Interviews Retour
vendredi 7 juillet 2017 - Pamalach

Chained

Mahmoud Mohammad

Pamalach

"Les vrais savent, les vrais font".

Auteur d'un premier EP fort prometteur et réussi, le très sympathique Mahmoud Mohammad a bien voulu nous accorder une petite interview. Animé d'une passion pour le Metal chevillée au corps, il nous livre quelques clés de compréhension sur son premier EP "Earth" et affiche une foi dans son art qui, au vu du contexte dans lequel il créé, force le respect.

1 - Salut Mahmoud. Est-ce que tu peux présenter Chained à nos lecteurs ?

Mahmoud Mohammad : Salut Pamalach. Chained est un one man band de Black Metal atmosphérique. J'ai donc composé, arrangé, enregistré et mixé moi-même le premier EP de Chained"Earth". Je viens d'une petite ville sur la côte syrienne où je vis à l'heure actuelle. 

2 - Comme tu le dis, Chained est un one man band. Pourquoi avoir choisi cette formule plutôt que celle d'un groupe ?

Il y a plusieurs raisons qui m'ont poussé à agir de la sorte... la première étant le fait que la musique que je joue soit du Metal. Beaucoup de bons musiciens ont quitté le pays après que la guerre ait commencé et c'est devenu impossible pour moi de trouver des musiciens dans le même trip que moi. De plus, je voulais que mon premier projet reflète fidèlement mes idées, mon style et tout ce qui m'a fait adhérer à ce style de Metal particulier.
 


3 - La musique de Chained est épique et mélodique. Est-ce que tu es satisfait de ton travail sur ce premier EP et peux-tu nous parler de tes influences ?

Créer une musique épique et mélodique était ma préoccupation numéro un quand j'ai créé Chained. Je suis un gros fan de Dimmu Borgir, Behemoth, Dark Funeral, Dark Fortress, The Faceless et de quantité d'autres groupes qui m'ont influencé dans ma musique.

4 - Peux-tu d'ores et déjà nous dire s'il y aura une suite à cet EP ?

Oui bien sûr ! Je travaille sur de nouvelles idées et essaye de combiner les éléments de "Earth"  avec l'apport de musiciens additionnels... et ce bien que je sois considéré comme un one man band !

5 - En France, tu es distribué par Antiq Records. Comment es-tu rentré en contact avec eux ?

Durant le mixage, j'ai été contacté par Monzer Darwish, l'homme derrière le film "Syrian Metal is War". C'est un gros fan de la scène Metal syrienne qui m'a aidé et soutenu pendant tout le processus de promotion. C'est lui qui m'a mis en contact avec les mecs d'Antiq.

6 - Est-ce que tu connais la scène Metal française et si c'est le cas, quels groupes aimes-tu ?

Ah je suis un énorme fan de Gojira ! C'est un de mes groupes préférés et je les écoute depuis toujours. C'est une grande source d'inspiration dans leur style de Death Progressif.

7 - Est ce que tu penses que le fait que tu viennes de Syrie ait influencé d'une quelconque manière ta musique ?

Honnêtement, je ne crois pas.
Après, peut-être que certaines situations que j'ai vécues ont conduit à ce que je fasse ce que je fais. Mais bon, tant que tu peux faire de la musique, il n'y a pas de raison de se plaindre... tout particulièrement quand c'est du Metal que tu joues !

8 - Est-ce qu'il y aurait des groupes syriens que tu nous conseillerais ?

La Syrie compte de nombreux talents, tout spécialement dans le Metal ! Au niveau de ce que je pourrais vous conseiller, allez découvrir :

- "Adel Safluo, Jawdat Attasi" du projet Ambrotype

- "Hazem Al Mallah" du projet Abidetherein  

- "Osama Suleiman" du projet Karaj Adeem

Ce sont tous trois des one man band et j'aime beaucoup leur musique.

9 - La masse d'informations qu'ont déversé les médias sur la Syrie fut énorme ces derniers mois. Qu'est-ce que tu peux nous dire de la situation du pays ?

Personne ne pourra nier que la guerre a causé des dommages énormes et qu'elle laisse le pays dans un chaos incroyable... en même temps, les choses se calment progressivement et en tant que musiciens, nous trouvons peu à peu le temps de nous consacrer à nouveau pleinement à notre musique.

10 - Tu as partagé notre chronique de Chained sur Facebook en disant que tu étais très fier. Est-ce un accomplissement pour un musicien de voir sa musique chroniquée et écoutée loin de chez lui ?

Tu sais, c'est ce que souhaite tout musicien... c'est une immense satisfaction et la réalisation d'un objectif que je m'étais fixé au départ.

11 - Quels sont tes plans pour le futur ?

En ce moment, je travaille sur des bandes originales de films, de séries et du théâtre.
J'aimerais aussi jouer mon EP ("Earth") en live avec pour rêve fou de me produire au Hellfest où mon EP a été vendu l'année dernière sur le shop Antiq à l'extreme market.
Et enfin, je voudrais dire que la guerre ne devrait pas être une barrière qui nous empêche de faire de la musique. Chaque musicien devrait se contenter sur le fait de faire de progresser sa musique et son art. C'est la seule chose de vraiment importante pour un musicien.

***

Facebook

Interview réalisée en juin 2017