficacité, il vaut mieux faire un opus court et direct qu’un opus long et chiant à la longue : Suicide Silence ont pris la deuxième option. Les premiers morceaux sont foutrement efficaces, l’intensité étant en permanence à son apogée. Mais les membres n’ont pas su se diversifier et « The Cleansing » commence à tourner en rond principalement à cause de la voix criarde qui peut clairement saouler à la longue.

Cet album ne se démarque pas de ce qui se fait déjà actuellement mais en ayant signé sur Century Media, la formation jouit d’un appui de poids. Néanmoins on lui reconnaîtra tout de même un son massif qui permet de séduire les fans du genre. Ce CD mérite ainsi un coup d’œil (ou d’oreille) rien que par curiosité mais, avec une durée mal adaptée et aucun interlude, l’intensité fait malheureusement place à l’ennui. Je suis indulgent pour Suicide Silence car le style pratiqué me plaît beaucoup, mais un néophyte se fera peut-être méchamment chier au début à la fin…

1. Revelations (Intro)
2. Unanswered
3. Hands of a Killer
4. The Price of Beauty
5. The Fallen
6. No Pity for a Coward
7. The Disease
8. Bludgeoned to Death
9. Girl of Glass
10. In a Photograph
11. Eyes Sewn Shot
12. Green Monster
13. Destruction of a Statue (Hidden Track)