Live reports Retour
mercredi 31 mai 2017 - S.

King Dude + Y.Blues @Chambéry

Brin de Zinc - Chambéry

S.

Une fois n’est pas coutume, pour leur septième édition, les organisateurs du Under Black Horizons ne nous ont pas réservé un événement metal extrême, en accueillant les désormais légendaires américains de King Dude et les locaux de Y.Blues. Un éclectisme et un pari audacieux pour l’association chambérienne, d’autant plus que nous sommes en plein milieu de semaine.

Pour ouvrir la soirée, l’honneur revient aux grenoblois de Y.Blues, qui se produisaient quelques jours auparavant au Metalgresifest. Mais pour cette occasion, c’est dans une configuration inédite que le groupe joue, puisque seul son fondateur, Yaiba, est présent, pour donner un show spécialement conçu pour ce concert. Il est à ce titre exceptionnellement accompagné par Ian Giddey, des Mountain Men. Vous l’aurez donc compris, c’est dans une version acoustique que Y.Blues va distiller sa musique. Guitare/chant pour l’un, flûte/harmonica pour l'autre, le duo d’un soir fonctionne plutôt bien, avec leur folk blues qui a comme un parfum de States. On peut même parler de complicité, avec cet invité plutôt perché, voire décalé, mais attachant. Musicalement, c’est un monde dont j’ignore tout, j’apprécie alors à la façon d’un néophyte toute la technicité des deux individus, surtout de l’homme aux lunettes de soleil. Ce dernier va nous offrir une véritable démonstration pour le dernier titre. Armé de sa guitare douze cordes, le bonhomme se retrouve seul sur scène pour interpréter « Ocean », reprise de John Butler. Pendant une dizaine de minutes, le temps va s’arrêter tant la beauté de ce titre va se répandre dans la salle. Un véritable travail d’orfèvre qui vient parachever ce set frais et envoûtant. Je n’en attendais pas grand-chose, j’en sors avec plein de bons souvenirs. C’était osé de les faire jouer, manifestement c’est une réussite, le public semblant avoir été conquis.

Setlist :

Broken Legs (Part 1)
Y.Blues
Mind Control
45 Reasons
Prisoner
Injustice for all
Walking man
Train
Ocean

 

 

Qu’on se le dise, même si le concert est loin d’être sold out, tout le monde est venu pour King Dude ce soir. Si la formation de TJ Cowgill n’a rien d’extrême sur le plan musical, elle a un certain nombre d’accointances avec le milieu, puisque par le passé, le bonhomme a fait partie de formations de Black Metal et de Hardcore, avant de se reconvertir dans ce qui s’apparente à du Dark Folk. Surtout, King Dude est signé chez Van Records, label de metal extrême (Urfaust, The Ruins of Beverast…), ce qui donne donc une relative visibilité à son projet. Tout cela pour dire pourquoi tant de blackeux, dont je fais partie, sont présents ce soir. Pour ma part, c’est la troisième fois en trois ans que j’assiste à leurs concerts, les deux dernières étant dans des configurations différentes : en version acoustique, puis en version groupe. Ce soir, c’est accompagné de ses trois acolytes que le King se produit sur scène.
Avec la sortie de son dernier album « Sex » à l’automne dernier, il n’est pas étonnant de voir figurer sur la setlist bon nombre de titres de celui-ci. On retrouve donc notamment les “Holy Christos”, “I Wanna Die at 69”, “Our Love Will Carry On”, “Sex Dungeon (USA)”, “Swedish Boys Drum”…mais pas que, puisque des classiques sont de la partie, je pense à “Jesus in the Courtyard“, “Fear Is All You Know“, “Rosemary“, “Miss September“…mais curieusement pas “Lucifer's the light of the world“, pourtant le morceau référence de King Dude. La setlist proposée permet d’alterner entre les morceaux lents, sombres et intimistes, avec d’autres beaucoup plus rock’n’roll, apportant du dynamisme au show, que le public semble apprécier.
Ceci dit, je ne sais pas si c’est mon oreille qui a été habituée à la perfection du groupe précédent, mais je suis obligé de reconnaître quelques déchets techniques ci et là. J’en veux pour preuve : qui a entendu le solo de “Rosemary“ ? Pas moi ! Ou encore des riffs ratés sur “Swedish boys drum“, sur ce même titre d’ailleurs où le chœur en back-voice sonne totalement faux. Allez, qu’importe, on leur pardonne volontiers, le feeling était bel et bien présent, c’était bien là le principal.

Setlist :
Non communiquée

 

Merci à tous les acteurs de cet événement.

Revivez une partie de la soirée avec 7 vidéos :

Photos