Chronique Retour

Album

29/05/17 - ZSK

The Thirteenth Sun

Stardust

LabelAural Music
styleMetal/Rock progressif & avant-gardiste
formatAlbum
paysRoumanie
sortiemai 2017
La note de
ZSK
8/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

La Roumanie fait très peu parler d’elle en termes de Metal, à part bien sûr pour Negură Bunget, Dordeduh et les projets et groupes connexes (comme Syn Ze Șase Tri et Argus Megere dont certains membres ont participé à Negură Bunget), ou dans des circonstances plus sinistres comme l’accident meurtrier qui avait eu lieu à Bucarest en 2015 pendant un concert de Goodbye To Gravity. Et les circonstances se sont aussi assombries pour Negură Bunget récemment, qui a du déplorer la mort de son frontman et batteur de toujours, Negru. Bref, il est temps de positiver un peu et ramener de la lumière sur le Metal roumain. Avec une belle découverte qu’est The Thirteenth Sun. Formé en 2011, le quintette s’entoure bien vite de grands noms de la scène Metal roumaine, Hupogrammos et Sol Faur (Dordeduh, ex-Negură Bunget) pour la production et un autre roumain célèbre dans le domaine, Costin Chioreanu, pour l’artwork, de leur premier EP Genesis sorti en 2012. Le tout pour ne pas faire du Black-Metal atmosphérique et folklorique, non car The Thirteenth Sun évolue plutôt dans un domaine Metal prog’, tendant même plus vers du Rock progressif voire du Post-Rock, avec quelques accents cosmiques et psychédéliques. Rien de bien evil et si son visuel global peut faire penser à du Stoner/Space-Rock ou un truc à la The Sword, The Thirteenth Sun est bien plus moderne qu’il n’y paraît et ses influences revendiquées sont Ulver, Arcturus et Opeth. A raison et Stardust, leur premier full-length, va le prouver.

Car oui, The Thirteenth Sun représente une parfaite collusion entre l’Arcturus des deux derniers albums et l’Opeth… des deux derniers albums aussi finalement. Sorte de mélange entre un Metal progressif avant-gardiste et stellaire, et du Rock progressif raffiné et aéré. Et pour renforcer l’affiliation à Ulver et Arcturus, je vais déjà commencer par mettre en lumière un point fort de The Thirteenth Sun qu’est la voix de Radu. C’est bien simple, si vous cherchiez un parfait disciple de Garm, c’est ici qu’il y en a un. La performance de Radu est bluffante si bien qu’on se demande si ce n’est pas le Norvégien qui est en guest pour tous les vocaux au premier abord. Le Roumain méconnu livre ici une partition qui en surprendra plus d’un, surtout que le type de voix de Garm n’est pas légion. Cela accorde donc beaucoup de crédit à la musique de The Thirteenth Sun qui fait tout pour être envoûtante, à coups de compositions enlevées et d’atmosphères à la fois cotonneuses et spatiales. Un petit esprit 70’s se dégage bien sûr de l’ensemble, mais nul besoin ici d’user de moult orgues ou de thérémines pour poser une ambiance vintage. Stardust se pose donc comme le mélange inattendu mais réussi entre le Arcturus le plus atmosphérique et le Opeth le plus posé. Le Metal est bien sûr à l’honneur avec quelques riffs un peu plus gras et même des interventions vocales plus extrêmes (apparemment assurées par Hupogrammos lui-même) ici et là, mais The Thirteenth Sun est bien sûr à ranger dans la catégorie fourre-tout du Rock/Metal vu comment sa musique est aérée. Et bien sûr, il ne faut pas oublier l’étiquette progressive…

Avec ses subtils rythmes de basse et ses claviers déjà très cosmiques, "Universus" nous met directement dans l’ambiance, c’est le moins qu’on puisse dire, et très vite la voix cristalline de Radu vient nous bercer histoire de nous entraîner dans ce cosmos onirique. Et mine de rien avec ces riffs gras et une production abrasive mais parfaitement aérée, Stardust fait bien vite le pari de la réussite aussi bien dans le fond que dans la forme. Planant et mélodique, "Universus" montre déjà tout le potentiel de The Thirteenth Sun ainsi que sa variété et son inventivité, avec un passage qui flirte carrément avec du Mastodon. Et "Pathways" confirme déjà les talents du groupe roumain, il s’agit assurément du plus beau morceau de Stardust quand bien même il prend son temps pour arborer de la saturation metallique, l’ensemble est tout simplement sublime, et les vocaux de Radu magnifient le tout qui part déjà bien loin dans le ciel étoilé via un tunnel psychédélique. "Planes of Creation" montre ensuite bien tous les contrastes de The Thirteenth Sun, avec un départ très mélodique et cotonneux avant que le groupe ne s’énerve un peu. Idem pour le fleuve "Universe Is Burning", plage très complète et résolument progressive, s’offrant un début épique avant un récital avant-gardiste qui aboutit sur un fantastique break ambiant/psyché avant que les musiciens ne ressortent la riffaille. Une œuvre qui montre bien toute la richesse du propos des Roumains, bien partis pour faire de Stardust une des sensations du printemps.

"Melting Skies" et "The Fabric of Time" nous montrent néanmoins que l’influence Arcturus demeure très prégnante chez The Thirteenth Sun, on sent même un petit côté La Masquerade Infernale pour le premier nommé, tandis que le second s’offre tout de même des passages plus rugueux et un chant encore une fois excellent. Et de toute façon, les formations clairement influencées par Arcturus ça ne court pas les rues alors ne boudons pas notre plaisir. Stardust se clôt par un instrumental un brin mystique, "Glowing Sun", où le groupe roumain pose encore sa science particulière des atmosphères. Progressif à sa manière, flirtant généralement avec l’avant-garde (limite proche de Thy Catafalque par moments), dur et direct comme du Metal et chaleureux et aéré comme du Rock, et porté par une constante ambiance cosmico-psychédélique (le Nocte Obducta de Umbriel n’est pas loin non plus), Stardust est un album bien goupillé et réussi qui couronne un groupe prometteur, voire une véritable révélation. Il y a de grandes qualités chez cette formation roumaine, notamment son exceptionnel vocaliste qui rivalise sans mal avec Garm. Je n’avais pas été convaincu par l’EP Genesis en son temps, mais Stardust m’a bien vite conquis, avec des pépites comme "Pathways" mais pas que. En 50 minutes, il y a de légères longueurs et il est vrai que les influences sont parfois trop voyantes, mais The Thirteenth Sun s’est déjà trouvé une personnalité avec ses ambiances singulières et son dosage particulier de Metal dans l’ensemble. Un bel espoir du Metal roumain, qui convaincra sans mal les fans d’Arcturus mais aussi les fans de progueries à la fois traditionnelles et modernes. Un splendide voyage dans un cosmos onirique…

 

Tracklist de Stardust :

1. Universus (6:10)
2. Pathways (6:19)
3. Planes of Creation (6:13)
4. Universe is Burning (9:04)
5. Melting Skies (8:12)
6. The Fabric of Time (7:28)
7. Glowing Sun (5:31)