Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Mithras

Behind The Shadows Lie Madness

LabelCandlelight Records
styleBrutal death expérimental
formatAlbum
paysAngleterre
sortieavril 2007
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Originaire d’Angleterre, Mithras est un groupe composé de seulement deux membres à savoir Rayner Coss (chant, basse) et Leon Macey (guitare, batterie). Si la formation peut être considérée comme pratiquant du brutal death métal, elle est bien plus que cela.
Comme chacun sait, tout ce que font les anglais en matière de métal n’est jamais conventionnel. Il n'y a qu’à voir Akercocke, Anaal Nathrakh ou encore Napalm Death pour s’en rendre compte. Malgré un nom qui ne vous dit sans doute pas grand-chose, cette formation a su décrocher une signature sur Candlelight Records pour la sortie de leur troisième album « Behind The Shadows Lie Madness ».

Dès les premières notes aux sonorités métal, l’influence Morbid Angel nous saute à la figure comme une vilaine claque. Le duo n’y va pas par quatre chemins. Que ce soit dans la sonorité des riffs, de la batterie et même de la voix, la patte des floridiens est extrêmement forte. C’est à se demander parfois si ce n’est pas eux qui jouent !? Le jeu de la batterie est l’exemple le plus flagrant de ce que l’on pourrait qualifier comme du plagiat. En plus du fait que la double pédale sonne exactement pareil, le jeu de Leon Macey est très similaire à celui de Pete Sandoval. Mais ce n’est pas tout : les riffs sonnent quant à eux tel Trey Azagthoth et la voix dégage autant de rage et d’émotion qu’un David Vincent. Donc on pourrait dire que si l’on est fan de Morbid Angel ou de Behemoth (eux-mêmes étant très influencés par l’Ange Morbide) et que l’on n’est pas contre un peu de plagiat tant que c’est bien fait (ce qui est le cas), Mithras nous satisfera pleinement…

Et bien la réponse est non ! Car si le noyau dur de la musique n’est pas forcément original, les deux membres ajoutent une touche personnelle bien à eux. En effet, Trey Azagthoth adore les soli et les envolées aériens mais ici, le duo va encore plus loin dans cette démarche. Leon Macey (guitare, batterie) nous emmène dans le cyber espace grâce à des soli lyriques et des ambiances envoûtantes. Poussant la six cordes à son maximum, il n’hésite pas à enfanter de moult solos ; certains titres ayant même l’honneur d’avoir plusieurs soli sur le même morceau. Une ambiance cosmique (copyright Keyser de Thrashocore) émane incontestablement de cet opus. Les titres alternent astucieusement entre un morceau de brutal death et un interlude apaisant et ce pour le plus grand plaisir de nos cages à miel. Sublimés par une basse qui ne s’impose qu’aux moments opportuns, les morceaux ensorcellent l’auditeur durant les douze titres présents.

Personnellement, j’aime beaucoup la démarche de Mithras mais je ne suis pas sûr qu’elle soit du goût de tout le monde. Malgré leur influence très prononcée pour Morbid Angel, le groupe apporte une vraie touche d’originalité en mettant les soli à leur paroxysme. La note serait plus élevée si j’avais noté l’album de façon subjective mais quoiqu’il en soit, que ce soit de la sujectivité ou de l'objectivité, « Behind The Shadows Lie Madness » est un bon album !


1. The Journey And The Forsaken
2. To Fall From The Heavens
3. Under The Three Spheres
4. Into Black Holes of Oblivion
5. When The Light Fades Away
6. Behind The Shadows
7. Awaken Man and Stone
8. The Twisted Tower
9. To Where The Sun Never Sets
10. The Beacon Beckons
11. Thrown Upon The Waves
12. Into The Unknown

Les autres chroniques

Album

oct. 2016 Rob

Mithras

On Strange Loops