Chronique Retour

Album

31/08/17 - ZSK

Mist Of Misery

Shackles Of Life

LabelBlack Lion Records
styleBlack Metal symphonique
formatEP
paysSuède
sortieaoût 2017
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Dans mon Best-Of 2016 je vous avais très discrètement parlé de Mist Of Misery via une simple ligne dans la catégorie « révélations de l’année », ceci ayant été fait pour un peu compenser le fait de ne pas avoir chroniqué, par manque de temps et d’envie, le premier full-length du groupe suédois, Absence. Le duo devenu quatuor (et redevenu trio depuis) étant déjà de retour avec cet EP nommé Shackles Of Life, c’est la bonne occasion de parler plus en détail de cette formation très prometteuse. D’ailleurs Black Lion Records semble avoir le potentiel pour être un bon dénicheur de talents dans un domaine un peu old-school vu qu’il nous avait également trouvé l’excellent Dissection-like Hyperion (qui comporte en sus la moitié de Mist Of Misery) l’année dernière - groupe qui figurait aussi dans le rang des révélations de mon Best-Of 2016 ! Bref, il est temps de faire un peu de lumière sur cette nouvelle scène suédoise qui remet au goût du jour le Black mélodique de manière générale. Si Hyperion flirtait avec le Mélodeath, Mist Of Misery lui tape en plein dans le Black-Metal symphonique. Pas celui de Dimmu Borgir bien sûr, le combo donnant dans un style autrement plus raffiné et plus traditionnel en un sens. Des synthés posant une ambiance nocturnale comme à la grande époque, voilà ce qui est promis par Mist Of Misery. Et si Absence montrait déjà tout le potentiel des Suédois, Shackles Of Life va lui permettre d’aller encore plus loin et de creuser encore plus son essence symphonique.

Shackles Of Life débute par les 7 minutes de son morceau-titre et le moins qu’on puisse dire c’est que Mist Of Misery ne perd pas de temps pour nous montrer son évolution et ses ambitions. Pianos et violons nous mettent dans l’ambiance, avant que le Black-Metal n’arrive à grand coups de riffs abrasifs et de vocaux déchirants. Inspiré au niveau des guitares, Mist Of Misery va pouvoir se lâcher sur l’aspect symphonique et embrayer sur des montées épiques de haute volée. Entre breaks mélancoliques, spoken words et riffs mordants ainsi que passages blastés à couper le souffle, Mist Of Misery nous livre un Black symphonique très enlevé et particulièrement prenant, faisant preuve d’une belle authenticité, loin des superproductions stériles qu’a pu livrer une bonne partie de la scène BM sympho. Et le meilleur est encore à venir avec l’autre moment fort de Shackles Of Life qu’est "Broken Chains", dépassant les 9 minutes pour mieux abaisser le tempo et partir dans une epicness de grande classe. Avec des passages éthérés, d’autres plus monumentaux, des riffs excellents, des vocaux accrocheurs, des breaks mystiques et un final sublime, Mist Of Misery frappe très fort et nous balance une œuvre sacrément marquante pour le genre. Il y a mine de rien de la marque des grands là-dedans, pour on l’espère un futur grand. Et "Dagon" nous montre aussi que Mist Of Misery peut exceller dans d’autres registres, avec un morceau plus concis et plus dark qui fait mouche grâce à quelques riffs bien durs entrecoupés d’envolées symphoniques encore une fois très réussies et entraînantes, pour un morceau qui n’aurait pas fait tache dans Absence et témoigne que Mist Of Misery évolue bien dans la continuité.

Shackles Of Life a tout de même une structuration particulière vu que les 3 morceaux cités dans le paragraphe au-dessus, sur les 7 que compte cet EP, ne sont que les 3 « véritables » morceaux « Metal » de cette sortie, les autres étant des interludes. "Placid Drowning" est très cristallin tandis que "A Dreamless Void" et "Opening Chapter to A Solitary Confinement" sont des interludes au piano. Puis "Closing Chapter" clôt l’EP avec à nouveau du piano surplombé de spoken words, dans une ambiance très triste. Sur les 30 minutes de Shackles Of Life nous en avons tout de même 20 de « Metal », mais c’est curieux que cet EP paraisse essentiellement composé de pauses instrumentales. On aurait aimé un peu plus de Metal surtout vu la qualité de celui-ci mais ne boudons pas notre plaisir, surtout que Absence date d’il y a un an à peine et… que Shackles Of Life est un premier chapitre d’EPs, le second chapitre nommé Fields Of Isolation devant suivre incessamment sous peu, début 2018 dans le pire des cas. Shackles Of Life permet en tout cas de confirmer les bonnes dispositions de Mist Of Misery après Absence, et il ne restera qu’à entériner tout ça avec le prochain EP et on espère un prochain album qui mettra tout le monde d’accord et fera entrer le groupe suédois chez les grands. Le potentiel est là, et les meilleurs moments de cet EP le font s’exprimer. Le Black-Metal symphonique tendance 90’s vraiment réussi ne court pas les rues, Mist Of Misery a donc toutes les cartes en main pour se faire un nom et sortir quelque chose qui fera vraiment date en matière de BM sympho traditionnel. Suivons ça de près !

 

Tracklist de Shackles Of Life :

1. Shackles of Life (7:26)
2. Placid Drowning (1:55)
3. Broken Chains (9:25)
4. A Dreamless Void (2:29)
5. Dagon (3:35)
6. Opening Chapter to A Solitary Confinement (2:06)
7. Closing Chapter (2:51)