Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Sigh

Hangman's Hymn

LabelOsmose Productions
styleThrash/(Black) Symphonique
formatAlbum
sortiejuin 2007
La note de
U-Zine
6.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Véritable pilier de la scène black metal japonaise, Sigh n'a aujourd'hui plus grand chose à voir avec le style. Formé en 1990 dans la ville de Tokyo, Sigh nous sort son huitième opus, Hangman's Hymn, chez Osmose Productions.


La première fois que j'ai inséré Hangman's Hymn dans mon poste, je me suis demandé si ce disque n’était pas une blague, et ça s'explique facilement... Je ne connaissais, jusqu'à présent, que des vieux releases de Sigh. Et vu que ça me faisait chier de faire comme la plupart des chroniqueurs - c'est-à-dire de télécharger les anciens albums d'un groupe pour faire semblant de le connaître depuis longtemps -, il est normal que j'ai été surprise par cet opus. Si les vieux Sigh nous livraient déjà un black metal un peu farfelu et pas conforme à la tradition black metal, Hangman's Hymn se distingue nettement du genre. Les vocaux clownesques de Mirai Kawashima peuvent éventuellement s'apparenter au genre, mais ses rires halloweenesques et ses cris quelquefois presque chantés n'ont pas grand chose à voir avec le chant black metal commun. Les guitares, qui sont d’ailleurs très thrashisantes, n'ont rien de simplistes. Au contraire, les parties de guitare s'avèrent même assez techniques. Mais l'instrument qui en impose le plus dans cet album reste incontestablement le synthé, ubiquiste et créateur de tout le côté symphonique. Les touches de claviers, assez pompeuses et grandiloquentes à certains moments ("Inked in Blood"), ont quelque chose d'épique qui rappelleraient plutôt des groupes tels que Rhapsody ("Me-Devil", "Dies Irae / The Master Malice"). Le côté symphonique est d'ailleurs également développé par les choeurs de voix, lesquels apparaissent à divers endroits de l'album.
Jusque là, je donne peut-être l'air de ne pas avoir aimé cet album, mais ce n'est pas le cas. Après quelques écoutes et en faisant abstraction de l’ensemble voix/synthétiseur, j'ai pris plaisir à écouter certains morceaux tels que "Inked in Blood", "Me-Devil", ou "Dies Irae / The Master Malice".


En somme, le problème ne vient pas du genre même pratiqué par le groupe, mais de la qualité de certaines de ses pistes. En effet, les derniers morceaux semblent moins inspirés et sont bien moins accrocheurs que les premiers. Un brin assommants, ces derniers morceaux nous donnent une impression de déjà-entendu. En ce qui concerne le style, les amateurs de groupes ultra-symphoniques devraient être satisfaits de ce Hangman's Hymn. Malgré son principal défaut, on ne peut pas nier que cet album - qui ne me fait penser à aucuns groupes ou presque - sort de l’ordinaire.

1. Introitus / Kyrie
2. Inked in Blood
3. Me-Devil
4. Dies Irae / The Master Malice
5. The Memories As A Sinner
6. Death With Dishonor
7. In Devil's Arms
8. Overture / Rex Tremendae / I Saw the World's End
9. Salvation In Flame / Confutatis
10. Finale: Hangman's Hymn / In Paradisum / Das Ende

Les autres chroniques