Chronique Retour

Album

03/06/17 - ZSK

Amiensus

All Paths Lead To Death

LabelApathia Records
styleMetal extrême symphonique & atmosphérique
formatEP
paysUSA
sortiemai 2017
La note de
ZSK
7/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Repéré par Apathia Records, Amiensus avait su se faire connaître des plus fins limiers de la scène extrême il y a deux ans grâce à Ascension, l’excellent second album de ce groupe américain. Un album qui avait déjà représenté une forme d’aboutissement pour cette formation originaire de différents endroits des States (Washington (l’Etat), Minnesota, Illinois) et existant depuis 2010. Ascension avait alors été composé et interprété par pas moins de 7 (!) membres, dont la plupart sont multi-instrumentistes. Un album qui aurait mérité une meilleure exposition mais dont l’autoproduction appelait le respect. Et surtout, un album assez fabuleux de Metal extrême (blackisant plutôt que vraiment BM), symphonique et atmosphérique, voire même futuriste et avant-gardiste tant le groupe avait su proposer des ambiances originales. Une sorte de Limbonic Art et de Shade Empire en plus moderne, avec des touches de Black Sympho américain à la Abigail Williams ou Ceremonial Castings. Amiensus avait d’ailleurs pu accoucher de ce véritable chef-d’œuvre qu’est "Towards Horizon", un fantastique morceau particulièrement envoûtant, tandis que d’autres pépites comme "On These Deserted Plains" ou "One in Spirit" sortaient également du lot. Bref, j’avais espéré que Apathia signe une réédition de Ascension afin de le faire connaître au plus grand nombre, sans avoir à dépenser le prix même de l’album pour se le faire livrer depuis l’autre côté de l’Atlantique. Ce n’est pas encore le cas mais le label français propose désormais de se le procurer en bundle avec la nouvelle sortie d’Amiensus qu’est l’EP All Paths Lead To Death.

Ce n’est donc pas encore tout de suite qu’Amiensus proposera une véritable suite à Ascension mais voici déjà 5 nouveaux morceaux du groupe américain, qui vont avoir une saveur particulière. En effet, après avoir vu les choses en grand pour Ascension, Amiensus a décidé de se recentrer un peu et de devenir en quelque sorte un groupe classique, avec un line-up mieux défini. Exit donc la chanteuse Julia Holter (sniff), le batteur/guitariste/claviériste/chanteur (oui, oui) Joe Waller et le guitariste/chanteur Aaron McKinney (qui apparemment reste toutefois là en tant qu’invité aux vocaux), le batteur (qui ne fait vraiment que de la batterie) Chris Piette a été intégré et nous voici avec un line-up de 5 membres, pas plus. James Benson a repris la plupart des chants, mais les claviers sont toujours assurés par deux membres, Alec Rosza et Zack Morgenthaler, qui sont aussi guitaristes avec également James. Bref, il faut s’y retrouver et Amiensus se pose toujours comme un collectif de musiciens qui peuvent presque tout faire (sauf le bassiste Todd Farnham qui ne fait toujours que de la basse, vous pouvez ressortir vos vannes favorites sur les bassistes si vous voulez). Tout cela pour bien sûr un retour aux sources enfin, pas totalement non plus. Toujours est-il que Amiensus va abandonner un peu l’esprit futuriste et épique de Ascension pour revenir à quelque chose de plus terre-à-terre, encore sous le joug d’un Black-Metal, ou plutôt Metal extrême, symphonique et atmosphérique. Donc un peu dans l’esprit de ses sorties plus anciennes, mais dans une version plus moderne qui bénéficie bien des progrès vus sur Ascension.

Sans intro ni mise en bouche, "Gehenna" ouvre All Paths Lead To Death de manière plutôt frénétique, pour un Black mélodique de haute volée qui est aéré par des lignes de chant clair. Il est toutefois certain que cet EP sera moins lumineux et plus direct qu’Ascension, et le plus rugueux "Mouth of the Abyss" le prouve d’emblée, un morceau plus sombre qui par moments sonne presque comme du The Great Old Ones ! Le chant en est d’ailleurs plus rauque, on reconnaît toujours la patte Amiensus, ses influences et ses sonorités « américaines » ainsi que son inspiration, mais il est clair que All Paths Lead To Death sera un opus plus dur et plus sombre. Le plus lourd "Prophecy" le prouve encore mais Amiensus n’y sacrifie pas ses oripeaux symphoniques ni son petit côté épique et ses mélodies, même si l’on ne retrouvera pas ici les ambiances singulières et la richesse d’Ascension. "Desolating Sacrilege" propose donc encore du Black sympho plus abrasif et appuyé qu’aéré et enlevé, tandis que "The River" s’avère être un final d’obédience Black atmo/mélo à nouveau très américain dans l’esprit et dans les influences. C’est limite si le groupe ne se situe pas pile poil entre les deux dernières périodes d’Abigail Williams, groupe avec qui il semble s’être acoquiné et va l’accompagner en tournée.

Vous l’aurez compris, c’est un Amiensus bien différent de celui de Ascension à qui nous avons affaire avec All Paths Lead To Death. Ce qui est dans l’absolu un peu regrettable tant ce qu’avait proposé le groupe américain sur cet album tutoyait parfois le sublime dans une scène Black sympho qui manque cruellement de groupes plus originaux et singuliers. En 29 minutes, All Paths Lead To Death n’est d’ailleurs pas exempt de longueurs, "Mouth of the Abyss" tire son épingle du jeu et les deux derniers morceaux sont finalement plus anecdotiques. Ce n’est pas avec cet EP que le groupe ira donc se replonger dans les étoiles au son des mélodies futuristes d’un "Towards Horizon", dommage mais il paraît logique qu’Amiensus essaye d’autres choses, reprenne d’autres chemins qu’il avait pris par le passé. Il semblerait que de toute manière All Paths Lead To Death ne soit qu’un EP fait pour consolider son line-up actuel qui lui servira sur les planches. De bons moments, de moins bons, Amiensus reste Amiensus même s’il ne retrouve pas la verve ni les ambiances si délicieuses de son Ascension. Reste à savoir si le groupe refera quelque chose dans la même veine que son prodigieux second album, en attendant voici un EP pas vraiment décevant malgré tout, le groupe a certes fait mieux et plus personnel, mais continue de délivrer un Metal extrême sympho-mais-pas-trop plutôt bien torché et convaincant. Mais intéressez-vous vraiment à Ascension si ce n’est pas déjà fait…

 

Tracklist de All Paths Lead To Death :

1. Gehenna (6:33)
2. Mouth of the Abyss (4:52)
3. Prophecy (5:33)
4. Desolating Sacrilege (5:26)
5. The River (6:22)