Chronique Retour

Album

05/06/17 - S.A.D.E

Comity

A Long, Eternal Fall

LabelThroatruiner Records
styleMathprogcore ?
formatAlbum
paysFrance
sortiemai 2017
La note de
S.A.D.E
8.5/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

Cerner la musique de Comity avec quelques qualificatifs relève de la gageure. Depuis presque vingt ans, le combo parisien développe une approche toute personnelle de la composition, empêchant toute catégorisation évidente. Mathcore ? Progcore ? Extreme Rock'n'Roll, comme ils aiment à se présenter ? Impossible de répondre clairement, et ce n'est pas A Long, Eternal Fall, dernier méfait du groupe, qui facilitera les choses.

Et si ce nouvel album ne permet pas plus que les autres de poser une étiquette pour ranger Comity à la bonne place dans votre étagère, c'est bien que les Parisiens continuent leur exploration musicale. Dès le premier titre, I, avec son intro à l'intonation vaguement Rock sudiste qui se fait complètement manger par un écrasant mur de sonorités plus Hardcore, on sait que Comity n'a rien perdu de sa superbe : cette interminable chute qui nous est promise ne sera pas de tout repos. II nous confirme ça immédiatement : déluge de riffs saccadés et de ruptures rythmiques aussi imprévisibles que parfaites, le tout dans une ambiance de tension extrême, nous voilà déjà le cerveau en miettes et le nez en sang. Par rapport à ses précédentes sorties, Comity a opéré quelques changements dans la construction : si les deux albums précédents avaient une structure similaire (quatre très long titres), A Long, Eternal Fall est composé de huit titres tournant en moyenne autour des cinq minutes. L'album y gagne en impact et en densité, les titres s'enchaînant toujours sans répit.

Une nouvelle fois, Comity a choisi d'enregistrer en condition Live, sous la houlette de Fred Rochette pour cette cuvée, et on retrouve donc toute l'énergie et la hargne que délivre le groupe en concert. Le résultat est impeccablement équilibré et permet à toute la richesse des compositions de briller à chaque instant : les incursions plus aigües des guitares sont parfaitement rendues, toutes les nuances du jeu de batterie tentaculaire de Nicolas sont perceptibles, le travail sur les chœurs est impeccable ; en deux mots, production parfaite.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas déjà le groupe, il faut savoir que digérer un album de Comity prend un paquet de temps, vu la richesse du propos. Véritable enchevêtrement de riffs et de séquences différentes, A Long, Eternal Fall demande un paquet d'écoutes juste pour commencer à saisir la construction des titres. Prenez V : je pense que sur la première minute, on doit déjà avoir 10 ou 12 sous-sections de riffs et de rythmiques. Sur une minute d'un seul titre ! Alors je vous laisse étendre ça sur la durée totale de l'album et vous comprendrez aisément pourquoi il faut un peu de temps pour appréhender la bête sans se retrouver noyé. Et pour surprendre les habitués, ceux que l'énorme effort de composition mis en place n'impressionnerait plus, Comity a réussi à intégrer du neuf dans cette hydre multicéphale qu'est leur musique : un chouia de Black Metal à la Celeste fait son apparition (clairement perceptible sur VI, mais plutôt amené par petites touches sur le reste de l'album), et c'est une fois de plus un choix parfaitement cohérent. Comity garde également un des éléments idiosyncrasiques de leur musique, à savoir l'usage, toujours aussi bien senti, d'un lap-steel, notamment sur l'accalmie de VII. Un classique pour les Parisiens, mais qui offre toujours autant de plaisir.

À coup sûr, ce nouvel album de Comity, comme les précédents, peut rebuter par la trop grande richesse de sa musique. Mais une fois qu'on est entré dans cet univers de chaos plastique en mutation permanente, impossible de s'en échapper : Comity vous tient à la gorge et a bien l'intention de vous amener dans sa chute. A Long, Eternal Fall est un nouveau bijou poli avec soin, travaillé à l'extrême, où le moindre détail peut ouvrir une lecture supplémentaire de l'ensemble. Ils n'avaient pas besoin de le prouver une fois de plus, mais ils l'ont fait quand même : Comity fait partie des formations françaises les plus intéressantes de ces dernières années.

 

Tracklist de A Long, Eternal Fall :
01.I
02.II
03.III
04.IV
05.V
06.VI
07.VII
08.VIII

Les autres chroniques

Album

juil. 2006 U-Zine

Comity

...As Everything is A Tragedy